LES PEURS

Pâques 2021, c’est entendu, pour les commentateurs publics divers (médias et revues de « presque » tous bords culturels) de la pandémie en cours, les gouvernements actuellement en place bénéficient au delà de toute espérance de la PEUR de la mort. Pendant ce temps, depuis plus d’un an, … tous autres objets et sujets de contestation passent loin derrière, … la quasiment unique aspiration de beaucoup est devenue de pouvoir « sortir » avec d’autres à l’air « libre », parfois même et de plus en plus souvent « quoiqu’il en coûte ». Quelle aubaine pour les soi-disant politiques en place, au moins en « Occident ».

Quelle aubaine aussi pour la caste d’une partie encore majoritaire du corps médical qui s’est laissée mettre en dépendance des grands laboratoires et lobbys pharmaceutiques, qui tolère sans vergogne que le traitement d’autres maladies plus mortelles (mais auxquelles nous sommes habitués) soit mis « en attente ». Quand une autre partie encore minoritaire s’évertue à démontrer dans plusieurs « réseaux sociaux » que le taux de morts n’a rien d’exceptionnel, que plusieurs médications sont depuis des lustres et s’avèrent toujours efficaces pour contrer cette pandémie-là, … mais rien n’y fait tant que ces acteurs de bon sens demeurent minoritaires et ne sont surtout pas portés par les médias « de masse » inféodés.

Cette pandémie présente un « avantage », elle contribue à réduire la surpopulation, premier problème de l’ONU, de l’OMS, de notre système de civilisation. Et ce tant que la dégradation assurément bien plus létale à plus d’un titre, devenue évidente et inéluctable (« trop tard ») de nos conditions de vie, du fait des effets de notre modèle pensée unique néo-libéral mondialisé de croissance à l’infini, … ne doit surtout pas être sérieusement mis en cause et contré. L’argent valeur première, et le contrôle par les puissances en place, avant l’humain.

L’AUBAINE POLITIQUE DE LA PEUR DE LA MORT.

Et pourtant, depuis bien avant que la conscience des humains se développe et au fil de l’histoire d’abord en parle puis en écrive sur cette planète, la mort de tout ce qui est vivant est bien la première des évidences. Ce disant, il n’est pas juste de se limiter aux humains, … nous pouvons voir dans le regard d’animaux la conscience d’une mort imminente. Il s’agit bien d’une réalité simple pour tout vivant. Plus loin même, pour la pensée animiste de ce que « l’on » appelle pudiquement aujourd’hui « peuples premiers », il en est de même de tout existant. Même les paysages bougent sans cesse, insensiblement ou brutalement. Toutes les religions « révélées » se sont emparées et ont récupérées, simplifiées, ces « connaissances » qui les ont précédées.

Pourquoi avoir peur de la mort, nous interpellent tant de philosophes, puisque telle est l’évidence des réalités, de la réalité ? Cette peur n’y change rien. Tout regret à un instant de tous les instants d’avant ne change rien à ce qui est là ici et maintenant. Autant vivre intensément ce privilège d’être vivant consciemment, là ici et maintenant. Encore aujourd’hui, nous raconter-rassurer par de beaux discours que la mort donne sens à la vie n’est qu’une incommensurable manipulation dialectique, … car la conscience vécue d’être vivant EST bien un inqualifiable privilège, … tous les jours et toutes les nuits d’une vie donnée. Pas besoin d’être grand clerc pour « sentir » cela. Que de poètes, de chanteurs …, tel d’un Georges Brassens « … mais de mort lente » !

Cette peur de la mort, c’est aussi celle de la maladie, des souffrances, du vieillissement (si difficile à accepter pour tant de gens), de la réduction progressive des capacités. Le Grand Huxley l’a si nettement explicité dans « Le meilleur des mondes » (il en a donné ensuite une compréhension complémentaire dans «Retour au meilleur des mondes »).

C’est aussi la peur de tout ce que, dans notre orgueil individuel et collectif, nous ne connaissons ou ne comprenons pas, peur des monstres des autres mondes, peur des fantômes de nos inconscients, peurs de ce que nous ne voyons pas (ou au contraire imaginons) la nuit, … en bref peur de tout ce que nous ne contrôlons pas. Quelle outrecuidance, à partir du moment où nous nous sommes illusionnés devenir grands du fait de maîtriser nos sphincters ! Illusion de contrôler quand nos capacités de perception restent si limitées (vrai pour nos cinq sens et aussi les autres, proprioceptifs etc …).

Nous sommes aussi prisonniers dans la peur des erreurs, de la honte de nos capacités limitées en pensant et agissant ces erreurs, … puis de l’image que nous imaginons laisser de ce fait autour de nous.
Nous ne serons pas exhaustifs ici, mais voyons aussi la peur des confrontations (on peut s’y faire mal au corps et/ou à l’âme), … la peur de la pauvreté, de la misère, de l’indigence.

Ah, j’ai failli l’oublier et pourtant, … la peur du changement, de perdre tout ou partie de ce qui a laborieusement été obtenu, construit, constitué, appris, rassurant, qui protège … d’un système de société apparemment si confortable (dans les Pays nantis dont on sait dorénavant qu’avant le milieu de l’année ils vivent sur les privations des autres).

