DES RÉFÉRENCES DE L’ÉTAT DE DÉGRADATION

Plusieurs commentaires au billet « Vers une révolution-réaction » (blog «  arcencielxcristal.com «  et mur Facebook et diffusion internet) du 28/07/21 m’amènent à publier cette longue liste d’ouvrages qui font références, certains plus ou moins polémiques mais tous objectivés. Probablement l’équivalent doit exister en langue anglaise, en langue allemande, en d’autres langues. Voici :
« Totalement inhumaine », de Jean-Michel Truong -2001
« Effondrement », de Jared Diamond – 2006
« La voie pour l’avenir de l’humanité », de Edgar Morin -2011, suivi de « Changeons de voie les leçons du coronavirus » en 2020
« La cause humaine », de Patrick Viveret -2012
« S’approprier les clés de la mutation », de Christine Marsan – 2013
« Fin de l’Occident naissance du monde », de Hervé Kempf -2013, suivi de « Tout est prêt pour que tout empire » en 2017 et « Que crève le capitalisme » en 2020
« Comment tout peut s’effondrer », de Pablo Servigne et Raphael Stevens – 2015
« Le dernier qui s’en va éteint la lumière », de Jean Jorion -2016
« Un défi de civilisation », de Jean-Pierre Chevènement -2016
« L’Âge de la régression », Dir. Heinrich Geiselberger -2017
« Qu’appelle-t-on panser ? L’immense régression », de Bernard Stiegler -2018, suivi de « La leçon de Greta Thunberg » en 2020
« L’humanité en péril Virons de bord, toute ! » de Fred Vargas – 2019
« Crépuscule », de Juan Branco -2019
« 21 leçons pour le XXIème siècle », de Yuval Noah Harari -2018
« Il faut s’adapter sur un nouvel impératif politique », de Barbara Stiegler -2019
« Sommes-nous encore en démocratie ? »; de Natacha Polony -2021
Que l’on me pardonne ceux que je ne connais pas. Je ne cite pas non plus dans ce billet ceux d’avant 2000, … et pourtant les premières alertes remontent aux années 60.

Quand à l’aspect cartésianisme, deux autres ouvrages, plus anciens et déjà cités plusieurs fois dans mes papiers, se complètent :
« L’erreur de Descartes », d’Antonio Damasio. Consulter les autres travaux de Damasio et de sa lignée de recherche en neuro-sciences.
« Rêves d’hier et d’aujourd’hui », de Marie-Louise von Frantz, fidèle de Carl Gustav Jung, qui a franchi le pont (arc-en-ciel ?) entre le monde académique validé par la communauté scientifique et les « mondes du double » appelés par les anthropologues et ethnologues « chamanismes » depuis Mircea Éliade, Régis Boyer, tant d’autres, et que j’ai appelé avec d’autres « monde des femmes et hommes de connaissance ». Jung, prophète de son temps, s’était abstenu alors de franchir ce Rubicon afin de préserver la reconnaissance scientifique, pourtant validée avec le physicien prix Nobel Wolfgang Pauli, et ne pas repousser celles et ceux qui allaient travailler sur ses apports. Depuis d’une part Jung a permis à ses descendants de publier « Le livre rouge », d’autre part la pensée quantique s’est développée et continue aujourd’hui bien au-delà, quand les pratiques chamaniques ancestrales sont entrées ces quinze-vingt dernières années dans le champ des expérimentations scientifiques par divers travaux de neuro-sciences (« La diagonale de la joie » de Corine Sombrun- 2021).
Ceci n’est pas une critique contre Descartes bien entendu, sachant d’autant plus à sa décharge que dans la révolution culturelle d’alors mieux valait être prudent en regard des procès des autorités politiques et culturelles : Giordano Bruno a quand même été brûlé vif à Rome ! « On » brule encore aujourd’hui en France des Montagnier, et « on » a jeté en asile psychiatrique un Fourtillan !
Quel dommage que le séminaire dirigé par le Professeur Joêl Thomas, sur imagination et neurosciences, à l’Université de Perpignan, n ‘ai pu être mené à terme du fait d’évènements.

