DIADA du 9 novembre 2019 à Perpinyà, après le verdict du 14 octobre

La Diada de 2019 marque les 360 ans de signature entre les Rois de France et d’Espagne du Traité des Pyrénées, par lequel le Roussillon, le Vallespir, le Conflent, le Capcir et la moitié de la Cerdagne passent sous couronne française. Acte illégal car sans consulter les Corts Catalanes, et illégitime car contre la volonté des catalans. À partir de quoi les deux États mettent en œuvre des politiques de colonisation et de répressions des identités et structures catalanes, notamment dans la réduction de l’usage de la langue, tant administrative qu’au quotidien. Le dictateur Franco a préparé avant sa mort une monarchie parlementaire qui n’a que l’apparence d’une démocratie européenne, quand les structures militaires, judiciaires et de police n’ont été adaptées qu’en apparences ; ce sont ces mêmes structures qui assurent la répression actuelle contre la Catalogne au sud des Pyrénées.

Et aujourd’hui, en octobre-novembre 2019 ?

Lorsqu’un système, un État, sont sur le point de vivre une transformation radicale, une Révolution, l’histoire montre qu’il se produit toujours un moment, un évènement clé, d’une importance significative, à partir duquel toute la donne change, puis ce qui est à venir devient inéluctable. C’est ce que Vicent Partal a expliqué par son éditorial exceptionnel du 13 octobre, la veille du verdict, dans Villaweb. Dans la démarche d’indépendance de la Catalogne se libérant de l’Espagne, le moment-clé a été le verdict du Suprem au terme du procès des prisonniers politiques sur toute cette année 2019. À partir de ce moment, pour un État devenu, au fil de dégradations successives, totalement fondé sur l’empilement de couches  de mensonges visant à se couvrir l’une l’autre, explosera un déséquilibre tel que cet État ne peut que s’effondrer, … comme un château de cartes.  

Au terme de ce procès, il s’est avéré impossible au Suprem de démontrer la rébellion. Il essaie alors de se légitimer en inventant des prétextes de sédition, contre de toute évidence l’absence d’objet réel, tant aux yeux de la population catalane et d’une partie de la population espagnole, qu’au yeux de l’essentiel de la communauté internationale, … si on met de côté les silences de la CE et de la France, ou l’avis de la Turquie dictatoriale. Il a été démontré que pas un seul euro sur les budgets de la Generalitat ni aucun budget public espagnol n’a été dépensé pour financer le referendum 1-O de 2017. Donc aucun objet à ce procès.

L’opinion internationale regarde incrédule cette sentence du 14 octobre en pleine Europe, et ne comprend pas encore vraiment ce qui se passe. Elle ne voit pas encore clairement les enjeux pour la Catalogne, pour l’Espagne, pour l’Europe. Les enjeux ? : la Catalogne ne va pas seulement recouvrer de nouveau dignement sa liberté, se libérer d’être la dernière colonie de l’Espagne, la Catalogne indépendante sous forme de République, proclamée de fait le 27 octobre 2017 par le Président Puigdemont, va être un exemple et un phare d’une nouvelle forme de démocratie dynamique, au cœur de l’Europe à reconstruire.

Le moment clé ayant donc eu lieu le 14 octobre, la marche vers l’issue est en route et ne s’arrêtera plus.

Le 18, le succès de la grève générale  a été un tremplin définitif vers l’objectif ; ce succès, avec toutes les marches, les rassemblements-manifestations constants, l’occupation d’El Prat, et milles autres initiatives dans toutes les villes de Catalogne, y compris Catalunya Nord, … maintient le Pays dans l’esprit du 3-O.

L’idéal, selon le choix de non-violence active des catalans, aurait été l’acceptation par l’Espagne d’un referendum d’indépendance, mais  …

  • L’État espagnol a brulé toutes les possibilités de négociation pour y mener, ne mettant en œuvre que la répression gratuitement violente. Il n’a jamais compris que la Catalogne indépendante aurait pu être son meilleur allié.
  • A la différence du 3 oct 2017, la plupart des gens pensent actuellement que ni le gouvernement ni la classe politique sont exactement en phase avec la réalité historique de ce qui est en cours. Les manœuvres politiciennes ne sont plus crédibles que pour une minorité, la grande majorité est devenue méfiante au vu de ce qui s’est passé depuis deux ans.
  • Aussi la grève générale a aussi pour objectif de sortir la classe politique de ses atermoiements, les élever et booster dans la réalité, les replacer en relation avec la rue, indépendamment des petits enjeux d’élections imminentes en Espagne.