Mais qui n’a jamais eu peur, n’a jamais eu le trac ? Qui n’a jamais été amené à faire preuve de prudence dans l’appréhension de quelque chose d’inconnu (sauf à présenter une personnalité maladive d’inconscience) ?

La regrettée merveilleuse actrice et cantatrice Jeanne Moreau, « femme de connaissance », l’a tranquillement posé … « la peur est la peur de la peur ».

ALORS, QUOI VOIR ET QUOI FAIRE ?

Les réalités de ce monde sont nos réalités. Notre état de maturité d’humain (individuel) et d’humainS (collectif) conscient en est là où il est, en ce moment des évolutions sur cette planète. Nous n’avons pas d’autre choix que de rester en lien avec cette réalité, nos réalités. C’est le principe de réalité.

Nos connaissances sont telles, au-delà de nos capacités d’appréhension. Plus, nos systèmes actuellement dominants de civilisations ont mis de côté des mondes entiers de connaissances. Un Antonio R. Damasio en donne une toute petite idée dans « L’erreur de Descartes » (vision validée par une Marie-Louise von Frantz dans «Rêves d’hier et d’aujourd’hui »). Face à cette banale pandémie (comparée aux pestes passées) cet Occident se refuse toujours aux savoirs venant de Pays tels la Russie ou la Chine (autrement efficaces pourtant que de prétendus vaccins vendus par l’avidité de clans d’actionnaires « de  haut niveau »). Et ne parlons pas des trésors de connaissances des civilisations oubliées, ou prétendument non-scientifiques …

Rester en contact de nos connaissances des réalités, toutes nos réalités, c’est aussi sain, au mental comme au cœur, que de savoir avoir le doute. Garder le sens de douter aide à s’ouvrir à ce que l’on ne connaît pas, s’y aventurer avec juste le recul et sens critique utiles à « voir ». Faute de quoi, les lanceurs d’alerte sont bien les héros de notre temps. Et nous sommes handicapés de manque d’éthique,

Un seul remède avec la peur : apprendre à vivre avec. Elle fait partie de notre nature, et il est utopique de penser l’éradiquer. C’est exactement le même processus que pour apprendre à un enfant la frustration, … et l’accompagner ainsi, surtout en évitant de le surprotéger, à devenir autonome et adulte. De ce point de vue pédagogique, à l’autre extrême les spartiates avaient du bon. Il est formateur de se confronter, palier par palier, au dur, car la matière est résistante.

Au plan individuel, un grand tel Carl Gustav Jung a reformalisé courant du XXème siècle un processus millénaire naturel de progrès, l’individuation. Travailler sur soi avec une détermination telle que notre inconscient s’ouvre et intègre progressivement notre conscience, … Ainsi passer des paliers et nous donner la capacité de mieux connaître notre essence individuelle, parmi des trillions d’autres différentes autour de nous, … partant ce que nous pouvons tant vivre qu’apporter aux autres et à la Nature. Bien évidemment, c’est là un processus incompatible avec tout dogme religieux quel qu’il soit, … ce processus est en soi authentiquement révolutionnaire.

Au plan des collectifs, les peuples, les clans, les nations, ne cessent d’évoluer, au travers de temps de soumissions, de souveraineté, de lumières, d’ombres. Leurs différences d’être et d’intérêts les amènent à se confronter. Comme le chante un Bachelet, ce monde est loin d’être fini. Seulement en mathématiques il est possible de concevoir l’infini. Aussi, il est des temps de coopération, et il est des temps de conflit. En fait, au fil de l’histoire ces temps alternent.
Mais à l’évidence conflit implique morts, nombreux, dans les confrontations de rapports de force.

IL N’Y A PAS DE SENS À LA MORT, IL EST INUTILE D’EN AVOIR PEUR.

Facile à dire, à écrire ? Une parente m’a dit : « comprends qu’il ne veulent pas y aller ». Juste, sauf que je l’ai déjà vécu, comme tant d’autres, par conviction gratuitement avec la conscience d’être une goutte d’eau dans ce qui aurait pu être un tsunami, … et nous savions que plusieurs pourraient ne pas revenir. Aujourd’hui, avec l’âge je n’ai plus la force de courir ni de lancer un projectile. Honneur à nos mères et pères qui y sont allés pour gagner ce qui nous semble banal aujourd’hui, auquel nous ne pensons même plus, partant que nous risquerions de perdre. Même « s’il est trop tard », luttons (vivons) pour rester dignes, debout ; dans plusieurs Régions, actuellement, les plus jeunes donnent l’exemple.

Choisir le juste, le vrai, le beau.

Michel André Vallée, lundi de Pâques 5 avril 2021

Une réflexion sur “LES PEURS”

  1. Son titre m’a donné envie de lire ce texte, cher Michel, et je l’ai bien aimé parce qu’il parle surtout de ressenti, d’un ressenti universel, et que les démonstrations qui y subsistent sont très adoucies (tamed), ressemblant plutôt à des mosaïques d’éclairages divers.Je te souhaite un peu tard, ainsi qu’à Mireille, une belle Pâque qui soit une ouverture, mieux qu’une parenthèse….Gabriel 

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s