4 générations pour traverser le mur

L’observation et l’écoute d’une proportion importante des jeunes d’aujourd’hui, de ces années de collapsologie, fait trop souvent froid dans le dos. Il suffit de parler avec eux en faisant du blablacar, ou d’écouter avec la compassion ordinaire que devrait avoir un humain des parents qui cherchent à savoir quoi faire. Elles-ils ne savent pas quoi faire et s’essaient sans conviction d’une activité à une autre, papillonnent, et/ou décrivent notre société comme sans attrait, et/ou ne pensent qu’à gagner beaucoup d’argent immédiatement sans avoir à se fatiguer, et/ou commencent leurs soirées de boom par l’enivrement systématique, et/ou ne restent pas dans un emploi ou sont là à ne pas maîtriser un seul geste à l’apprentissage, et/ou se flinguent les oreilles à écouter du bruit qui n’est pas de la musique au-delà de 90 décibels … d’autres traits au tableau mais tous les lecteurs ont compris car ils les rencontrent tous les jours.

Beaucoup font des tentatives de suicides, rejoignant ainsi les cohortes d’Orange, des métiers de conviction des ex-services publics, etc … les choix de la méthode étant significatifs soit d’un appel à l’aide soit d’un départ ferme dans le vide de sens. Vide de sens au cœur de tous les traits de la dite collapsologie. Certes tous ne présentent pas ces symptômes, mais proportionnellement bien trop par rapport à avant les années 80. Et parmi les autres, une proportion non négligeable de jeunes conformistes installés dans la consommation sans être curieux plus loin que le bout de leur nez. Comme l’avait si bien annoncé après-guerre le regretté Roger Bastide (1965) nous sommes dans une pathologie sociale. Bien entendu au diagnostic une part des causes sont individuelles, une autre vient des structures et histoires familiales, mais le poids déterminant de l’environnement socioéconomique et culturel est évident. Ceux qui apparaissent « sains » sont une minorité selon des traits très divers (ce qui est « normal »), mais minorité nettement insuffisante pour porter notre société lorsqu’ils seront aux manettes. Aussi il n’est pas interdit de parler d’une génération « perdue ».

Perdue ? … pas certain à 100 % car parmi ceux qui se « débrouillent » exclus des filières des « privilégiés », la plupart se sont organisés carrément à côté des modes d’organisation de notre société, … sauf que le clivage dans la prochaine génération « aux manettes » va être encore plus profond que l’actuel entre les « privilégiés » et les « débrouillards ».

Les éducateurs soit n’ont cessés de hurler l’alerte depuis ces dernières décennies, payant avec un taux de dépression énorme qui aurait dû être traité socialement en épidémiologie, soit ont docilement suivi la mode des bisounours, … surtout ne contrarier en rien « ces pauvres petits », ne pas exiger l’effort dans le travail avec l’autorité nécessaire, se voir interdits de mettre des mauvaises notes sur des échelles ne ressemblant plus à rien, … En ce sens ils ont rejoint une partie de la génération précédente de parents qui ont interprètés de façon restrictive et orientée l’apport pourtant si riche de la Grande Françoise Dolto : l’enfant a des droits et on doit systématiquement les suivre, … quand Dolto a pourtant bien expliqué que l’enfant a tout autant des devoirs que des droits et que l’expérience de la frustration est nécessaire à condition de « parler » aux enfants. Une autre partie des parents, manquant d’éducation, s’est laissée aller au quotidien du dieu plaisir (apparent) dans le petit confort de la consommation de masse devant la télévision, surtout ne pas faire l’effort de penser et du sens critique.  « On a tout de suite à crédit», donc tout va bien, circulez il n’y a rien à se casser la tête. Maintenant ils ne bouclent pas toutes les fins de mois, mais il est trop tard … pour quelques temps. La génération précédente peut donc aussi être considérée comme « perdue », celle de l’après-après guerre et reconstruction, coulée douce sur la fin de comète des soi-disant « trente glorieuses ».

Ainsi on ne compte plus, depuis quelques années, les ouvrages, articles, panels télés et radios, … qui commentent doctement que « nous allons droit dans le mur », c’est le temps de la banalisation de la collapsologie. Commence à circuler le constat partagé que « le mur, nous sommes déjà dedans et continuons de nous y enfoncer ». MAIS quelques soient les souffrances que vivent les peuples où cela s’exprime, notamment dans ce qu’on appelle l’Occident, … la société ne bouge pas. C’est l’étonnement depuis les années 90, les gens ne bougent pas, se laissent endormir par la société du spectacle du pain et des jeux. Pourquoi ? Parce qu’ils ne sont pas encore assez « dans la m… », parce que chacun s’accroche au petit peu de minicomfort qu’il croit posséder, et pratique les trois singes devant toutes celles et ceux qui n’en peuvent plus. En effet fini le temps où des peuples entiers se privaient dans l’adversité, MAIS avec des phares qui magnifiaient la Vertu, que ces phares soient ou nom des illusions à condition qu’ils soient crédibles. Maintenant c’est l’individualisme quasi-total, numérisé, … et la résurgence-résilience de nouvelles formes de collectivités liées à des innovations n’en est qu’à ses ébauches, … avec le risque des communautarismes intégristes  prosélytes qui mènent droit à des dictatures en conflits entre elles. Donc la génération qui monte entre dans une période où tout, dont le climatique et ses conséquences, annonce qu’elle va être bien plus dure, et ce n’est pas l’argent factice de la planche à billets « à donf » qui va en adoucir les rigueurs.  Là enfin, cela va bouger, et la grande chasse d’eau va être tirée, qui va tout évacuer, … évidemment avec beaucoup de casse puisque nos gouvernances n’ont pas daigné entendre ce que tous les sachants leurs prédisaient depuis quand il était encore temps. Troisième génération de « flinguée ».

Une fois le nettoyage fait, la chasse d’eau tirée fait le vide. Alors la Nature qui ne connaît pas le vide le remplira, avec d’autres humains ? Ceux là vivront une reconstruction autrement intense et difficile (car tout y sera réinventé) que celle d’après-guerre, soit une quatrième génération.

Marie-Louise von Frantz, dans son livre « NOMBRE ET TEMPS Psychologie des profondeurs et physique moderne » (La Fontaine de Pierre 1998) décrit excellemment ce qu’il en est des 4 premiers nombres, les frontières du 4, tout dans la matérialité. Il s’agit de les faire exploser ces murs du 4, …au-delà. Il est vrai que le 5 est le Nombre de l’aventure !

Michel André Vallée 10 juillet 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s