Après depuis un et deux ans l’appui de nombreux Pays (Belgique, Finlande, Danemark, Portugal, Écosse, plusieurs Lands allemands, Suisse, Slovénie, Québec, Irlande, Islande…) et de nombreux collectifs d’experts de haut niveau (géopoliticiens, sociologues, économistes, philosophes, juristes …), dont l’ONU, même le Financial Times « explique », encore cette semaine, que les sentences d’emprisonnement ne peuvent résoudre la « crise » catalane !

La grève générale et ses suites sont une démonstration de la disposition du peuple à résister à quelque agression que le système en place à Madrid continue à faire, tous les jours.

Pour Elisenda Paluzie, Présidente de l’Assemblea (ANC), Jordi Sanchez étant en prison, l’État espagnol et la police sont responsables, concrètement sur les terrains, des violences, blessés, depuis le verdict. Avis aisément vérifié avec le recoupement de tous les témoignages, vidéos…, qui mettent bien en évidence : qui attaque, comment, avec quels moyens.

Déjà une semaine après le verdict (mais cette triste liste continue de s’allonger) :

  • 579 blessés. Attitude ultra-violente de la police notamment toutes les nuits.
  • 4 personnes ont perdu un œil.
  • 179 personnes sont détenues.
  • 28 sont emprisonnées.

Pendant ce temps :

  • la Présidente du Parlement Carme Forcadell et le vice-Président Oriol Junqueras restent emprisonnée.
  • de même plusieurs membres du gouvernement.
  • les dirigeants de l’Assemblea et de l’Omnium cultural, Jordi Sanchez  et Jordi Cuixart , de même.
  • 7 membres des Comités de Défense de la République sont détenus sans preuves.
  • le Président Puigdemont et plusieurs conseillers sont encore forcés à l’exil.

La Catalogne vit au jour le jour un état d’urgence démocratique.

Encore ces derniers jours, l’État espagnol continue de poser ses pions sur tous les champs :

  • pression sur le Tsunami democratic, tenter de le fermer après l’avoir qualifié de « terrorisme ».
  • fermeture de l’exposition « 55 photos pour la Liberté » à Tortosa. Un État qui a peur de l’Art !
  • le décret « de sécurité » du Premier ministre PSOE Sanchez, véritable acte de dictature.
  • injonction de la vice-Présidente d’Espagne à la Belgique de livrer Carlos Puigdemont ! Acte qui atteste du dédain de la séparation des pouvoirs ! Injonction liée à reconnaître la « démocratie » espagnole en l’état, alors que cette Constitution est inachevée, violée, et ce que l’on sait de ses graves dysfonctionnements. Injonction assortie d’une menace contre un des Pays de l’Union, ignorant que dans ce Pays les trois régions le composant sont et se vivent à égalité de statut. C’est là un acte qui signe la perte de contrôle de l’exécutif espagnol actuel, et qui devrait achever de ridiculiser ce gouvernement et ses alliés, de quelque orientation qu’ils soient, aux yeux de tous les institutionnels sérieux.

Depuis cette première semaine, le peuple est dans le bon sens en profitant des départs de la police pour occuper en permanence la rue, mettre en évidence l’injustice de la sentence et de tout ce que les gens ont vu, pour défendre leurs enfants, réclamer la libération de tous ceux qui ont perdu la liberté.

Car la rébellion efficace contre la répression, le questionnement systématique du pouvoir de l’État, la critique sans faiblesse de la tentative de criminaliser l’indépendantisme … invalident de fait la stratégie répressive de l’État

Fin octobre, un sondage basé sur un échantillon de 1200 personnes donne les partis indépendantistes majoritaires tant en voix (58 % en ne tenant pas compte des abstentions) qu’en sièges.

