LE REJET DE MOURIR … ET POURTANT

Tout l’Occident s’émeut depuis trois semaines devant l’attaque de l’armée russe en Ukraine, les sanctions économiques décidées dans l’urgence par les autorités politiques des États de l’Ouest sont (ou se veulent) écrasantes. Une majorité d’ukrainiens se mobilisent au-delà de ce que les « occidentaux » (et il semblerait une partie du peuple russe parmi les jeunes) imaginait. La guerre physique sur les terrains, dont toutes ses horreurs comme dans toutes guerres d’intensité (concept récent dans les médias mainstream), s’accompagne d’une guerre de communications tout aussi intense où il est difficile de discerner le vrai du faut, de part comme d’autre. On prétend ne pas savoir le véritable objectif du Président Vladimir Poutine. On redoute que par le jeu de dominos, le phénomène guerre ne se propage de façon bien plus large jusqu’à mener à une troisième guerre mondiale, « comme en 14 » (1914) sauf que cette fois huit Pays (peut-être bientôt neuf avec l’Iran) disposent de l’arme nucléaire, et des vecteurs pour l’utiliser ! Le Président Volodymyr Zelensky se révèle être un chef d’État, qu’il ait figuré dans les Panamas papers ou non.

Cependant, il nous est rappelé que les États-Unis et l’OTAN n’ont pas respectés à l’Est les accords passés avec le Président Mikhaïl Gorbatchev, que Russie et Chine sont encerclés par des bases US, que lors de la Révolution orange à Kiev (berceau de la Russie impériale) l’ardeur des manifestants à l’évidence sincère était habilement manipulée par des intérêts stratégiques américains, et que depuis 10 ans l’Ukraine attaque en permanence le Donbass (14000 morts).

On a oublié plusieurs guerres permanentes horribles ailleurs depuis des années. Et on ferme plus ou moins les yeux sur l’état avancé de dégradation de notre propre société, pourtant attesté par quantité d’études et ouvrages. Mais là, puisque cela se passe à trois heures de vol de Paris et que les protagonistes sont tous européens, de couleur de peau et de culture blanches, engagement général, feux frisant souvent l’extrémisme poussés à longueur de journée par les médias, disparition du jour au lendemain du méchant phénomène Covid. Pardon, on oublie quand même la guerre civile, dure et longue et aussi horrible, en Yougoslavie, … où l’OTAN a humilié l’Europe en ne demandant pas en fait vraiment l’avis de l’Europe, a bombardée Belgrade, et a créée un nouvel État, le Kosovo, devenu notoirement gravement corrompu.

Se préoccupe -t-on suffisamment de qui est, dans ce conflit, en observation de cette nouvelle guerre en Europe, voire officiellement non-aligné, sur notre petite planète? Ose-t-on vraiment avoir une réflexion stratégique la plus objective possible sur les peuples et ressources qui pourraient être mobilisés à court ou moyen terme plutôt du côté de la Russie ? Serions-nous vraiment moralement prêts à une confrontation et embrasement général, sans même parler d’être concrètement prêts ?

Si les avis de nos meilleurs géopolitiques et diplomates (actuels ou à la retraite avec les sagesses de l’expérience) sont partagés, … tous justement ne sont pas d’un seul côté, et, heureusement pour ce qui reste de raisonnable dans notre genre humain, sont loin de relever d’une seule pensée unique. Comme le relève il y a quelques jours Edgar Morin dans un interview à propos de la sortie de son dernier livre (Réveillons-nous – Denoël) : « Il faut penser avant de s’indigner ».

