LA TRANSPARENCE … EST POSSIBLE, ELLE EXISTE.

Une des attentes, un des désirs, une des demandes marquantes de notre période de recherche de sens par certains, ou d’abandon et laissez couler par d’autres, ou de colère rentrée ou violente par d’autres encore, …, est bien la « transparence ».  Voir, savoir, comprendre, demander, exiger, goûter, en jouir, contrôler, en détenir le privilège, s’assurer …

Elle semble inatteignable, idéale, utopique, un espoir de fond derrière le cumul de constats de complexités croisées et intriquées croissantes. Impossible ? Une idée spiritualiste, voire poétique ?

Si souvent, moi-même, dans tant de débats ou d’échanges, j’ai opposé à cet appel de transparence le principe de réalité, un de mes leitmotivs.

D’autant plus que le contexte culturel, politique, sociologique, trop souvent (pas toujours) en déliquescence, est aux manipulations, batailles stériles entre « sachants », publicités abusives, mensonges politiques et techniques, intrusions diverses, fake news, … etc … au moins dans cette civilisation occidentale,…  et pour ce que nous pouvons en savoir voyons certes différemment mais guère mieux ailleurs. Même, de et dans tous les courants religieux sans exception, scandales et violences ressortent, ici et là.

Et bien j’avais tord. Nous disposons d’au moins un cas majeur, transnational, planétaire, de transparence concrète, assurée, validée. Et s’il en est un de cette dimension, il doit en être d’autres. Reconnaissons d’ailleurs qu’il en est des milliers de taille bien plus modeste au travers d’initiatives locales en de nombreux domaines, … même si elles ne font pas, « encore », le poids, pour que notre système aux abois bascule.

Ce cas fonctionne depuis 2006, soit 13 ans, et s’appelle Wikileaks. Je le connaissais mal. Mais par l’article de Juan Branco dans Le Monde diplomatique N° 782 de ce mai 2019, j’en ai découvert toute la qualité.

Wikileaks a été organisé par une équipe de militants autour de Julian Assange, australien de 48 ans. C’était jusqu’à il y a quelques semaines le réfugié politique le plus connu de la planète. Évidemment, l’équipe Wikileaks travaille au cœur d’un réseau hyperprofessionnel d’experts underground des technologies de l’information et de la communication, professionnels et organisés au point que les agences spécialisées des grandes puissances n’y peuvent mais ! Par exemple lorsque Wikileaks rend public l’arsenal numérique de la CIA, il désactive de facto l’ensemble des armes utilisées par l’Agence pour pirater ses cibles.

Ce que je ne savais pas et qui m’a frappé dans ce cas est que les centaines de milliers d’informations hautement sensibles rendues publiques soient toujours accompagnées des références sources d’origine, validées et vérifiables, ce qui est si rare. De plus, aucune de ces centaines de milliers d’informations n’est fausse, ce qui est unique. Nombreuses y sont les révélations qui démontent de façon nette, radicale, incontournable (et quelques soient les manœuvres juridictionnelles dilatoires) finalement inéluctables, les malversations et horreurs de nos systèmes de gouvernance.

Donc, et ce de façon moulte fois répétée, actualisée, sur des champs et dans des dimensions divers, LA TRANSPARENCE EST POSSIBLE, ELLE EXISTE.

L’impact a été et est encore tel que tout a été tenté pour réduire, discréditer cette structure, ses mandants dont certains sont emprisonnés, son leader. Assange a été accusé de quasiment tout au travers de campagnes de presse massives, sans preuves.

Avec le temps, des paramètres de contexte changent ; ainsi on sait que l’Équateur après le remplacement de son Président a permis l’arrestation d’Assange dans son ambassade de Londres, et que les USA demandent son extradition. Le prix de la trahison : 10,2 milliards d’euros, hauteur de chiffre significative.

On peut se demander d’ailleurs comment il est possible que ce héros soit encore en vie en état d’agir ? Peut-être simplement qu’un accident soudain ou une maladie terrassente serait trop clairement une signature ; mais il est vrai qu’il devient de plus en plus difficile de procéder ainsi « sans risque », comme le FSB russe le sait bien, les sections action d’autres Agences aussi.

Mais, qu’il advienne un « accident » ou non à Assange, le processus est lancé et fonctionne.

D’une part il convient de prendre cet homme, qui a tenu des années dans des conditions inhumaines, droit et fidèle à lui-même, comme un héros exemplaire.

D’autre part, et plus globalement pour nous ici, la transparence tant espérée, concrète, active, pas seulement idéal éthique, est possible et existe !

Observons sa forme, sa pratique, son style, ses conditions, sa qualité… alors sur le fond le sens de son éthique.

Michel André Vallée Mai 2019

Une réflexion sur “LA TRANSPARENCE … EST POSSIBLE, ELLE EXISTE.”

  1. Il est très utile de redonner régulièrement toute cette information, parce que la chape de silence sur le fond et les bruits désobligeants distillés sur les personnes sont des baillons extrêmement puissants

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s