En 2006 a eu lieu une conférence internationale du European Network for Workplace Health Promotion à Linz (Autriche). J’avais préparé un papier sur les premiers signes de réduction de l’espérance de vie depuis les années 1995 dans certains secteurs professionnels et liés plus généralement à l’état de stress. J’ai du être remplacé. Ce papier a disparu ! Considérons que le Covid et ses variants actuellement font le job …

Michel André Vallée 29 juillet 2021

VERS UNE RÉVOLUTION – RÉACTION ?

Ainsi dans l’émission connue « C… dans l’air » de lundi 26/07/21, on apprend que d’après des sondages « sérieux » 35% des français seraient contre le passe sanitaire et l’obligation de vaccination quand 53 % seraient pour ! Quand « on » considère que cette émission sous couvert de débats « objectivés » tente de passer ce que la bien-pensance au pouvoir souhaite que nous « comprenions », … « on » peut entendre que 35 % , quand même, ce n’est pas rien.
Un tiers de la population française, en soi, représente la proportion suffisante et nécessaire pour entraîner un renversement, au-delà du seuil de base de 5 % de militants engagés indispensables à toute révolution. En effet, simplement, un tiers ç’est un convaincu qui parle à un autre indécis quand le troisième reste indifférent et de toute façon regarde ailleurs (les résultats à 70 % sont toujours considérés comme victoire indéniable … s’il s’agit de l’ensemble de la population !).

Or dans la crise/politique de santé actuelle, ce tiers correspond, bonus-malus, à des gens conscients des raisons de leur » réaction ». Ils sont conscients, notamment, du refus de se voir injecter des produits dont les effets secondaires sont méconnus, potentiellement dangereux pour une proportion de vaccinés au vu du cumul (par déjà dizaines de milliers) des effets secondaires graves, soit de servir de cobayes à Big Pharma (ainsi que me l’on expliqués plusieurs médecins parmi les pour et les contre). Voire pour une partie ils sont au courant des travaux de scientifiques et médecins de renom qui démontrent, de plus en plus nombreux, la dangerosité et/ou l’inefficacité des ARNm et de leurs protéines spikes, alors que des traitements par médicaments validés de longue date auraient été adaptés, oh combien moins coûteux, et que nous ne subirions alors collectivement pas les vagues de variants.
Celles et ceux de de ce tiers sont de plus conscients de la restriction sans précédent des droits et garanties fondamentales de notre société pour lesquels nos anciens se sont battus et sacrifiés depuis deux siècles d’histoire de la France, et à d’autres périodes pour d’autres Pays.

Par contre les 53 autres % soient gardent confiance dans les gouvernements actuels, politiques avec autorités médicales. Soit ils se sont laissés manipulés par l’exploitation de la peur de la mort (absurde en regard de l’analyse comparée par périodes des chiffres entre pathologies et Pays), soient ils sont victimes de leur attachement ou même addiction à la consommation « démocratisées» ou de luxe apparent. Avec un peu de recul historique, beaucoup parmi eux qui ne peuvent se passer de loisirs immédiats et ont renoncés depuis des décennies à l’effort soutenu ressemblent aux « bœufs » tels que les qualifiait le Général. Il convient de penser cependant au fait que beaucoup sont dans la méconnaissance de l’ensemble des données scientifiques disponibles en la matière, données pour le moins particulièrement variées.
Qu’ils en soient conscients ou non, les arguments tronqués rabâchés chaque jour (par exemple sur les chaînes d’information continue souvent avec violence et culpabilisation), par une partie du corps médical demeurant soumise à un Ordre issu du pétainisme, a beau jeu. Cette part du corps médical reste bloquée dans les « principes » de la médecine occidentale soi-disante « cartésienne » partant dans la prescription chimique, et ne veut rien entendre des riches apports de l’ensemble des champs des autres médecines (issues des cultures telles chinoises et indiennes ou biologie russe, de l’homéopathie, même de l’herboristerie, bref de l’entretien préventif des terrains, … jusqu’aux vaccins dans la tradition des Koch et Pasteur … !).

