NON VIOLENCE ? : OUI, MAIS PAS SANS PRINCIPE DE RÉALITÉ

Bien entendu, la situation des Indépendantistes de Catalogne face à l’Espagne néo-franquiste n’est pas celle des Démocrates des USA face aux trumpistes. Ce sont deux histoires, deux ensembles contextuels et d’enjeux très différents.

Mais le trumpisme, dont les outrances ont inspiré depuis ces dernières années plusieurs analyses socioéconomiques, géopolitiques, et même psychiatriques, s’avère bien être la face actuelle du conservatisme d’extrême-droite américain.

Pardon de me répéter, mais quelle outrecuidance pour les habitants des USA de s’approprier le qualificatif « américains » ; et tous les autres, des Inuits du Nord aux Mapuches du Sud ? Cependant là puisque Bolsonaro sévit au Brésil, que nous avons connu l’épisode Pinochet au Chili, le coup d’État contre Morales en Bolivie, après tant d’autres …, nous pouvons parler de la culture de l’extrême-droite américaine, depuis l’arrivée des Conquistadors du Nord comme du Sud.

En fait, la guerre de Sécession ne s’est jamais terminée, en témoignent les assassinats de citoyens considérés encore de nos jours comme « à mater » et la violence symbolique et trop souvent physique des manifestants, de ces gens qui refusent et dénient totalement toutes évolutions de la sacro-sainte « american way of life » (d’autres peuples peuvent bien être affamés pendant la durée de cette jouissance).

En Espagne, la guerre non plus ne s’est jamais terminée, comme en témoigne la continuité des exactions dures menées toutes les semaines par le régime Populaire puis soi-disant social-démocrate mais de fait néo-franquiste sur la population catalane et les intérêts de la Catalogne, considérée comme une colonie (l’ultime colonie de l’Espagne les pays Basques bénéficiant d’une Autonomie incluant la maîtrise de leur fiscalité après avoir traversés un période de conflit frontal). Non, il n’y a pas eu de réelle sincère pause dans la tête, le cœur et les reins de toute une caste de la population espagnole, après le décès du dictateur Franco, puisque les droits de la Catalogne et des catalans (incomplets dans une Constitution « provisoire ») ont été systématiquement rognés dés les premières opportunités, et que depuis le 1er octobre 2017, tous les Partis non-indépendantistes ont participé, directement ou indirectement, à la table d’application de l’article 155 !

Cette culture là lie une partie des grands possédants, une partie des classes moyennes conservatrices et réactionnaires, et une partie des classes populaires dans une identité commune. Quelles traits décrivent cette identité ? Tant de travaux pertinents là dessus, aussi contentons-nous de citer : la propriété individuelle appuyée sur l’exploitation estimée « naturelle » d’un certain nombre de gens (peu ou en grand nombre), pouvant dériver à l’esclavage ; le machisme, … souvent lié au racisme ; la pensée unique de domination ; l’ordre social raide bien au-delà du nécessaire, … souvent assuré au nom d’un dogme religieux ; le goût d’une consommation de luxe ou qui copie pour les plus humbles des symboles d’une image luxe ; la violence gratuite comme signe de virilité (même chez les femmes).

Symboliquement et pratiquement, cette violence gratuite liée au goût du sang prend aux USA la forme de la sacralisation du second amendement de la Constitution, et en Castille et Andalousie la forme de la sacralisation de la tauromachie. Ces quelques exemples suffisent à « sentir » (en français et en catalan) de quoi nous parlons.

Est-il utile de rappeler que les complexes de supériorité sont le plus souvent (pas toujours) une structuration de compensation individuelle et/ou collective aux complexes d’infériorité ?

Or, ce système profondément ancré de représentation des réalités ne peut évoluer vers une ouverture de fond « aux autres » qu’au fil de plusieurs générations. C’est au moins une question de niveau partagé et ancré d’éducation et de connaissances. Avec ce type de culture, l’histoire après de multiples cas démontre qu’il n’est pas de négociation durable possible avec les « autres » , … hormis des compromis temporaires qui ne résultent que de rapports de force. En effet l’essence du projet d’une négociation durable, qu’elle complète ou non une médiation, est bien une modification de fond durable des façon de voir et attitudes des deux « partenaires » qui étaient « antagonistes ».

Sun Tzu, en Chine, a écrit L’art de la guerre, il y a plus de trois millénaires, à partir de l’analyse critique avec recul de nombreux cas de gestion de conflits. Sa règle d’or d’investir deux tiers de l’énergie en développements et un tiers en contention relève totalement du principe de réalité. En l’occurrence contention est sérieux et ne peut qu’être ferme, doit être agie si le contexte l’exige, et peut aller jusqu’à la mise en œuvre des moyens de pression les plus durs autant que de besoin.

Aussi, aux USA l’intention annoncée par Joe Biden  de rassembler en vue de dépasser l’état actuel ne peut être entendue par la caste identitaire du trumpisme, encore moins par les leaders du Tea Party. Aussi, en Catalogne, la stratégie de non-violence  annoncée et portée par les collectifs animateurs de l’Indépendance ne peut être respectée ni même considérée par tant les leaders que les tenants de l’ « Espagne une et indivisible » ; elle est dénigrée et combattue, avec dédain, par les tenants conservateurs du néo-franquisme.

