Ara i aqui, ici et maintenant

La vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Toute activité, pendant donc cette vie si courte, est un moment unique qui ne se reproduira jamais à vivre au mieux de soi-même, mais aussi une confrontation aux réalités, qui résistent, dont nous pouvons toujours tirer apprentissage.

Ces apprentissages servent à aiguiser, adapter, réguler … nos capacités potentielles, donc à optimiser, voire maximiser, ce que nous pouvons réaliser autour de nous (impossible de s’ennuyer).

Alors ce moment d’une vie, la nôtre de minimicro atome parmi des mégamilliards d’autres, prends au moins à nos yeux tout son sens.

L’humilité juste est d’exprimer ce que l’on est, là parmi tous les autruis, certes ni plus, mais tout autant ni moins.

Publié ce matin 19/03/20 sur mon mur Facebook, en ce temps de confinement signe de mutation – Michel André Vallée

ON A MÊME MASQUÉ LES ÉTOILES

C’était en début 2019. Déjà 3000 satellites tournaient autour de la planète Terre.  Les gouvernements des principales puissances avaient plusieurs fois réussi à renoncer à la guerre des étoiles, en fait pas encore des étoiles, encore trop loin pour les humains (humains ?), mais de porte-missiles à têtes nucléaires placés en orbites. Mais dés 1986 un auteur de science-fiction visionnaire, Dan Simmons, dans Hypérion puis Endymion, avait décrit (un peu trop tôt) comment cela allait se passer plus tard.

En attendant que, comme l’avait annoncé le Grand astrophysicien Hawking, lesdits humains ( ?) soient obligés (pour un temps) d’abandonner cette Terre, plusieurs « grandes « multinationales », plus puissantes que les États, avaient, dès 2019, commencé avec des « projets » tels Starlink, à balancer en orbite des bouquets constellations de 240 satellites à la fois.

En 2020-22 ils ont ainsi tenté d’en installer 12000 !

Bien entendu, « ils » ont aussi mis en place des stations-orbitales poubelles pour récupérer le maximum de déchets d’objets spatiaux dérivants possibles, afin de tenter de limiter les collisions.

Même, un autre projet a déployé, à partir de plusieurs de ces constellations, des publicités géantes par regroupements coordonnés de nanoparticules au moyen d’algorithmes. Impossible de les éviter. Plusieurs espèces d’animaux sont devenues folles par pertes des repérages naturels traditionnels. Les humains ( ?) ont bien été obligés de se débrouiller avec ; bien fait pour eux !

Conséquences, la densification des objets en orbite a saturé la visibilité des étoiles, déjà atténuée par l’éclairage permanent de nuit des mégapoles, villes et grands axes de communication. Il a fallu adapter les programmes de recherche en astrophysique, retardant ainsi les préparations de transferts interstellaires.

Certains experts des projets type Starlink ont expliqués que les collisions étaient auto-régulables si on équipait les satellites de micro-moteurs auto-déclenchants. Mais les mathématiciens et informaticiens « à la botte » n’étaient pas alors d’accord entre eux pour reconnaître si les algoritmes de service en étaient capables. Pourtant les « progrès » accélérés en I.A. (Intelligence Artificielle) dés les années 15 avaient donnés des machines qui commençaient à être capables de s’auto-réparer et s’auto-programmer. Évident à partir du jour où l’une d’entre elles a battu le meilleur joueur de Go.

Question donc de responsabilité en assurances en cas de collision. Mais comme en 2020 il n’existait alors pas de droit international adapté, donc ce ne sont pas les entreprises « privées » qui payaient, mais les États, autrement dits leurs citoyens-contribuables. De toute façon ces derniers en moyenne payaient jusqu’à 60 % de leurs revenus en impositions quand les grandes multinationales « n’abandonnaient » que 5 % de leurs bénéfices, pratiquant à grande échelle la fraude fiscales au moyen des nombreuses zones ou petits États  de non-fiscalité.

Comment le phénomène a-t-il été « pondéré » ? Simple : par la généralisation sur toute la surface de la planète de la 5 G, qui a fait brutalement chuter les coûts apparents (mais ne parlons pas de l’impact sur l’écosystème des consommations électriques), donc supprimé une partie des « intérêts » du maillage satellites intégral.

Science-fiction à portée de main ? Mais non, débat entre experts sur France Culture le mardi 4 février 2020 vers 17-18 heures (à peine enrichi avec d’autres éléments et je m’en tiens là pour ne pas faire trop long).

Décidément, pas une semaine sans une information catastrophique ; nous sommes bien complètement entrés dans la mutation de civilisation ! Car allez empêcher ces délires technocratiques, quand les puissances financières donnent le « la » aux États ?

