Matrix

Michel André Vallée·mardi 5 septembre 2017

Hier soir, la 8 (trop de publicités débiles et de variétés tout aussi débiles typiques de “du pain et des jeux”) a donné le film Matrix, sorti en 1999 soit il y a 20 ans si on compte le tournage et la préparation. Rappel : la pratique du pain et des jeux annonce toujours la chute d’un Empire !

Là aujourd’hui il est évident, pour ceux qui ne l’auraient pas vu ainsi, que c’était (c’est toujours) un film visionnaire, tout autant que “Le meilleur des mondes” du Grand Aldous, “Le successeur de Pierre” de Truong, etc. Autrement dit, nous y sommes.

J’exagère ? Les progrès en IA (Intelligence Artificielle), annoncés dans Matrix, ont été fulgurants, … évidemment. En effet, nos Big Datas viennent de “réussir” la capacité pour des ensembles electroinformatiques d’autoaméliorer leur(s) propre(s) programmation(s) ce qui, compte tenu des systèmes connectés en place sur l’ensemble de cette planète (satellites compris) ne pourra plus être arrêté.

En effet aussi, une élite internationale constituant ce qu’il convient d’appeler le Deep Power, comprenant toutes les puissances qui ont les moyens de tirer les ficelles derrière les instances telles les Bilderberg et équivalents russes et chinois (et indiens ?) ainsi que l’ONU, développent la future structuration de la mondialisation. La plupart des gouvernements leurs sont affidés après avoir été cooptés, et jouent devant les médias la vraisemblance pour l’opinion publique. Les intellectuels, entités scientifiques et structures de gouvernance dépendent des budgets décidés et contrôlés par cette collectivité d’en-haut. Cependant il est nécessaire d’entretenir l’illusion, aussi effectivement on laisse la bride sur le cou aux milliers d’initiatives et d’expérimentations concrétisées de type humaniste, participatif, écologique, ou autres tant qu’ils ne représentant pas un danger pour la rentabilité financière globale de l’exploitation des énergies humaines sur les énergies de la planète. Dés que l’une ou l’autre devient quand même trop gènant, il lui arrive quelque chose ; déjà Richelieu avait fait éliminer les trop trublions de la construction du pouvoir absolu, et bien d’autres gouvernants avant lui et depuis. Actuellement ce sont les lanceurs d’alerte qui se mettent en danger.

En effet aussi, des gouvernants qui devraient relever de la psychiatrie réactivent le risque nucléaire (et pas uniquement ceux auxquels on pense aujourd’hui immédiatement). Mais bien plus redoutable que le nucléaire est la surpopulation confrontée aux limitations des ressources de notre Terre, le prochain déficit en eau potable générateur de conflits, etc … Des René Dumont, visionnaire d’un autre genre, l’avaient annoncé. Des Edgar Morin reformulent aujourd’hui.

Alors il sera incontournable de protéger les survivants dans des zones, et Soylent Grenn rejoint Aldous et Truong.

Ce qui laisse un espoir ?, … le complexe, la réalité des réalités de la complexité de la Nature, dont notre monde n’est qu’un étroitement intriqué aux autres mondes , … un peu à l’image des “cordes” d’un Hawking. Ainsi que la réalité de l’Énergie, totalité du vibratoire, … le bloc d’énergie dans Hypérion n’en étant qu’une illustration, ainsi que le bloc dans “2001 L’Odyssée de l’Espace” d’ailleurs. L’Histoire nous a démontré que la science-fiction est (presque) toujours rattrapée par nos gesticulations d’humains sapiens sapiens et autres.

Nous venons de passer des seuils qualitatifs significatifs. Nous y sommes.

Publié dans FB, forum AltEco, i altres

Hommage à Stephan Hawking

Michel André Vallée·Vendredi 30 novembre 2018

Il nous a quitté au printemps, à 76 ans, après une vie plus que pleine, nous ayant laissé (à nous humains de cette planète) des avancées majeures dans la compréhension de cet univers (parmi les autres univers auxquels il est intriqué), du mini-micro au méta-macro, autant d’apports que de nouvelles questions, … malgré et donnant l’exemple d’avoir été de cette vie-ci capable de dépasser un handicap majeur auquel la plupart de nous auraient succombé. Staphen Hawking est un héros des XXème et début de ce XXIème siècles.