L’État espagnol continue dans sa mentalité d’inquisiteur.  C’est sa nature comme le scorpion qui pique à mort la grenouille ; il ne peut pas s’en empêcher. Après 2 ans de répression, constatant qu’ils n’ont fait que renforcer la détermination des catalans, les Partis non-indépendantistes se concertent sur le moyen de réduire l’autonomie de la Catalogne dans les mois qui viennent : retour au 155 ou même état d’exception ? Ils vont tenter de tout diriger  directement depuis Madrid :

  • l’école publique
  • les délégations extérieures
  • TV3
  • L’intégralité des Mossos d’esquadra
  • … tout

… en supprimant le Parlement, le gouvernement, le Président.

Dans ce cas, si l’État espagnol peut effectivement pendant un temps récupérer l’administration, il n’aura ni la confiance ni l’adhésion de la grande majorité, … car plus de 80 % de la population du Sud souhaite un referendum sur l’indépendance reconnu légal, dans les règles.

Continue la multiplication des actes concrets et symboliques dans plusieurs provinces d’Espagne :

  • manifestations pro-indépendantistes à Madrid et plusieurs autres grandes villes.
  • bannières espagnoles retirées en Pays basque, et manifestation monstre à Bilbao.

… et en Catalogne même :

  • Succès du Tsunami démocratique. Vers une succession d’occupations dynamiques des places, des avenues, des routes, des aéroports, des voies de chemin de fer, des bâtiment logistiques et/ou symboliques. Il importe de continuer à rendre visible la révolte contre la tyrannie et la détermination de vouloir un autre futur immédiat.
  • Auto-institutions de municipalités en Consells locaux pour la République, affirmant que leur territoire est une partie de la République catalane, libre et souveraine.
  • À Barcelone et d’autres villes de Catalogne, sur l’initiative de l’Omnium cultural, des centaines de personnes se présentent au juge pour s’auto-inculper de sédition, déclarant avoir voté le 1er octobre 2017,  en solidarité avec la condamnation des « prisonniers politiques ». Des queues entières dans la rue. Précédent du 9-N où des milliers de personnes avaient fait de même pour « désobéissance ».
  • Manifestations collectives des maires de la majorité des communes, cette dernière semaine encore a Palau

Les efforts durs et difficiles de la majorité des gens pendant deux ans ne peuvent mener le peuple à accepter la reddition. Les États qui se reposent sur une telle stratégie visent à forcer les citoyens à se soumettre à la Loi, la justice servant alors le pouvoir exécutif. Il s’agit de priver les populations de la gestion de la démocratie, pour en attribuer l’exclusivité au système en place. Et réduire de plus en plus les libertés.

Le système en place tente d’instituer ce « respect » du pouvoir de la Loi, et le lie dans les médias à la répression autoritaire.

Il est donc important que la classe politique catalane, appuyée par les associations civiles qui maillent le territoire, surpasse la « légitimité » constitutionnelle actuelle par le Consell de la Republica.

Le Conseil compte actuellement 75000 inscrits.

Il est important que la population catalane, occupant la rue et tous les espaces publics, reconnaisse la légitimité du Consell, pour assurer la transition de l’installation de la République. C’est le peuple qui dicte aux politiques.

L’État espagnol se trouvera alors devant un « partenaire » avec les mains complètement libres, d’égal à égal, hors de son contrôle… et non plus une institution vidée maintenue en dépendance par la force.

Ces derniers jours, multiplication des prisonniers politiques et des perquisitions au domicile, toujours sur des prétextes.

Et ensuite, même s’il y a des morts, arrivera un moment où l’État espagnol ne pourra faire plus. Il reste peu à ajouter pour y être. La confrontation frontale sera alors inévitable ?

Que va-t-il se passer ? Faire occuper le Pays par l’armée ? Dans d’autres zones de cette planète, on constate que c’est ce qui se passe, ainsi actuellement en Syrie. Mais en Europe de l’Ouest, ce serait le chaos à Bruxelles et à Strasbourg.

Le peuple lui, visiblement, n’a pas peur, et va mettre en place la République.

Et quel va être le devenir de l’Espagne ? Le New York Times, pas n’importe quel journal de fond, s’interroge, ainsi que de nombreux autres acteurs politiques et socioéconomiques dans le monde, devant le constat de 4 votes en 4 ans !

L’histoire a plusieurs fois fait exemple : comme nous l’a rappelé Vicent, quelques évènements sur peu de temps pour l’effondrement du monde ancien.

Sempre endavant.

Comitè de Solidaritat Catalana de Perpinyà

Michel Vallée 1er novembre 2019