Michel André Vallée            5 février 2020

LE VILLAGE … LES RUPTURES

Un clan entier d’anciens tient tout le village, en fait l’équivalent d’un petit bourg, prisonniers volontaires au cœur d’une forêt dense considérée comme hantée par des monstres dévoreurs. Volontaires car la présence des monstres qui de temps à autre sortent de la forêt n’est qu’une illusion entretenue par le cercle des anciens, qui détient toute l’autorité. À part cela, les règles de vie semblent saines, vivantes, même assez souvent de fêtes paysannes joyeuses, dans la vertu et le goût du bel ouvrage, des conditions de vie et décors d’entre deux guerres. Le fou du village y est toléré, … mais c’est lui qui va provoquer le drame, par le meurtre de ce qu’il perçoit comme son rival d’amour ; etc …

C’était hier soir (12 janvier 2020) sur ARTE un film de 2004 de Shyamalan. Bourré de symboles. Car au-delà de la forêt « mystérieuse », notre monde « civilisé » de maintenant, gravement dégradé, peu évoqué mais suffisamment pour que l’on comprenne un état de dictature avec un goût de 1984. ET…, si les anciens se sont réfugiés au cœur de la forêt, c’est parce que tous ont perdu dans le monde « ordinaire » un parent, ami, dans des conditions « ordinaires » de dégradations sévères de la société.

Aussi ont-ils décidés la rupture d’avec cette société gravement dénaturée en fondant un clan. Les « autorités » le savent puisque le survol de la zone en est interdit.

À peu de choses prêt, nous retrouvons des traits des « parqués » du « Meilleur des mondes » du Grand Huxley, des résistants de Solent Green, ou encore les zones de regroupement des rescapés dans « Postman » de Kevin Costner, voire dans le passé la vallée perdue (refermée sur elle-même pour éviter les pillages) des récits de la guerre de 30 ans, voire dans le futur les sauvageons du Successeur de pierre de Jean-Michel Truong ! Tous ces collectifs qui vivent selon des règles collectives auto-instituées ont fait rupture avec le système dominant. Ils font rupture pour survivre dans des conditions plus saines que ce qu’est devenu le monde, … et tenter de se préparer à un « à venir » meilleur, … entretenant l’espoir.

Toutes ces illustrations correspondent au scénario 3, celui du chaos, pages 38-39, décrit dans mon dernier essai « Passages vers l’Ère à Venir », disponible sur le blog « arcencielxcristal », dans Édition999, sur le mur Facebook de Michel André Vallée. Pessimiste, non réalités au constat accéléré de ce qui se passe là ici et maintenant : feux en Amazonie, en Australie, au Congo et en Sibérie ; crises majeures en au moins quatre zones du Moyen-Orient plus la Libye (et ailleurs), dominance des dictatures et quasi guerres civiles larvées ou masquées dans presque toutes les soi-disantes démocraties (sauf la zone Nor de l’Europe), fissures dans tous les Partis assez importants pour avoir accès aux manettes partout, été lamentable des sectarismes ou individualismes outranciers … inutile de continuer les médias, vendus ou non, s’en occupent.

Ce film apparemment poétique montre une ébauche de scénario temporaire ; … simplement les monstres ont d’autres aspects.

APRÈS GAMES OF THRONES , ce 31 décembre 2019

Ainsi la saga de feu et de glace est arrivée à son terme.

Philosophie magazine y a consacré  son hors série N° 41, avec en couverture la phrase de Friedrich Nietzsche « Ils veulent tous s’approcher du trône : c’est leur folie ».

Cette saga n’arrive pas à son terme en 2019 par hasard, quoiqu’en disent les intégristes de la totale matérialité ou de la totale spiritualité de tous poils … car, avec l’échec planétaire grossier de la toute récente COP N° xx, au temps où il n’aurait plus été question de stopper la mutation climatique (encore envisageable il y a plus de 10 ans) mais simplement de limiter les dégâts introjectés dans la Nature depuis un demi-siècle, avec les années 20 de ce siècle nous entrons carrément dans la nouvelle ère.

