QUAND LES ENFANTS NÉS EN 2021 AURONT 30 ANS

Pénurie d’eau, exodes, malnutrition, extinction d’espèces … . Le pré-rapport 2021 du GIEC, obtenu par l’AFP (source HuffPost), constate et annonce que les impacts dévastateurs du réchauffement sur la nature et l’humanité vont s’accélérer, … et devenir immédiatement palpables à tous (plus ou moins selon les zones) bien avant. Lire ce pré-rapport. Pourquoi ne pas dire continuer de s’accélérer, puisque l’accélération de ce trait majeur de l’anthropocène est déjà palpable depuis les grands incendies, la fonte de presque tous les glaciers et la pollution généralisée (terre, air, eau), soit les années 90.

Nos enfants actuellement jeunes et petits-enfants (pas plus tard) le vivront douloureusement, et nos civilisations et systèmes de société ne sont pas prêts. Le rapport n’ajoute pas, mais nous le savons, que les résistances des détenteurs de pouvoirs de retours d’investissements à court et moyen terme à deux chiffres, tout autant que les habitudes de confort et de consommation de simili-luxe des « masses » d’habitants des zones ‘nanties », se refusent à changer et s’adapter.

Or des choix radicaux de transformation des processus et des comportements à tous les niveaux (individus, communautés, entreprises, institutions, gouvernements) sont incontournables si nous voulons tous réduire ce qui est déjà inéluctable. Nous devons redéfinir de façon drastique notre mode de vie et de consommation.

Or c’est bien là que le bât blesse. Si des milliers d’initiatives de bonnes intentions sont en cours dans tous les Pays (même dans ceux en Révolution civile tel le Belarus actuellement pour citer un Pays « nanti »), toutes ces actions sont insuffisantes en regard du besoin planétaire systémique global. Quels États ont ou auront assez de clairvoyance, de détermination, et de courage face à ses populations, pour s’y engager résolument ? Les constats depuis les Accords de Paris, par exemple, sont carrément décevants, au point que des États (dont la France) commencent à être attaqués en justice pour ne pas agir assez. Une autorité solide et respectée est nécessaire.

Prenons du recul et observons les traits dominants de chaque grande puissance influente.

Une seule puissance témoigne des caractéristiques nécessaires : la Chine. C’est le seul Pays dont l’organisation politique et la culture dominante de sa population permettent des investissements volontaires et massifs à long terme.

La Chine est déjà, quoique la majorité des médias occidentaux prétendent, la première puissance mondiale. Le yuan a commencé à remplacer le dollar, la Chine est devenue l’alliée de la Russie puisque l’UE a trop repoussée cette dernière couchée qu’elle persiste à être sous les USA et l’OTAN. Mais les nouvelles routes de la soie progressent pour assurer la jonction Chine-Europe. Et le second gazoduc Russie-Allemagne vient d’être débloqué (principe de réalité qui s’impose enfin). Or l’approvisionnement en énergie, partout, est clé.

On entend et lis encore que la puissance militaire américaine reste la première et assure sa domination (qu’elle a acquise « grâce » aux deux guerres mondiales du XXème) ; c’est inexact. En effet que valent 10 porte-avions quand les USA ne sont plus en état d’assurer sur terre plus de deux conflits armés de front. Même en 1945 le front à l’ouest n’a réussi à s’imposer (à quel prix !) qu’avec les millions de soldats sacrifiés à l’est en même temps, et il a fallu les deux bombes atomiques sur le Japon pour que la Russie ne l’emporte pas de ce côté là. Les USA viennent d’abandonner la Syrie (honte historique envers le peuple kurde), l’Irak, et l’Afghanistan livrée à la barbarie des Talibans (que la CIA à l’origine a armés contre l’armée russe). Quand la Chine dispose de la première armée terrestre, bien équipée et motivée.