Un jour, j’ai déclaré à un petit collectif de confrères allemands, avec lequel nous partagions une démarche disons « de développement » : « depuis 1945, deux générations ont passées, et la nature des actes posés montre bien que vous n’avez plus à porter la culpabilité de la génération qui a permis le nazisme, même si certains tentent de continuer à tirer profit de cette responsabilité passée ».

Aujourd’hui, en regard du trumpisme issu du sudisme esclavagiste tout comme du néofranquisme issu de l’orgueil  de l’Espagne d’antan, il faudra bien plus que deux générations. Le niveau médian de conscientisation de l’actuelle humanité, d’autres situations aussi et plus dramatiques perdurant sur cette planète, étant ce que nous savons, peut-être même le seul espoir réside-t-il dans la mutation globale de civilisation qui est en cours ?

D’ici là, avec et face à de telles cultures, qui se croient toujours puissantes donc s’imposent (tant que cela marche et après nous le déluge), seuls des rapports de force crus et durs peuvent permettre de dégager suffisamment d’espaces de liberté pour respirer et avancer.

Que l’on ne se méprenne pas, et me faire dire ce que je n’ai pas écris. L’option de la lutte non-violente est belle, signe d’humanité, porteuse de mouvements de fond vers une élévation du niveau de conscientisation collective, … MAIS n’est adaptée qu’aux contextes appropriés.

Sinon, le principe de réalité, fondamental, mène directement à la confrontation frontale, … en sachant choisir ses moyens et son moment lorsque le rapport de force se présente favorable ou, pire, que l’ennemi l’impose (Churchill).

Dans le sud des States, l’acte pour une jeune femme noire de refuser de se lever d’un siège réservé aux blancs était soigneusement préparé en mobilisations et logistique par le mouvement des droits civiques, non violent. Dont acte. Démarche intelligente et courageuse, et certes la législation US a ensuite évoluée, … mais les attentats perpétués en public aux yeux de tous continuent ! Revoir le dossier Ku Klux Klan une histoire américaine de ARTE Éditions – 2020, qui va de la sortie de la guerre de Sécession au trumpisme d’aujourd’hui. Exemple d’objectivation.

Quand au Grand Gandhi, s’il a réussi à libérer les Indes de l’Angleterre, il a été assassiné. Depuis, Indes et Pakistan sont en conflit frontal permanent. Les castes n’y sont pas disparues.

La Catalogne finira par réaliser son Indépendance, compte tenu de ce qu’Elle est (histoire millénaire partagée, langue, culture, territoires, économie,…). De multiples signes : la Catalogne ne manque pas d’appuis au plan international, dont européens. Des acteurs qui comptent en Écosse, en Finlande, au Danemark, de plusieurs Lands allemands, en Suisse, au Portugal, des Régions de Belgique, au Québec,  …, à l’ONU,  ont réitérés explicitement leur appui. Plusieurs grandes entreprises, notamment actrices d’innovation, continuent d’y investir.

La Catalogne ne peut que se libérer de cet état de colonie d’une Espagne qui est en train de se démanteler, ce que la Communauté Européenne se refuse encore à voir de même qu’elle ferme les yeux sur les transgressions graves et inlassablement répétées à l’état de droit ! Comment tenir la contradiction entre les attitudes envers la Biélorussie, la Hongrie, a Pologne d’une part, et par rapport à la Catalogne d’autre part ?

Malheureusement, ce destin hautement probable ne se concrétisera pas sans encore un ou plusieurs épisodes de confrontation frontale. Ils exigeront un grand courage de la part de la population et des collectifs de la société civile engagés, au-delà de la non-violence. De courage, la gent n’en manque pas, en témoigne la capacité de continuer à vivre collectivement tel que l’on est, malgré le harcèlement permanent des exactions. Lorsque des centaines de catalans venaient volontairement se déclarer avoir participé au référendum du 1er octobre pour recevoir la condamnation de leurs leaders, ils rappellent ceux qui aux Indes continuaient d’avancer les mains nues sachant qu’ils seraient matraqués certains à mort. Ce faisant, ils saturaient le système judiciaire, pointant une régime qui a choisi l’arme de la judiciarisation ; mais ce système joue le temps, et continue son rouleau compresseur de procédures, inchangé !

Les populations et les associations civiles catalanes qui restent ancrées dans la réalité ont aussi à pâtir de clivages oh combien dommageables d’une partie des partis politiques, tout comme les citoyens des USA qui espéraient dans une autre société plus humaniste, sociale et soucieuse des écosystèmes ont payées cher les conceptions « hors-sol » des états-majors démocrates il y a quatre ans et depuis. Quels surcoûts !

Pour toutes les autres considérations, Vicent Partal, fondateur et animateur de l’excellent journal internet Villaweb, commente chaque jour avec objectivité et pertinence, certes en catalan, ce qu’il convient.

Cet article est-il utile ? Tous ces traits sont connus, repris et repris, … mais peut-être pas ainsi ?

Michel André Vallée  novembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s