Et sur la phase nouvelle de la vie sur cette planète, petit point qui aurait pu continuer d’être de merveilles dans les infinis du Multivert, tout a été dit et écrit : anthropocène, inadéquation du capitalisme néolibéral de croissance non régulée, dégradation sévère des niveaux d’éducation donc de capacités de partages de consciences, intelligence artificielle (dont la robotisation n’est qu’un des outils), épuisement des ressources naturelles, dévoiement des démocraties par une oligarchie hors sol, société de la consommation et du spectacle, étouffement des humanismes par les intégrismes (de tous poils) …

Ainsi aux quatre points cardinaux :

  • La reine en fait autocrate Daenerys, éxécutée par l’homme qui l’aime (qui ainsi confirme être juste), est emportée par son dernier  dragon, l’ultime de ses trois enfants, très loin vers l’Est.
  • La toujours jeune Aria Stark, qui a été initiée à la mort, guerrière qui a éradiquée la Mort des marcheurs blancs, a choisie de s’embarquer vers l’Ouest pour découvrir l’inconnu, au-delà du connu d’ici et maintenant.
  • Jon Snow, qui ne sait rien, le roi guerrier du Nord légitimé par les peuples, ressuscité par la magie de la prêtresse rouge de la Lumière (disparaît car son temps est révolu), est relégué au Grand Nor, dont en fait il Est.
  • Le nouveau roi des 7 royaumes (mais le Nord garde son indépendance),  et peu importe son nom, en fait coordinateur élu, porteur de la mémoire du vivant et de la Connaissance des anciens dieux, qui a renoncé au vouloir et a été muté Sage par l’attentat sur son corps, gouverne au Sud, quand les armées partent se reposer au Grand Sud. Il n’aura pas d’enfant, donc le prochain coordinateur après son départ sera à son tour élu.

En fait nous sommes entrés dans l’Hiver (de ce monde-ci), qui sera de feu ET de glace. Pour le traverser et préparer nos successeurs à l’Ére à venir, nous devrons utiliser des Passages, vers un autre état.

Que ceux qui ont le privilège d’avoir le nécessaire voire l’abondance, quand tant d’autres survivent dans la misère ou l’indigence générés par ce système désespérant, profitent bien de cette fin de 2019. Ce n’est en aucun cas une « bonne » raison pour perdre la raison.

Michel André Vallée

De gigantesques parties de Go planétaires à venir

Elles sont en cours : le climatique et les COP successives (cette fois, fin 2019, il paraitrait que personne ne peut plus échapper aux constats et que les États vont bien devoir sortir des discours d’intention pour agir plus radicalement ?), la suite des embrasements et redistribution de cartes au Moyen-Orient (dont personne ne peut encore escompter les conséquences pour tous ?), …

Sur ce blog figure aujourd’hui un nouveau texte de fond consacré à la montée en première puissance de la Chine avec l’hypothèse que ce jeu géopolitique planétaire exceptionnel tient à la pratique, naturelle pour les chinois, du jeu de GO. Ce long texte a servi de base à conférences.

Puisque la Chine, avec notamment l’installation des nouvelles routes de la soie, installation planétaire bien au delà de sa confrontation en cours avec les States, a engagé cette globale partie de Go, c’est que les autres acteurs, dont les européens, y sont aussi engagés. Car la note sur la Chine dit bien qu’au delà de l’économique et la logistique commerciale, c’est une partie au niveau de la civilisation qui est engagée.

La Chine part sur un considérable avantage, c’est qu’elle est homogène en tant qu’acteur de la partie, alors que, nous, sommes dispersés. D’autant que la Chine a des alliés sur les bords du go-ban (le damier), notamment la Russie.

Pourquoi ne nous mettons-nous pas en ordre de bataille pour continuer la partie ? Quelles sont (et non seraient) les conditions pour restructurer nos marges de manœuvre ? Car ne l’oublions pas, dans l’esprit stratégique du Go, vers la fin d’une partie, les deux acteurs ont TOUS DEUX évolués dans leur identité. Ayant réalisé par le jeu chacun leur dessein au mieux, la configuration résultante ne correspond jamais au projet initial de chacun, … et tous l’acceptent car c’est !

Mais, là comme pour tant d’autres enjeux majeurs, les européens (la Russie de l’Ouest est en Europe) auraient besoin d’être passés d’une CE des nations exclusivement néolibérale ouverte à tous les vents à une Europe Fédérée des Régions (en fait autant d’État tout comme ceux constituant les States ou les Lands allemands par exemple). À quand la prochaine Greta pour nous dire cela en pleine figure ? Combien de morts à payer pour y aboutir ?

Car, tous les traits qui font la puissance actuellement bridée partant réduite de l’Europe (dont la Russie de l’Ouest, la Chine se chargeant déjà de la Sibérie), traits dont la gouvernance chinoise actuelle a bien compris les potentiels, ne demandent qu’à s’exprimer, refleurir. Les peuples « en ont marre » du système occidental actuel qui épuise les mondes.

