LE VILLAGE … LES RUPTURES

Un clan entier d’anciens tient tout le village, en fait l’équivalent d’un petit bourg, prisonniers volontaires au cœur d’une forêt dense considérée comme hantée par des monstres dévoreurs. Volontaires car la présence des monstres qui de temps à autre sortent de la forêt n’est qu’une illusion entretenue par le cercle des anciens, qui détient toute l’autorité. À part cela, les règles de vie semblent saines, vivantes, même assez souvent de fêtes paysannes joyeuses, dans la vertu et le goût du bel ouvrage, des conditions de vie et décors d’entre deux guerres. Le fou du village y est toléré, … mais c’est lui qui va provoquer le drame, par le meurtre de ce qu’il perçoit comme son rival d’amour ; etc …

C’était hier soir (12 janvier 2020) sur ARTE un film de 2004 de Shyamalan. Bourré de symboles. Car au-delà de la forêt « mystérieuse », notre monde « civilisé » de maintenant, gravement dégradé, peu évoqué mais suffisamment pour que l’on comprenne un état de dictature avec un goût de 1984. ET…, si les anciens se sont réfugiés au cœur de la forêt, c’est parce que tous ont perdu dans le monde « ordinaire » un parent, ami, dans des conditions « ordinaires » de dégradations sévères de la société.

Aussi ont-ils décidés la rupture d’avec cette société gravement dénaturée en fondant un clan. Les « autorités » le savent puisque le survol de la zone en est interdit.

À peu de choses prêt, nous retrouvons des traits des « parqués » du « Meilleur des mondes » du Grand Huxley, des résistants de Solent Green, ou encore les zones de regroupement des rescapés dans « Postman » de Kevin Costner, voire dans le passé la vallée perdue (refermée sur elle-même pour éviter les pillages) des récits de la guerre de 30 ans, voire dans le futur les sauvageons du Successeur de pierre de Jean-Michel Truong ! Tous ces collectifs qui vivent selon des règles collectives auto-instituées ont fait rupture avec le système dominant. Ils font rupture pour survivre dans des conditions plus saines que ce qu’est devenu le monde, … et tenter de se préparer à un « à venir » meilleur, … entretenant l’espoir.

Toutes ces illustrations correspondent au scénario 3, celui du chaos, pages 38-39, décrit dans mon dernier essai « Passages vers l’Ère à Venir », disponible sur le blog « arcencielxcristal », dans Édition999, sur le mur Facebook de Michel André Vallée. Pessimiste, non réalités au constat accéléré de ce qui se passe là ici et maintenant : feux en Amazonie, en Australie, au Congo et en Sibérie ; crises majeures en au moins quatre zones du Moyen-Orient plus la Libye (et ailleurs), dominance des dictatures et quasi guerres civiles larvées ou masquées dans presque toutes les soi-disantes démocraties (sauf la zone Nor de l’Europe), fissures dans tous les Partis assez importants pour avoir accès aux manettes partout, été lamentable des sectarismes ou individualismes outranciers … inutile de continuer les médias, vendus ou non, s’en occupent.

Ce film apparemment poétique montre une ébauche de scénario temporaire ; … simplement les monstres ont d’autres aspects.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s