Culture de la Castille … en creux. Indépendantisme … et non séparatisme catalan.

Comme l’historien catalan Joan Villanove le rappelle assez régulièrement au fil des Cartas del dimecres, la tension, permanente et de période en période très vive, entre Catalogne et Castille remonte au temps où les rois d’Espagne, à partir de 1516 au moins et tant de fois depuis, ont dénié le statut historique de la Grande Catalogne et imposé à toute une Nation le paradigme centralisateur (appelé en France « jacobin ») de la Castille.

De nombreux historiens catalans et de plusieurs autres cultures d’Europe et du monde développent, avec tant de sources validées à l’appui, ce phénomène qui s’est étalé des siècles et continue dans la violence de nos jours, exacerbé depuis l’1-O (1er octobre 2017).

Depuis cinq ans que j’ai choisi de vivre ici, j’ai étudié de nombreuses sources. D’abord La guerre d’Espagne de Anthony Beevor, puis d’autres sources sur toute cette période en Catalogne, des ouvrages de Joan, La Catalogne et l’Espagne, Les clefs du conflit par un large collectif d’auteurs animé par Dominique Petitdemange et Marie-Christine Jenè, l’ Historia Mundial de Catalunya dirigée par Borja de Riquer,  de nombreuses publications de Vicent Partal, … et écouté les conférences données en Catalunya Nord par Ramon Gual père et plusieurs autres témoins, les conférences et cours à l’Universitat Catalana d’Estiu, etc …

Il est juste d’y reconnaître que la passion, l’attachement, y sont toujours relativisés, pondérés, par l’objectivation, la raison, la production des références.

Ce n’est pas ce qui se trouve dans un article de deux pages du N° 27 de Mai-Juin 2020 de la sérieuse revue de géopolitique CONFLITS, sous le titre Les racines intellectuelles du séparatisme catalan.

Si j’en parle ici et écris en conséquence cet article, c’est :

  • d’une part que là est franchement posé, crument, directement, ce que j’ai trouvé souvent de façon contournée dans de nombreux autres supports français. Et la diffusion large de cette image, reçue par beaucoup de gens, contribuant à forger leur compréhension et leur conviction, pose problème.
  • d’autre part que la période est critique pour le mouvement indépendantiste catalan, plusieurs clans politiques faisant courir à l’ensemble du mouvement des risques clairement analysés tant en Espagne que dans plusieurs supports internationaux sérieux, … quand l’UE, tant au Parlement qu’à la CE, maintient une distanciation « prudente ».

L’auteur de l’article, Nicolas Klein, agrégé d’espagnol, introduit en citant Josep Manuel Ximenis, membre de la CUP, qui aurait déclaré « En Catalogne, dés le départ, l’on voit comment s’établit une société diamétralement opposée à la société féodale castillane. Et il s’agit d’une réalité historique et d’une structure qui crée ses inepties. La Castille se résume à une simple hiérarchie d’agriculteurs et d’aristocrates. Rien à voir, donc. La mentalité castillane porte dans ses gènes une acceptation naturelle : «être commandé ». Cela n’a jamais changé et ne changera jamais ».

Bien entendu, comme toujours, il serait d’abord convenable de resituer le contexte d’une telle déclaration, comme pour toute expression. Mais là est donné le ton de l’article, qui exploite ce propos pour développer le procès d’intention d’une attitude systématique de supériorité et de condescendance de la part des intellectuels catalans envers les espagnols, dénommés « castillans », … trait en soi qualifié de «discours haineux ».

Il continue ses démonstrations en citant Joan Cardona (Unité de tuberculose expérimentale de l’Institut Germans-Trias-i-Pujol ; « … c’est pourquoi la République nous permettrait d’augmenter les investissements dans la recherche et de nous placer à la pointe … si nous restons dans un État dirigiste nous n’y parviendrons jamais ». Et pourtant, en l’occurrence (je ne sais pas par ailleurs) Cardona a raison, et il n’est que de voir la qualité et l’ampleur des investissements de haute technologie en Catalogne pour constater que tant d’économistes et scientifiques venant de loin ont compris. Puis il cite Oriol Junqueras, Jordi Pujol, … jusqu’à Joaquim Torra, l’accusant d’être sensible à l’Italie de Mussolini. Bref, les penseurs et dirigeants catalans seraient suprématistes et racistes. Pour conclure que le nationalisme catalan « est loin d’être inclusif », contrairement à ce que les intellectuels et militants catalans en diraient ! Il serait xénophobe et « ne peut donner que des fruits vénéneux ».

Comment à ce point ne pas connaître, ignorer, les réalités de l’histoire, depuis, par exemple, les fondements par un Grand ecclésiastique, l’Abbé Oliba, dés 1027.  