Son dernier ouvrage (de cette vie-ci) est sorti dans sa traduction française en octobre chez Odile Jacob. Je viens d’en terminer la lecture, … et ne peux m’empêcher de recommander à toutes et tous cette lecture ; il l’a d’ailleurs rédigé afin que le maximum d’entre-nous soyons informés des apports les plus instruits ici et maintenant aux grandes questions qui dépassent oh combien de loin les mini-atermoiements locaux et micro-temporaires où nous nous sommes tous laissés (moi compris of course) piéger.

Titre : « Brèves réponses aux grandes questions » 221 pages écrites gros, 19,90 €.

Quelques questions ? Dieu existe-t-il ? Y a-t-il de la vie intelligente ailleurs ? Peut-on prévoir l’avenir ? Peut-on voyager dans le temps ? Les terriens vont-il survivre ? Serons-nous dépassés par l’intelligence artificielle ? Que nous réserve l’avenir ? … et quelques autres du même tabac.

Bon, malgré l’effort de vulgarisation (ce concept n’a pas une once de péjoratif ni de réducteur, dans une optique d’éducation populaire), certains passages de physique quantique et/ou de cosmologie ne sont pas à portée de qui ne dispose pas de bases en physiques, mais il lui suffit de passer jusqu’aux questions et réflexions d’humanisme général à portée de quiconque sait lire et reste curieux.

Alors, que de la réalité, les réalités, en toutes dimensions (bien plus de dix actuellement repérées par les recherches en mathématiques), avec une large et belle ouverture et tolérance de pensée. Principe systématique de réalité totalement ouvert, sans pour autant de laisser aller sur la rigueur de pensée, … à notre moment critique de mutation de civilisation, déjà engagé sans aucun billet de retour (même en tenant compte du retour dans le passé sérieusement envisageable avec des espaces-temps suffisamment courbes) !

L’affirmation mathématiquement et physiquement démontrée de l’existence simultanée de plusieurs mondes, plusieurs univers, intriqués, dont ultra-subtils, …tels que j’avais osé les esquisser dans l’essai Multivert (2012-2013).

L’honnêteté intellectuelle et responsable de tenir compte de l’inéluctabilité de la mise en œuvre continue de toutes avancées scientifiques et technologiques ; c’est à dire que ce que certains milieux de notre époque considèrent comme non-éthique et/ou non-« démocratique » (concept relatif) et tentent de bloquer, interdire ou canaliser sera de toute façon développé ici ou là ailleurs sur cette planète en disposant des moyens financiers adéquats. En conséquence les humains ont meilleur compte à avancer ouvertement dans les développements et occuper les terrains potentiels de ces « avancées » ; ce que je traduis aussi au plan géopolitique par savoir jouer au Go et au-delà avec le maximum de clarté aux yeux du plus grand nombre. 

Soit incidemment, d’une part plus aucune pensée unique dominante considérée comme unique par les « grands » et soi-disant « académiques » qui exploitent (dorénavant de façon » décomplexée ») les petits, d’autre part pas d’avenir salvateur chez les mouvements gentils-bisounours-bonne conscience, qui font certes souvent des choses « bien » (qu’ils continuent) mais servent d’épatant faire-valoir aux tenants de l’actuel Deep power.

En fait, en pratiques comme en politiques, jouer tout autant le mouvement du bas que le mouvement du haut, simultanément.

Non, je ne me suis pas laissé aller, si le Grand Hawking nous apporte, c’est pour nous faciliter de continuer librement d’exercer la capacité de penser et d’agir aidée par les nouveaux moyens dont nous humains sommes devenus capables. Et les scénarios possibles sont effectivement multiples, à l’infini de l’espace. Incidemment, le « il n’y a pas d’autre issue » n’a à l’évidence aucune valeur.

Tirez-en ce qui vous viendra, bien entendu même très différent de ce qui est avancé ici, mais lisez ce dernier ouvrage de cette vie-ci de Stephen … ce sera bien évidemment la meilleure façon d’honorer son travail.