En Afrique, il est clair dorénavant que Chine et USA investissent (depuis longtemps) pour remplacer les français à l’Ouest. Évidemment que la Chine va l’emporter, car, comme développé dans une conférence disponible sur le blog «  arcencielxcristal.com « , la Chine joue avec excellence au jeu stratégique de Go, emblématique de sa civilisation depuis des millénaires, … et ce systématiquement sur tous les damiers, se jouant des complexités inhérentes aux réalités de l’existant. Il y a longtemps que le damier africain est travaillé, ce qui complétera les assurances d’approvisionnement tant en matières premières dont « rares » qu’en vivres. Les USA n’y pourront mais, leur stratégie de colonisations violentes n’étant pas appréciée (de même en Amériques latines dont nous reparlerons).
Une fois puissance dominante en Afrique, dont de l’Ouest, la Chine règlera méthodiquement le problème de l’intégrisme islamique, ce que nous nous révélons incapables de faire.

Le Japon et l’Australie ne pourront que passer alliances sous conditions avec la Chine : principe de réalités sur d’autres damiers.

Seule l’Inde va être en mesure de pondérer cette consolidation de la nouvelle domination mondiale. Le Pakistan sur son flanc ouest ne sera qu’un sous-problème, même dur.

Ainsi seule la Chine va être la seule en mesure d’amener les transformations drastiques nécessaires pour réduire les impacts des effets de nos insouciances sur le climat. Elle y est aussi fortement incitée de l’intérieur car elle en est aussi victime sur une large étendue de son territoire et leurs populations. Elle s’y est d’ailleurs déjà résolument engagée.

Au delà, la Chine va être et elle est déjà confrontée à une autre impérative nécessité : celle des valeurs « nouvelles » auxquelles adhérer. L’Occident continue de se déliter ayant renoncé aux valeurs qui soutenaient ses civilisations (elles étaient plurielles). Les valeurs sur lesquelles s’appuient les Pays islamistes sont de contrôle entretenant une profondeur insuffisante d’éducation générale (malgré la valeur de ses philosophes de siècles passés) ; ce qui ne résistera pas à la banalisation des nouvelles technologies de l’information. Il est d’ailleurs significatif de constater que les mouvements soufis y sont persécutés.
La Chine pourrait avoir l’intelligence et la subtilité, luttant en tête contre les dommages à cette planète, de re-développer une structure de valeurs du fait même déclinée de la redécouverte des liens de l’humain avec la nature dont il fait partie. C’est dans ses traditions, mais ce sera pour plus tard, peut-être même bien plus tard, Plus tard que quand les enfants nés en 2021 auront 30 ans ; ceux-là, que nous n’avons pas épargnés, vont devoir se battre dur, dans des systèmes de liberté totalement refondus.

Michel André Vallée 23 juin 2021

Premiers commentaires sur le mur Facebook :

  • Pascale Flavigny Intéressant ,Michel André Vallée ,mais il faudrait alors dans ce lointain futur que la Chine ne soit pas un état d’IA totalitaire. 
  • En ligneMichel André Vallée Merci pour votre intérêt. Vous avez compris que ce billet est une réflexion prospective, et non le signe d’un accord à 100 % avec le régime chinois actuel. De mon point de vue, ce régime va perdurer tant que le rétablissement historique de la Chine « au Milieu » ne sera pas complété, avec la force de motivation de la majorité des chinois, puis (le balancier lui continuant son chemin) évoluera pour s’adapter aux besoins d’équilibres de la position internationale acquise. L’IA va continuer d’être en soi totalitaire partout.
  • BillyNicolette Rigo Analyse fort intéressante et plus que probable…

100 ans, pensée claire transcende le complexe

Ainsi, hier soir 9 juin 2021, Edgar Morin, qui aura 100 ans le 8 juillet prochain, a répondu pendant 1H30 à François Busnel dans son émotion La Grande Librairie. Œuvres, vie sociale, vie personnelle. Ce que j’en ai retenu, respectant le contenu et le plus possible l’expression.