Pour qui s’intéresse un peu à l’histoire (les diverses histoires), c’est un constat que lorsque la Russie s’engage, elle va jusqu’au bout. Qui a courageusement sacrifié sa capitale en y mettant le feu comme les russes l’ont fait, lorsque les armées de Napoléon Ier l’ont occupée (ce que ne sont pas arrivées à faire les armées de Hitler) ? Qui a sacrifié vague humaine après vague humaine à Stalingrad, marquant ainsi le début de la fin de la seconde guerre mondiale ? La Russie agit toujours après avoir ramassée ses forces, mais attention à ne pas la pousser à bout. Ne jamais oublier que l’âme russe, tout comme l’âme allemande, est romantique. Actuellement, elle a la Chine pour alliée, depuis des années puisque l’actuelle UE l’a repoussée (alors que l’Europe va de l’Atlantique à l’Oural), …et aussi pour alliés plusieurs autres Pays importants qui pèsent dans les équilibres mondiaux en train de se redessiner.

Il ne peut plus être dénié que les États-Unis organisent systématiquement l’attaque à l’est de l’Europe depuis la Perestroïka. Bien entendu l’URSS était économiquement à bout de souffle, … mais qui, après l’épouvante de la guerre du Vietnam, a poussé les feux en imposant la guerre des étoiles (entre autres), au lieu de contribuer parmi les autres Pays à investir dans un autre monde, espéré par tant de populations tant à l’ouest qu’à l’Est ? Qui a systématiquement écarté l’état des connaissances en matière d’environnement global (dont le climatique), pour persévérer dans le principe d’imposer à l’ensemble de cette planète « l’american way of life », partant de prétendre continuer à contrôler et régimenter ce monde ? Qui continue de traiter les Amériques du sud et centrale comme une chasse gardée, jusqu’aux outrances sanglantes de l’Opération Condor ? Qui ignore le débordement obscène des consommations sur les ressources, sauf à implémenter des régimes dans des zones où continuent de se creuser les inégalités et en fait l’esclavage économique ? Quels régimes de la vieille Europe se sont couchés, et continuent de le faire, sous les exigences d’un Pays qui a l’outrecuidance de s’appeler « américains » (les autres peuples des Amériques ne le seraient pas !) ?

Et tout cela pourquoi ? Pour un projet de civilisation généreux où l’espoir d’un monde meilleur se concrétiserait pas à pas, palier par palier , exploitant au mieux possible pour le plus grand nombre les avancées en connaissances ? Dans l’esprit d’une éthique humaniste ? Mais au nom de quelle morale, … quand on détruit la nature par l’extraction des gaz de schistes, et que l’on relève le taux le plus élevé de meurtres par armes à feu au quotidien, quand le taux de population sous le seuil de pauvreté est croissant aux États-Unis même, … ? Défenseur des Libertés : illusion.
En fait, pour rien de beau, de vrai, de juste, … pour reprendre les principes d’un Victor Hugo. La petite minorité qui relève l’honneur est tolérée tant qu’elle ne menace pas le système en place, tout en devant se battre quotidiennement dans un Pays quasiment dépourvu de droits sociaux.

Mais au contraire pour un mode vie de consommation individualiste de masse et de luxe orgueilleux, bien au-delà des besoins réels pour vivre dignement, dans le dédain et aux côtés d’inégalités criantes, le dédain des petits et de « ceux qui n’en sont pas » , soit tous les autres. Un mode de vie extravagant de gaspillages inutiles où, si toutes les autres populations sur cette planète faisaient de même, toutes les ressources produites seraient consommées entre mars et mai !
Un mode de vie qui détruit toutes les autres civilisations, lesquelles, tout comme la biodiversité, devraient faire la richesse et la beauté naturelle des génies du genre humain sur cette planète.

Ce mode de vie, érigé en système orienté sur le néo-libéralisme (ce qui est bien autre chose que « Les Libertés issues des Lumières »), se croit légitime a s’approprier toutes les ressources de tous les autres. Les États-Unis sont entrés deux fois en guerre mondiale toujours tard, les ont exploitées pour devenir Nation dominante, puis ont joués jusqu’au-boutiste toutes les opportunités, toutes les aubaines.
M’a souvent été opposée la chanson de Michel Sardou : « Si les ricains n’étaient pas là » ; pour ces braves qui y sont allés, juste et reconnaissance éternelle, … mais beaucoup étaient (sauf exceptions) des classes pauvres et/ou « de couleur », comme au Vietnam. Charles de Gaulle avait vu juste concernant le Deep power américain, bien placé pour le savoir.