2018 semaine 48

Connaître le fond de la nature de tout intégrisme … vouloir et agir Juillet 2013

29 juillet 2013, 11:05

Dans« Les modèles archétypiques dans les contes de fées » (éditions La fontaine de pierre 1999) Marie-Louise von Frantz, qui a continué avec son génie propre l’œuvre de Carl Gustav Jung, écrit pages 111 et 112 :

« Nous observons encore et encore dans le cours de notre histoire et jusqu’à nos jours, que si un individu, un groupe ou même une nation entière sont remplies de la possession spirituelle primitive de quelque idéal idéologique, un rêve de paradis, par exemple, ils sentent de façon absolue et sans honte qu’il est juste de détruire les autres pour y parvenir. Ils sont déshumanisés. Si l’on essaie de discuter avec de telles personnes, elles vous répondent qu’il est juste de tuer tous ceux qui sont contre leur idéal et essaient d’empêcher sa réalisation. Elles perdent leur sentiment humain et leur conscience, leur relation à autrui. C’est un état de possession par un idéal, idéal qui n’est pas transcendant mais est placé à un niveau très concret et terrestre. »

« Ces gens sont, pour ainsi dire, dans l’Hadès. Ils ont été ensorcelés et sortis de la vie. Ils sont comme ceux qui sont possédés par un paradis idéal : ils sont morts en tant qu’être humains ».

Analyse puissante de toujours, et simultanément cruellement d’actualité. Mais que l’on ne s’y trompe pas, cette actualité ne concerne pas qu’un seul clan, un seul mouvement, une seule culture …, elle concerne, là depuis quelques années et en 2013, tous les intégrismes religieux, politiques et économiques. Tous pratiquent cet aveuglement meurtrier, aucun n’y échappe. Certains sont évidents à tous car quasi quotidiennement sous les feux des médias, et nous savons qu’il peut être prudent pour quelques temps de ne pas les nommer si l’on est en statut isolé. Mais ce type d’œillères permet de « comprendre » aussi par exemple les « jeux » du néolibéralisme mondialisé qui dans certaines « way of life » s’est toujours affiché avec cynisme et en Europe se permet depuis quelques temps de s’afficher « décomplexé ». En effet, pour ces gens là, ceux qui ne voient pas « les choses » et ne fonctionnent pas comme eux, « les humanistes, les penseurs, les partageux, … », ne sont pas de leur rêve de paradis et en conséquence sont à exploiter et tuer. « Exploiter » autrui, c’est une façon de« tuer » car cela consiste à traiter autrui sans respect de son identité propre, de sa dignité. Ceux qui pratiquent ouverture, tolérance, négociation authentique … sont des cons qui ne méritent pas mieux, des « politiquement immatures »…, … et après nous le déluge !

De cette compréhension qui relève de la psychologie des profondeurs même au niveau sociologique de collectifs et de nations, il s’en décline que« l’échange » éventuel, toute négociation, avec des intégristes, quels qu’ils soient, n’est possible qu’en mobilisant un rapport de force favorable. Ce qui n’interdit pas un objectif d’évolution, sachant qu’il demandera beaucoup d’énergie et de temps. Il est des cultures qui de part leurs essences permettent des intégrations avec un peu d’histoire, donc des développements enrichissants pour l’humanité. Mais il en existe d’autres dont la nature est telle que toute démarche d’intégration est illusoire ; s’obstiner à ne pas comprendre cette réalité « naturelle » et à « baisser pavillon » est de l’inconscience dangereuse. L’attitude intelligente pour vivre côte à côte dans une paix quotidienne implique en permanence un des principes de base du jeu de Go : investir un tiers de l’énergie en contention (ou défensif) et deux tiers en développement. Il ne faut pas avoir froid aux yeux ni se boucher les oreilles et ne rien dire, la co-construction 

créative n’est efficace que si elle passe par des phases successives de conflit et de coopération, … c’est humain.

En Catalogne, les Comités de défense de la République portent une vision émancipatrice de l’indépendance

PAR STÉPHANE FERNANDEZ 19 DÉCEMBRE 2017, dans BASTA

Le mouvement indépendantiste catalan se prépare aux élections régionales du 21 décembre, sous la menace d’interdiction des partis opposés au pouvoir central de Madrid. En son sein, les Comités de défense de la République se sont multipliés. Ces assemblées de quartier voient dans l’indépendance l’opportunité d’une transformation de l’ordre social et de remise à plat d’un régime en crise. Ces comités fédèrent aussi bien des militants de gauche, des libertaires que des citoyens qui ne sont pas forcément des inconditionnels de l’indépendance. Reportage.