Mais d’où vient donc la violence culpabilisatrice sur les plateaux des médias de forte audience ? … de quoi a-t’on peur vraiment ? Je ne peux là que me répéter en recommandant la lecture de l’intégralité de l’excellent dossier « Vous avez dit complot ? » du Monde diplomatique N° 735 de Juin 2015 ! Ce dossier démonte, exemples pertinents à l’appui, les procès d’intention retournés de « complotisme, … de plus trop souvent dédaigneux (à tord).

L’argument de la responsabilité collective qui l’emporte sur la liberté individuelle porte, certes, mais à condition qu’il soit intégralement porteur de sens, ce qui est loin d’être le cas des affirmations péremptoires non ou trop partiellement fondées et contradictoires de manière trop répétitive depuis fin 2019 : une vraie débandade visant visiblement à imposer « avant que l’on sache ». Calcul dangereux pour leurs auteurs et conseillers car de toute façon la réalité ne pourra que ressortir au grand jour, … mais plus ou moins tard.
Par contre, le double argument de nos fondamentaux institutionnels historiques d’une part, et de l’insuffisance potentiellement létale de validation des « nouveaux » vaccins d’autre part, devraient l’emporter en toute logique, … autant que possible non émotionnelle.

Ainsi nous vivons une fracture profonde de plus des populations constituant le peuple français, quand tant de fractures nous sapent et réduisent déjà. Ne nous leurrons pas , même celles et ceux qui cèdent aux conditions du passe sanitaire par calcul et confort ou soumission savent qu’ils le font contraints. Cela aura des conséquences sociétales et politiques.

Stratégiquement, les 35 % conscients et actifs devraient agir la réaction populaire nécessaire quand les 53 % semblent majoritairement faire suiveurs (poussés par quelques hurleurs). Il est possible que la réaction déjà émergée se développe car les intérêts supérieurs de la Nation sont en jeu.
Ne parlons même plus de la situation économique, … nous savons tous que nous mettrons longtemps à en payer cher la restauration de la gabegie. Parlons du redressement de l’état de dégradation et de soumission où notre civilisation s’est laissée descendre.
Les renseignements fonctionnent, partant les pouvoirs actuellement en place savent parfaitement que le corps social, qui a perdu confiance en ses « gouvernements » et la partie de la soi-disante« élite » soumise, vit un état pré-insurrectionnel. Nous en sommes toujours, et pas seulement en France (« but l’am not the only one »), à un état pré-1789 ou pré-1905, … comme je l’expliquais dans un billet du 15 novembre 2018 (Facebook et le blog « arcencielxcristal.com «). Les Gilets jaunes ont constitués la première vague, les anti-passe sanitaire constituent la seconde vague …

Nous savons qu’une partie de l’armée (d’active et en retraite) et des forces de polices attend qu’un vrai leader se lève pour « retourner les crosses ». Ce leader pourrait émerger d’orientations culturo-politiques très différentes (ce qui importera peu s’il existe). Cependant, en l’état en France, l’extrême-gauche s’est disqualifiée (alors que tout le reste de son programme était largement apprécié y compris à l’extrême-droite)) depuis le « droit du sol » posé à Marseille; dans le même temps la « gauche de gouvernement » traditionnelle continue de sombrer, seuls quelques individus ressortent. Un des traits forts encore dénié est, quitte à être pointé (fondé ou non) de raciste, que la démographie est trop déstabilisée par les émigrations du Sud, quand les précédentes venant de Pologne, Italie, Espagne, Portugal, Indochine, ont été assimilées. « Au-dessus », l’Europe qui continue de se coucher sous les États-Unis n’apparaît plus pour une majorité d’européens comme un phare d’espérance ; TINA (le there is no alternative de Thatcher + Reagan & al) couplé au technocratisme hors-sol l’ont coulés. Personnellement, ce me sera une des plus lourde déception de cette vie-ci.