Ainsi, lorsque l’auteur date la naissance du nationalisme catalan dans la seconde moitié du XIXème siècle, il montre ne pas connaître l’histoire et est en retard d’au moins six siècles, soit avec les Corts en 1214-8 ; il est trop facile de balayer d’un revers de main le travail des historiens sur les 700 ans de confédération catalano-aragonaise en les qualifiant de « fadaises ».

En 1640 la guerre des Segadors a défendu le modèle Républicain d’organisation de la société. Depuis le décret de la Nueva Planta en 1716, régulièrement l’ensemble du peuple catalan va perdurer et manifester son identité pour se démarquer de la monarchie absolue castillane. La première grève ouvrière générale aura lieu en 1855.

Toute la période depuis la proclamation de la République en avril 1931 est mieux connue, … et témoigne malgré les exactions des dictatures de la même constance dans la conscience collective et le vouloir d’être.

Disons tout de suite que tous les espagnols non-catalans ne témoignent pas du référentiel, du logiciel, du paradigme culturel décrit ci-dessus et ci-dessous. Il n’est pas besoin d’être grand clerc en sociologie pour savoir que dans tout groupe culturel et collectif important, se distinguent des sous-groupes dont les orientations et les styles peuvent être très contrastés et aller du plus ouvert, humaniste, tolérant, au plus violent et réactionnaire. Par ailleurs, comme toutes les Nations-États de l’Europe (et du Monde), l’Espagne est un puzzle de Régions nettement distinctes (soulignons dont les « autonomies » des Régions ne sont pas identiques ?). L’Alsace n’est pas la Bretagne ni la Corse ; l’Andalousie n’est pas le Pays Basque ni la Galice. Tous les États-Nations du Monde sont des construits historiques toujours susceptibles d’être remis en question ; par exemple actuellement la Californie marque explicitement sa distance d’avec le reste des Etats-Unis, la Hongrie provoque clairement l’UE aux limites de l’actuel « tolérable », l’Écosse fourbie ses armes pour une nouvelle tentative d’indépendance.

Mais, effectivement, pour un bloc culturel historique de celles et ceux qui s’y reconnaissent, le logiciel mental de la Castille, devenu Espagne par colonisation progressive des Provinces environnantes, ne peut « voir » les réalités autrement ! C’est le premier trait fort qu’il importe d’accepter de comprendre.

Le paradigme en est d’une image de soi et des relations avec autrui de conquérants, de conquistadors, et non de coopérations. C’est un monde de domination et de vie dans l’exploitation d’autrui. Le machisme dans la considération des femmes et dans le porté, la tenue, est en cohérence ; même les films crûment volontairement critiques de cette sociologie des relations de genre, par exemple ceux d’un Almodovar, transpirent de ce regard et des violences liées. Le monde méditerranéen est marqué depuis les plus lointaines traces archéologiques par les mythes du taureau, mais en Espagne, tant à Madrid qu’à Ronda (Andalousie), les cultes sont devenus le rite violent et sanglant de domination que nous connaissons avec la corrida ; la culture catalane ne s’y est pas trompée qui y a renoncé, ni le Portugal qui garde des jeux mais a de longue date renoncé à la mise à mort.

Tout se passe comme si la culture castillane, devenue espagnole, était donc dans l’incapacité de percevoir, constater, retenir, considérer toute autre culture, même pas le négociatoire, encore moins bien entendu intégrer, …. Toute autre forme de pensée et mode de vie ne peut alors être que hors de cette façon brutale de sentiment de l’honneur, de possession conquérante. C’est une forme sociétale effectivement archaïque du « there is no alternative » (alias TINA) économique des néo-libéraux contemporains, … mais tout autre. Cette forme est encore subconsciemment fondée sur l’économie de l’esclavage, féodale. Alors que l’économie de l’esclavage remonte quand même en tant que modèle de société à plusieurs siècles en arrière, même si elle est encore pratiquée dans plus de Pays qu’il n’y paraît, masquée (mais tolérée comme la finance internationale intègre l’économie du crime dans ses compte et critères de gestion).

Bien entendu, si compte tenu des tendances géopolitiques lourdes de notre temps, en Occident le système politique de démocratie est le référent officiel, et si l’Espagne sortant de la dictature franquiste n’était plus en capacité d’assurer l’isolement dans une UE économiquement désirable, les rapports de force ont imposés une Constitution clivée, à la limite du recevable institutionnel, mais qui préserve le fond d’un système vertical et des anciennes prérogatives. Le pouvoir de l’Ejercito (Armée) est garanti, soigneusement autoentretenu, pendant que la Justice est intégralement détenue par la pensée unique du clan néo-franquiste. C’est une Constitution « temporaire », qui dure. Sa gouvernance a utilisée toutes les tentatives d’avancées catalanes, et plus généralement authentiquement démocratiques (le moins pire des systèmes selon Churchill), pour récupérer pas à pas en réaction ce qui avait été concédé. La récupération dans ce type de culture et de contexte se base sur la judiciarisation, laquelle dans l’affaire catalane est, à l’évidence aux yeux de tant d’autorités et médias internationaux hors Espagne et France, radicalement raide. Droit dans les bottes au point d’être comparable aux pratiques frontales des autres systèmes autoritaires actuels ou récents hors zones Occident. Depuis l’1-O il n’y a pas en Catalogne du Sud envers la population ou à Madrid envers les prisonniers politiques de semaine sans exaction grave.

