Une dictature douce et efficace ?

Hier soir, le dossier d’ARTE a été consacré à Tiananmen. Il y a trente ans, en juin 1989, les étudiants de Pékin, puis le peuple de Pékin, vite relayés par les étudiants et le peuple de toutes les grandes villes de tout le territoire de la Chine, ont failli réussir une Révolution vers un État et une Nation démocratiques quasi-utopique (au sens de Thomas More), à l’époque où le Grand Gorbatchev animait en Russie encore soviétique la Pérestroïka. La direction du Parti communiste chinois était divisée, a été sérieusement ébranlée et a failli négocier avec les représentants élus du mouvement, qui avaient eu la qualité de s’auto-organiser en si peu de temps. En effet la première vague de l’armée, envoyée pour « remettre de l’ordre », s’est retournée et a pactisé avec « son » peuple. Mais la section conservatrice de la direction du Parti l’a emportée, et a donné tous les pouvoirs a Deng Xiao Ping, qui a alors envoyé les forces d’élite et des soldats endoctrinés pour sortir du « chaos » et, au bout d’un mois et demi d’occupation, tirer à balles réelles pour nettoyer d’abord Pékin puis la place Tiananmen, puis exécuter ou emprisonner tous les animateurs saisis. Impossible d’évaluer le nombre de morts, estimé par recoupements des témoignages entre 1000 et 3000. Encore aujourd’hui il est impossible en Chine d’évoquer tout ce qui est lié à Tiananmen.

Excellents trois documentaires précis, deux de 55 minutes réalisés à partie des Tiananmen Papers, puis un de 55 minutes, inédit, sur l’engagement de l’une des premières figures d’animation du mouvement, Liu Xiaobo, revenu d’urgence des States à Pékin, puis qui a décidé deux fois de rester, avant de mourir après 9 ans d’emprisonnement, pendant lesquels il a écrit des caisses de manuscrits depuis disparues.

Voir et revoir ces trois documentaires, vivants et clairs,  … pour savoir et objectiver l’histoire.

Bon, qu’en est-il depuis ? Les gouvernements chinois ont verrouillé le système en ce qui concerne l’information tant totalement avec intelligence en interne qu’autant que possible en externe. Ils ont redouté par dessus tout que se reproduise en Chine ce qui est arrivé en Russie avec un Gorbatchev, donc que le Parti se délite et ne contrôle plus l’évolution du Pays. MAIS, comme chacun sait, Deng Xiao Ping, disposant alors de tous les pouvoirs, a ajusté la politique par « peu importe la couleur du chat pourvu qu’il attrape les souris, donc enrichissez-vous », vivez de plus en plus à l’aise en contrepartie de la privation de libertés nécessaire à la pérennité du système de pouvoir, capable de hisser tout le Pays, ses populations, à redevenir l’Empire du Milieu.

Xi Jinping, son successeur, continue cette gigantesque partie de jeu de Go, sur laquelle je reviendrai, en maîtrisant encore plus le système par la présidence à vie, et en dépassant le projet de redresser de son prédécesseur, par le projet affirmé à la face de cette planète d’être la première puissance mondiale. Ainsi l’humiliation profonde infligée des décennies fin du XIXème et début du XXème par les puissances occidentales d’alors, sera définitivement effacée donc dépassée.

Quiconque a eu affaire durablement avec des asiatiques sait d’abord qu’il est vital qu’ils ne perdent pas la face, ensuite que ce sont de durs travailleurs qui savent depuis des millénaires jouer le temps. Entre autre stratégie, les dirigeants chinois ont su encourager, développer, une large classe moyenne, sur un damier élargi où toutes les catégories ont leur place, à condition de rester loyale à la nature du système, du gigantesque clan. Personne n’a faim, tout le monde a sa maison ou son appartement, il voit ses moyens de vivre dignement progressivement s’améliorer, s’il tient son rôle selon ses capacités. Actuellement, est progressivement mis en place, selon un processus d’expérimentation, la pratique du « crédit social », où toutes les « bonnes » actions loyales donnent droit à des « bons » points, et où tous les actes décalés par rapport à l’éthique dominante (exemple traverser la rue hors des clous) retire des points. Plus on gagne de points, plus on dispose individuellement de degrés de liberté dans le cadre des règles collectives, … et l’État en est concrètement capable en utilisant systématiquement (pas de faille, ou si peu)  les progrès des nouvelles technologies, … caméras partout et algorithmes adéquats.

Pour tenir compte une nouvelle fois de la science fiction, dans le Successeur de Pierre, Jean-Michel Truong décrit nettement la différence entre l’horreur des conditionnements masqués à l’Occident, et la gestion plus intelligente et efficace (toujours le jeu de Go) en Extrême-Orient.

Ce qui s’est passé à Tiananmen pourrait bien se passer (évidemment un peu différemment) par chez nous. Ensuite ? Ce sera selon les systèmes de gouvernance que nous choisirons. Choisir ? Sans projet qui nous dépasse et nous meuve ?

Michel André Vallée     5 juin 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s