Alors pourrions-nous voir la sagesse du Tao se marier à l’humanisme d’un Érasme, d’un Llull, d’un Spinoza, d’un Jung, d’une Arendt, d’une Klein, d’un Morin …? Et l’athéisme de rigueur au PCC actuel être remplacé par la laïcité d’ici, tolérante et ferme à la fois.

Michel André Vallée, 3 décembre 2019

Passages vers l’ère à venir

Cher lecteur, vous trouvez sur le côté de la page d’accueil l’accès au format pdf de l’essai que je viens de publier hier, 23 octobre 2019, avec le titre ci-dessus. Ce nouvel essai complète « Élargir notre conscience au Multivert » (publié début 2013). Le mot le plus significatif de ce titre est PASSAGES. En voici la première page, de repères, et le « programme »:

QUELQUES REPÈRES AVANT LE « PROGRAMME » DE CE TRAVAIL

Nous sommes en 2019, la cause est entendue et se confirme dorénavant  année après année, presque mois après mois : le genre humain, sur cette planète Terre, traverse une mutation de civilisation, bien au-delà d’une crise, depuis au moins les années 1990.

Des auteurs de renom en diverses disciplines, s’exprimant dans ce sens, se complètent ces récentes années : Ervin Laszlo en 2009 avec L’Expérience akashique, Joseph Stiglitz en 2010 avec Le Triomphe de la cupidité, Edgar Morin en 2011 avec La Voie, Hervé Kempf en 2013 avec Fin de l’Occident naissance du monde puis en 2017 avec Tout est prêt pour que tout empire, Naomi Klein en 2015 avec Tout peut changer, Pablo Servigne et Raphaël Stevens en 2015 avec Comment tout peut s’effondrer, Michel Onfray en 2015 avec Cosmos, puis en 2017 avec Décadence, puis en 2019 avec Sagesse, Jean_Pierre Chevènement en 2016 avec Un défi de civilisation, Paul Jorion en 2017 avec Survie,  Hubert Védrine en 2018 avec Compte à rebours, Bernard Stiegler en 2018 avec Qu’appelle-t-on panser ?, Yuval Noah Harari en 2018 avec 21 leçons pour le XXIe siècle (après Sapiens en 2015 et Home deus en 2017), Barbara Stiegler en 2019 avec Il faut s’adapter, Kai-Fu Lee en septembre 2019 avec I.A. la plus grande mutation de l’histoire, Jeremy Rifkin en octobre 2019 avec New Deal Vert mondial.

J’aurai pu remonter bien avant dans le temps. La plupart des ouvrages cités sont en langue française, mais en d’autres langues (anglais, allemand, russe, espagnol, probablement chinois), les ouvrages abondent de même, si l’on en croit plusieurs newsletters et revues. Bien entendu, si ces ouvrages ont été publiés ces dix dernières années, c’est qu’il ont été écrits avant, donc pensés et préparés encore avant, donc les constats qui les ont fait germer encore auparavant, ce qui nous mène bien aux années 1990.

En toute humilité (comparé à ces grands auteurs), l’essai Élargir notre conscience au Multivert , que j’ai publié gratuitement sur Internet début 2013, je l’ai écrit de 2007 à 2012 à partir de constats remontant à 1983, … quand une synchronicité d’évènements (dont le revirement politique en France mais simultanément d’autres bouleversements) ont générés un élargissement considérable des regards sur « les choses de la vie ».

En préface de cet essai figure un rappel du synopsis d’introduction de l’essai Multivert. Ce titre Multivert se voulait correspondre à la complémentarité des physiques reçues, ou « dures », d’avec les physiques de plus en plus subtiles qui peuvent nous mener jusqu’à l’énergie infinie primordiale. Cette complémentarité est symbolisée par une représentation de nos ancêtres celtes, qu’ils appelaient Multivert. Soit « Multi » pour les « multivers » intriqués tels que les appellent dorénavant les astrophysiciens, et « Vert » en reconnaissance et respect de la Nature dont nous sommes.

Chaque partie ou chapitre ne prétendront bien entendu pas à l’exhaustivité sur son thème ni sur les exemples cités, loin de là. À ce jour, il est impossible de trouver une source ou un auteur pertinent capable de prédire de façon instruite à quoi ressemblera la civilisation À VENIR, alors que nous venons d’entrer dans le chaos. Aussi cet essai tente de proposer une trame qui essaiera de faire sens, sens qu’y verra chacun par son tissage de fils choisis. Cette trame comprend des PASSAGES pour traverser ce temps de mutation, au moins s’y préparer.