La dernière aubaine de taille a été la chute du soviétisme, et tout a été investi pour « impérialiser » économiquement et culturellement la Russie, notamment tentant d’y injecter des modes de consommation de vie « de l’ouest ». En fait stratégie, tentative, d’accès aux richesses des sous-sol et des sols de la « Grande » Russie. Avec Eltsine, « chance » d’y parvenir ; avec Poutine, perte de contrôle pas à pas, patiemment, jusqu’à ce que ce Pays soit capable de se passer des règlements internationaux en dollars U.S., ce qu’il vient d’officialiser !
Dans le même temps, la Chine après un siècle d’épreuves et une fine intelligence de géopolitique globale, est arrivée à se redresser de la profonde humiliation subie de part les « puissances » occidentales fin du XIXème siècle, a développée les nouvelles routes de la soie vers l’Europe, a su assurer ses bases en Afrique, est présente dans l’espace, en tête en matière d’I.A. … Elle est déjà de fait la première puissance économique, progresse vite au plan militaire. Ses peuples ne présentent pas les signes navrants de dégradation de nos sociétés vautrées dans le petit confort bon marché de faux luxe collectif en fait ultra-individualisé. Dégradation qui fait d’ailleurs aisément le jeu du prosélytisme islamiste, … un des arguments de Vladimir Poutine.

Ce n’est que de ce mode de vie là que la doxa « américaine » rejette de mourir. Si, en prime, il était possible de s’emparer des ressources (notamment sous-sol et céréales …) de cette grande Ukraine, ce serait « tout bénéf ». Si encore en plus, cela garantirait la fermeture de l’ouverture des mers Noire et Méditerranée à la Russie, alors ce serait une apothéose. N’ajoutons pas en prime de prime le fait de ressusciter l’OTAN, … dont la main-mise sur l’UE et la Grande-Bretagne, quand la Chine s’est « réveillée », redevient pertinente.
Alors le spectre de la « fin de l’Empire », évoqué depuis un demi-siècle par quelques américains et européens restés éveillés, serait repoussé un peu plus tard. Mais, comme tous les Empires, le Romain et tous les autres, … il va continuer de mourir, alliés compris qui se disperseront avant l’agonie.

En attendant, avec ce mode décadent de civilisation et ses stratégies suicidaires, pour le coup la surpopulation reste le premier problème de l’ONU, … alors qu’un mode de consommation plus sobre, naturel, moins stressé, répondrait plus harmonieusement aux besoins. Mais voilà : fin des retours sur investissements maximisés court terme !

Dans l’immédiat, ce n’est que pour cela que beaucoup d’Ukrainiens se battent courageusement, dans l’honneur. Souhaitons-leur qu’ils ne finissent pas comme tous les « derniers carrés ».
Dans l’immédiat, comme un Hubert Védrine et quelques autres l’analysent, même si Vladimir Poutine « a commis une erreur historique », seule une négociation gagnant-gagnant (en aucun cas un écrasement prétention absurde) permettra de « s’en sortir « par le haut ». Seule une telle sortie sera bénéfique à l’Europe (indépendamment de l’Empire).

Michel André Vallée 15 mars 2022

Le Monde diplomatique N° 817 de Avril 2022 consacre le 1/3 de sa première page et l’intégralité de la page 21 (du rarement vu) à l’éditorial de Serge Halimi, titré « Une élection percutée ». Mais Il y objective, actualisé, les tenants et état des enjeux ici et maintenant de la guerre en Ukraine. Nous avons la satisfaction triste que ce soit en cohérence avec le billet ci-dessus. Titre sur « élections », puisqu’il y a un lien. qui nous rappelle la « Stratégie du Choc » de Naomi Klein.

31 mars 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s