100 ans, pensée claire transcende le complexe

Ainsi, hier soir 9 juin 2021, Edgar Morin, qui aura 100 ans le 8 juillet prochain, a répondu pendant 1H30 à François Busnel dans son émotion La Grande Librairie. Œuvres, vie sociale, vie personnelle. Ce que j’en ai retenu, respectant le contenu et le plus possible l’expression.

Vivre plutôt que Survivre, … d’où son engagement dans la Résistance malgré l’évident risque de mourir jeune. S’engager dans ce que l’on voit juste est Vivre, se protéger dans le confort sans risque n’est que Survivre.

De Marx à Héraclite, soit de la pensée judéo-chrétienne laïcisée MAIS qui a menée au stalinisme identique au nazisme, quand Héraclite reste la pensée humaniste intégrant vivre les contradictions, la réalité des antagonismes, le sens critique complété du doute en toutes choses. Puis, sur les dernières années, la sagesse et la convivialité de Montaigne.

Des contextes marquants : Salonique de l’enfance, l’éveil à l’action avec Les Maîtres Chanteurs (ou Le Vaisseau Fantôme), la douce et belle Toscane de la famille maternelle.
Chaque être, par sa vie, vie une aventure, … où on ne sait jamais rien à l’avance.

Cette période à ses yeux est d’ailleurs marquée par voir l’incroyable, l’apparemment impossible, devenir réel.
Ainsi l’humanité qui détruit, ravage, cette planète pourtant si équilibrée pour la vie après des milliards d’ans de structuration et adaptations.
1945 : la bombe atomique dont le risque d’anéantissement des humains et d’une bonne partie du vivant s’accroît avec la multiplication des armes et des sites.
1972 : la mise en évidence de la dégradation de la biosphère, puis son accélération, puisque rien n’y fait, … la prise de conscience restant insuffisante pour être déterminante.
1980 : l’émergence du trans-humanisme. Complété par l’intelligence artificielle (I.A.) et ses développements fulgurants, nous avons engagé notre métamorphose dans un Homme « augmenté ». Que l’évolution de l’homme continue, cela a toujours été, MAIS risque terrible qu’elle soit réservée à une élite !
1989 : le marché planétaire, le néolibéralisme s’imposant malgré les apparences sur toute cette planète, avec ses dramatiques inégalités, elles aussi croissantes. L’argent devenu valeur unique primordiale, … ce qui signifie que le but humaniste, porté depuis la plus haute antiquité, n’est pas réalisé.
Pour de nouveau continuer vers l’humanisme, un accroissement de conscience est nécessaire, … mais le vide politique est gigantesque.

Par l’individualisme systématique, dégradation des solidarités, de famille, de clan, de village, de quartier, de culture, de Pays, internationales. Quant le Je et le Nous sont à l’évidence complémentaires.

La convivialité essentielle d’Ivan Illich se complète par le besoin de reconnaissance pour tout humain de Montaigne.
Comprendre le complexe, prendre en compte toutes les diverses composantes de la réalité, être préparé à assumer le complexe.

Tout ce qui existe étonne (les oiseaux, les fleurs, les cruautés diverses de tant de gens), … étonne car on ne dispose pas de la clé de connaissance. Partant, accepter de gérer le risque d’erreurs, les illusions du savoir, toutes les illusions.

Malgré les désillusions, garder les aspirations, les espérances, même si elles ont peu de probabilités d’être réalisées.
Notre époque est régressive, et nous pouvons redouter le néo-totalitarisme, … où tout est contrôlé, soit une illusion d’UN savoir qui s’impose violemment à tous.
La prise de conscience n’est pas encore là, … d’une toute autre dimension que des bribes ici et là.

Le hasard est une impossibilité algorithmique ; on ne peut dépasser le hasard.

Vouloir une vie « réussie » n ‘a pas de sens, n’existe pas ; le bonheur ne correspond qu’à des moments « cadeaux ». Les évènements aident beaucoup aux choix d’orientation d’une vie ; nous sommes ce que nous avons rencontré.

Le monde actuel est d’une folie cruelle. L’expérience devrait donner des leçons de vie, la sagesse consistant à ne pas recommencer les mêmes erreurs.

Puis-je recommander son avant-dernier ouvrage (parmi plus de 30 autres), Les souvenirs viennent à ma rencontre, Fayard, 2019, … qui vient de sortir aussi en format Poche.

Michel André Vallée 10 juin 2021