Vivre plutôt que Survivre, … d’où son engagement dans la Résistance malgré l’évident risque de mourir jeune. S’engager dans ce que l’on voit juste est Vivre, se protéger dans le confort sans risque n’est que Survivre.

De Marx à Héraclite, soit de la pensée judéo-chrétienne laïcisée MAIS qui a menée au stalinisme identique au nazisme, quand Héraclite reste la pensée humaniste intégrant vivre les contradictions, la réalité des antagonismes, le sens critique complété du doute en toutes choses. Puis, sur les dernières années, la sagesse et la convivialité de Montaigne.

Des contextes marquants : Salonique de l’enfance, l’éveil à l’action avec Les Maîtres Chanteurs (ou Le Vaisseau Fantôme), la douce et belle Toscane de la famille maternelle.
Chaque être, par sa vie, vie une aventure, … où on ne sait jamais rien à l’avance.

Cette période à ses yeux est d’ailleurs marquée par voir l’incroyable, l’apparemment impossible, devenir réel.
Ainsi l’humanité qui détruit, ravage, cette planète pourtant si équilibrée pour la vie après des milliards d’ans de structuration et adaptations.
1945 : la bombe atomique dont le risque d’anéantissement des humains et d’une bonne partie du vivant s’accroît avec la multiplication des armes et des sites.
1972 : la mise en évidence de la dégradation de la biosphère, puis son accélération, puisque rien n’y fait, … la prise de conscience restant insuffisante pour être déterminante.
1980 : l’émergence du trans-humanisme. Complété par l’intelligence artificielle (I.A.) et ses développements fulgurants, nous avons engagé notre métamorphose dans un Homme « augmenté ». Que l’évolution de l’homme continue, cela a toujours été, MAIS risque terrible qu’elle soit réservée à une élite !
1989 : le marché planétaire, le néolibéralisme s’imposant malgré les apparences sur toute cette planète, avec ses dramatiques inégalités, elles aussi croissantes. L’argent devenu valeur unique primordiale, … ce qui signifie que le but humaniste, porté depuis la plus haute antiquité, n’est pas réalisé.
Pour de nouveau continuer vers l’humanisme, un accroissement de conscience est nécessaire, … mais le vide politique est gigantesque.

Par l’individualisme systématique, dégradation des solidarités, de famille, de clan, de village, de quartier, de culture, de Pays, internationales. Quant le Je et le Nous sont à l’évidence complémentaires.

La convivialité essentielle d’Ivan Illich se complète par le besoin de reconnaissance pour tout humain de Montaigne.
Comprendre le complexe, prendre en compte toutes les diverses composantes de la réalité, être préparé à assumer le complexe.

Tout ce qui existe étonne (les oiseaux, les fleurs, les cruautés diverses de tant de gens), … étonne car on ne dispose pas de la clé de connaissance. Partant, accepter de gérer le risque d’erreurs, les illusions du savoir, toutes les illusions.

Malgré les désillusions, garder les aspirations, les espérances, même si elles ont peu de probabilités d’être réalisées.
Notre époque est régressive, et nous pouvons redouter le néo-totalitarisme, … où tout est contrôlé, soit une illusion d’UN savoir qui s’impose violemment à tous.
La prise de conscience n’est pas encore là, … d’une toute autre dimension que des bribes ici et là.

Le hasard est une impossibilité algorithmique ; on ne peut dépasser le hasard.

Vouloir une vie « réussie » n ‘a pas de sens, n’existe pas ; le bonheur ne correspond qu’à des moments « cadeaux ». Les évènements aident beaucoup aux choix d’orientation d’une vie ; nous sommes ce que nous avons rencontré.

Le monde actuel est d’une folie cruelle. L’expérience devrait donner des leçons de vie, la sagesse consistant à ne pas recommencer les mêmes erreurs.

Puis-je recommander son avant-dernier ouvrage (parmi plus de 30 autres), Les souvenirs viennent à ma rencontre, Fayard, 2019, … qui vient de sortir aussi en format Poche.

Michel André Vallée 10 juin 2021