Bien entendu, les échanges et débats auxquels il pourra ouvrir sont bienvenus. Plusieurs canaux figurent en fin d’ouvrage. On y trouvera aussi l’intégral de l’essai Multivert.

PROGRAMME    cet essai va tenter de suivre la progression suivante :

LES PRÉALABLES

Retour sur le synopsis d’introduction de Multivert  (2012-2013)

AVANT … L’EN COURS

– 2 millions d’années en arrière

– Perturbateurs endocriniens et Quotient Intellectuel (Q.I.)

– Perte de l’effort et dégradations

LE CHANGEMENT DE CIVILISATION … EN COURS

– En France, des chocs qui réveillent

– « État de la nation » (de cette planète, notre « village »)

ATTITUDES RECOMMANDÉES

– Éviter le «  bisounours », et le côté obscur de la pensée positive

– Intégrer, plutôt que (et au-delà de) réguler

 COMPRENDRE

Face à Gaïa, l’écosystème, dont climatique, seul thème global

– Au cœur du désastre, quelles sorties ?

– Violence ? , violences ?

– Rejet-haine du « juste »

– L’épisode pré-1789 et pré-1905 des Gilets Jaunes en 2018-2019

 VOULOIR

– Changement de paradigme

– Synchronicité globale de synchronicités 

 AGIR

– À quoi joue donc « l’énergie » ?

– Mythe du phœnix, la résilience, … et pourtant, …

– Identification de PASSAGES

– Aux plans politiques à CMT, la Chine, les intégrismes, l’Europe

– Et, juste après le moyen terme

EN LIEU ET PLACE DE CONCLUSION

– Quelques traits de la prochaine civilisation ?

– La prédiction d’un prophète du siècle dernier

– L’accélération du tempo de la musique

Présences au fil de cette vie-ci

Sources

Bibliographie succincte

ISBN 978-2-9544891-1-7

Deux messages sur mon mur de Facebook ce mardi 24 septembre 2019 : lien entre les deux ?

Premier de ces messages :

La chute de Thomas Cook … !
La presse verse des larmes de crocodiles pour les 600000 touristes à rapatrier. Certes très désagréable pour toutes celles et ceux qui sont piégés par la faillite du plus ancien voyagiste britannique (178 ans). Mais l’analyse économique de la mondialisation du tourisme aurait dû prévoir ce type d’évènement. Ce n’est que le début du renversement de l’iceberg. MAIS, quoi dire de toutes les populations sur toute cette planète qui ont tout misé sur le tourisme de masse low cost ou pas low cost pour un peu mieux vivre. Ils seront abandonnés pour la plupart, avec la non-éthique des gouvernances actuelles. C’est la mondialisation néo-libérale « décomplexée » qui une fois de plus est en cause.

Second de ces messages :

L’affaire Greta Thunberg ?

Il est des contextes dans l’histoire où un personnage inattendu sur un contexte global entendu amplifie toutes réactions, quelle qu’en soit l’orientation. En l’occurrence, toutes les diverses réactions sont plus ou moins émotionnelles, car effectivement TOUT est en jeu, et chacun est consciemment ou subconsciemment touché. Aussi les diverses réactions sont toutes intéressantes en ce sens que l’amplification explicite des signatures. C’est éclairant, et chacun peut plus aisément identifier les uns et les autres, et soi-même.

Lien entre les deux ? :

De mon point de vue bien entendu, … chacun peut y trouver autre chose. Dans les deux cas, un phénomène majeur, tant immédiat qu’à terme, ne ressort dans les grands médias, au-delà des supports spécialisés, académiques, d’historiens, de prospectivistes, qu’à l’opportunité d’un acte nettement décalé par rapport à l’habitude. C’est si souvent trop le cas, avec une si faible préparation d’esprit critique (en baisse comme on le reconnaît enfin récemment).

Dans les deux cas, l’événement se situe aux débuts de tendances lourdes, en cohérence avec le « bouquet » si chargé de tendances lourdes significatives de notre état global de déjà entrés en mutation de civilisation.

Dans les deux cas, tant aux jeunes éveillés qu’à celles et ceux des adultes qui restent sensibles, il est devenu évident qu’il n’est plus temps au discours « politiquement correct », mais qu’il est temps de la parole et de l’action directes et claires.

Pourquoi ces deux cas là, car ils sont d’actualité d’aujourd’hui et de demain.

Même s’il est tant d’autres « objets » de fond qui nous concernent toutes et tous, à propos de tous ces objets, le tryptique « Comprendre – Vouloir – Agir »  se complète avec « Échanger – Se coordonner – Se préparer ». Le courage va être nécessaire.

Michel André Vallée