En France (ainsi que plusieurs autres Pays), un épisode autoritaire ferme apparaît aujourd’hui incontournable. Il viendra de la réaction à l’autoritarisme outré actuel, et aura des effets révolutionnaires, avec ses espérances de sortir des dégradations tout comme avec ses coûts.
Bien de la casse sera alors inévitable, toutes et tous nous vivrons les pleurs et les grincements de dents.

Aussi, soyons assez nombreux à tout faire pour préserver et actualiser nos traditions humanistes et sociales.
Nous sommes nombreux à avoir honte de l’état du monde que nous laissons à nos enfants et petits-enfants, de l’usage « vers le bas » que nous avons fait des soi-disantes « 30 glorieuses », des « consentements » qu‘une majorité aveuglée par la consommation vulgarisée a imposé à ceux qui recherchaient, au contraire, à exprimer les richesses de l’humain.
Tout cela est devenu insupportable, et il ne reste plus grand chose à perdre. On m’a déjà objecté que c’est bien autre chose dans une « vraie » guerre : ce n’est en aucun cas une raison pour détruire ce qui a été construit, laborieusement et/ou passionnément … et régresser.

Autrement dit, il convient effectivement de se préparer à traverser des temps durs et difficiles.
Développons nos capacités au mieux de leurs dimensions potentielles, dont perceptives et intuitives, pour limiter les casses des grands enjeux actuels, d’abord les dérèglements climatiques (qui trouvent aussi une partie de leurs causes dans le consumérisme effréné de masse).

Sur un autre plan au premier abord hors sujet, mais en fait inséré-masqué et parmi les prioritaires car un autre risque de dissociation des populations se dessine, développons-enrichissons nos potentialités encore inexploitées afin de nous tenir à hauteur d’équilibrer les développements, quand déshumanisés, des IA (Intelligence Artificielle), … et au contraire en tirer ouvertures et non pas esclavages.

Pour traverser le « dur », multiplions l’organisation d’interconnexions entre les multiples initiatives « éclairées ». Assurons les solidarités de nos diverses proximités.

Dans l’immédiat, puisque l’on supporte nettement moins bien les variants du Covid que la grippe espagnole ou le VIH, l’immunité collective recherchée résultera d’une saine et équilibrée alimentation, la plus naturelle et la moins industrialisée possible, comprenant une juste proportion de légumes, dans une hygiène de vie tonifiante (qui alors supporte aisément les débordements festifs seulement de temps à autres) soit au moins une pratique sportive, dans l’attention à réduire le plus possible l’exposition aux facteurs de stress (qui alors supporte aisément les évènements où il est utile de tout mobiliser en urgence), dans la pratique d’une médecine plurielle et ouverte à toutes les connaissances disponibles sur cette planète en l’état (afin d’y trouver les préventions et thérapies adaptées à chaque cas chacun étant unique), … dans l’encouragement de notre société à développer systématiquement les niveaux d’éducation générale (induit et affine le sens critique partagé).
Politiquement (au sens noble de politique), cette pandémie mondiale justifie une fois de plus la nécessité urgente de refondre tant la Constitution française que la Constitution européenne. Celles et ceux qui « lacheront prise » pour faciliter ce processus s’honoreront.

En l’occurrence, la sagesse des anciens, pour ma part je la lis dans la combinaison de La Boétie, Voltaire et Victor Hugo … d’où mes options quand aux Covids. En matière de sagesse, en langue française, Edgar Morin qui vient de cumuler ses 100 ans, nous a proposé ces toutes dernières années les orientations politiques, réalistes car complexes.

Michel André Vallée 28 juillet 2021