LA VIOLENCE AUTHENTIQUE CRUE

Mise en scène dans « les frères SISTERS », par Audiard, donné hier soir 7 mars sur ARTE. Pas de romantisme ni patriotique du drapeau US ni spaghetti à la Leone (ce n’est là en rien une critique des chouettes westerns spaghettis surtout tournés en Europe). Rien de bisounours non plus. Du cru direct réaliste.

Les deux frères Sisters sont devenus tueurs à gage, employés par un riche dirigeant capitaliste d’alors, avec sa milice privée, avide qui tient à empêcher ou s’approprier une nouvelle technologie dans la recherche de l’or en Californie. Ils se sont trouvés « obligés » de devenir cela, amenés à la violence par un père fou dégénéré puis de fil en aiguille le frère ainé a été bien obligé d’aider son frère cadet et ils ont appris à être d’excellents guerriers tireurs (comme il se doit à l’ouest du Pecos), employés comme tels. Un rêve de phalanstère, tué dans l’œuf comme quasi toutes les tentatives tant en Europe qu’aux Amériques (Nord et Sud) aux XIXème, début et mi du XXème siècles ; j’en ai bien connu directement plusieurs avec les échecs de l’autogestion (Tito n’a pas vécu assez longtemps).

Pas une seule parole inutile, et tous sauf les deux frères vont y passer ; ces deux ne masquent pas le conflit de leurs différences, mais une fois fait « le job » rentrent se reposer à la maison, même si le cadet y a perdu la main droite (qui lui permettait de « travailler »).

La misère humaine dans le fantasme de l’amour avec la prostituée.

La confrontation à la nature sauvage violente à sa manière quand on y est baigné (cf. un autre film « In the wild »), ce que toutes et tous n’ont pas eu la chance de connaître car alors on apprend.

Un bon documentaire de psychosociologie, qui a le parfum de l’authentique, appuyé par une musique parfaitement adaptée, pour expliquer la violence.

Du juste, du vrai, du beau ? Comme l’a dit un jour à mon épouse un vrai indien du Québec employé par le beau jardin botanique de Montréal : « nous n’avons pas du faire ce qu’il fallait pour « survivre », mais juste pour « vivre ».

De magnifiques paysages, bien entendu  …  

Michel André Vallée            8 mars 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s