Pas étonnant que le mouvement indépendantiste soit qualifié de « séparatisme », et, dans d’autres supports de moindre qualité mais qui développent la même image, de « terroriste ».

Alors, il convient de voir clair, que seul le rapport de force direct compte, est considéré comme respectable et viril. C’est le second trait fort qu’il importe d’accepter de comprendre. C’est « la Loi » (au sens de La Loi d’un Roger Vailland), quitte à prendre le temps de toutes les manœuvres imaginables, en disposant aisément des budgets adéquats pour cela (les Partis dits « de droite » espagnols sont connus pour être parmi les plus corrompus d’Europe).

En conséquences, permettez plusieurs remarques :

  • Il est incorrect d’envisager négocier quoi que ce soit avec les clans décideurs d’une telle culture, et il importe de se faire, au plan même de l’éthique, à l’idée que seul le rapport de force permettra de se rapprocher de l’objectif catalan d’indépendance. Même remarque pour l’objectif de « démocratie » pour l’ensemble de l’Espagne. Si le rapport de force l’emportait, alors il sera toujours temps de mettre en œuvre un long processus de rééducation socio-culturelle.
  • Poser, exprimer, expliciter, adapter en permanence, non pas Un mais LE Projet de société, selon un dessein collectif cohérent. Sans Projet, pas d’Unité pérenne. Ne pas confondre objectif (l’indépendance) et Projet : quelle Catalogne État sous forme de République, quelles orientations en tous domaines dans une vision long terme.
  • Le rapport de force, il importe alors de le reconstruire, développer, autant que de besoin (c’est actuellement le cas). Reconstruction d’une part en liant mouvement du bas (le peuple dans ses diverses composantes) et mouvement du haut (tous les dirigeants politiques et associatifs, les intellectuels, les financeurs …), d’autre part en liant mouvement de l’intérieur (suffisamment de zones avec degrés de liberté connectés entre eux pour éviter tout encerclement réducteur) et mouvement de l’extérieur (alliés explicites et potentiels, appuis internationaux de connaissances et expertises en toutes matières, apports d’oxygène, zones de repos-résilience et de repli …). Tout cela dans un esprit de combat.
  • Éviter de n’exister que dans la plainte et dénonciation de toutes les « mauvaises actions » de … , cependant tout en les faisant systématiquement connaître. Pourquoi bien des fêtes catalanes sont celles de défaites ? Agir dans le rapport de 2/3 de l’énergie en développement (pas moins) et 1/3 de l’énergie en défensif (pas plus) ; il s’agit là de temps passé, de budgets, de moyens investis …

Car si l’on reste dans la dénonciation, on reste en dépendance de « l’ennemi » qui maîtrise alors l’initiative à son gré.

  • Comprendre et intégrer, sereinement, que les personnes et collectifs qui sont de la culture castillane telle que décrite entendent et entendront tout propos pointant, décrivant, dénonçant leurs paroles et actes comme orgueil, sentiment de supériorité, condescendance, signe de faiblesse … , partant radicaliseront leur compréhension et réaction partagée entre eux. C’est de l’énergie gaspillée, et il est utile d’apprendre entre tenants du changement de société à muter la colère en force pratique.

Sauf … à choisir la politique du pire, … mais alors être prêt à tenir jusqu’au bout et se donner les conditions concrètes de l’emporter (avec un plan B et un plan C).

Oui, ce qui est avancé là est, pour la tradition culturelle catalane, telle qu’elle ressort de la grande majorité des écrits et des propos et des pratiques, telle que je l’ai comprise à ce jour, un dilemme difficile en notre période. Il n’est pas adapté aujourd’hui d’avancer le pacifisme, qui remonte pourtant pour la Catalogne à Oliba lui-même, de choisir la stratégie de la non-violence trop exclusivement, …sans y renoncer totalement pour autant. Guifré lui avait pris les armes pour engager la Reconquête. Le pacifisme a fait oh combien ses preuves ailleurs au fil de l’histoire, … mais, là aussi, ne peut pas être senti tel une pensée unique.

Il en est d’autres. Un Dessein juste a toujours le choix.

Michel André Vallée              17 mai 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s