A une demi-heure en métro du centre de Barcelone, se dressent les immeubles de L’Hospitalet de Llobregat. Soit la deuxième plus grande ville de Catalogne, avec 250 000 habitants, mais une banlieue de la ville-monde voisine. De tristes tours et de nombreux ensembles urbains ont poussé dans les années 60 et 70 autour des maisons de style « art moderne » du 19ème siècle, que la bourgeoisie barcelonaise venait occuper l’été. Ils ont permis d’absorber les migrations, d’abord venues des autres provinces d’Espagne pour travailler chez le constructeur automobile Seat, puis des latino-américains ou des africains.

Le taux de chômage officiel y tourne autour de 12%, dans la moyenne de la région. Entrecoupée d’autoroutes, de voies rapides et de voies ferrées, L’Hospitalet de Llobregat ne compte aujourd’hui que 50% environ de population autochtone, et près de 40% des habitants ne parlent pas le catalan. Lors du référendum d’auto-détermination sur l’indépendance de la Catalogne du 1er octobre dernier, c’est une des villes où le vote pour le non a été le plus élevé.

« Défendre la démocratie, les droits humains, les libertés civiques »

Pourtant, dès le mois de septembre, la ville a été emportée par la large mobilisation citoyenne qui a secoué toute la Catalogne et permis, in fine, la tenue du référendum. Des Comités de défense du référendum (CDR) y ont fleuri dans les différents quartiers. Depuis la victoire du « oui » puis la proclamation de la République le 27 octobre, ces collectifs se sont transformés en Comités de défense de la République. Aujourd’hui, 280 à 300 CDR irriguent le territoire (Voir leur implantation géographique sur cette carte) et laissent entrevoir dans l’indépendantisme catalan un mouvement bien plus profond et populaire que l’image classique d’un nationalisme rance et égoïste.

Ces mouvements de base auto-organisés, sans structure dirigeante, regroupent d’ailleurs bien au-delà des cercles indépendantistes. Victor, membre d’un des CDR de L’Hospitalet, en rappelle l’origine : « Les CDR sont nés pour défendre un référendum que l’État espagnol voulait empêcher à tout prix. Des gens qui ne sont pas indépendantistes ont défendu les bureaux de vote, ce qui montre bien qu’au fond, il est aussi question de défendre la démocratie, les droits humains et les libertés civiques. »

Héritiers des Indignados

Cette mobilisation a surpris les plus anciens activistes dont Iñaki Garcia, qui milite depuis plus de 30 ans dans les mouvements libertaires, toujours influents en Catalogne. Il est l’un des fondateurs d’El Lokal, boutique et espace ouvert autogéré où convergent les luttes et les résistances à la gentrification et aux mafias de toutes sortes, dans le quartier du Raval à Barcelone.« Les phénomènes aussi amples, personne ne les prévoit, résume Iñaki. Tu les désires, tu sais que quelque chose peut se passer mais quand ils arrivent, ils te surprennent. Le 1er octobre s’inscrit dans cette logique. Surtout par la magnitude que l’événement a pris : des milliers de personnes, de tous âges, de toutes classes sociales, mettant leur corps en avant pour protéger des urnes, pour défendre un droit élémentaire. C’était très impressionnant. »

Comme lors des épisodes du 15-M (souvent appelé mouvement des « indignés » ou indignados, en 2011) ou plus récemment en France, lors de Nuit debout, les gens ont l’impression de pouvoir agir à nouveau. Ils tissent des liens, débattent, se réapproprient la parole politique. Témoins de cette effervescence démocratique et populaire, les nombreuses journées, les assemblées, les multiples actions et mobilisations organisées un peu partout.

« Je veux d’autres façons de nous gouverner nous-mêmes »

Ainsi mi-novembre, les CDR de L’Hospitalet se sont réunis pour une journée de mise en commun des pratiques, pour commencer à penser collectivement leur rôle dans la Cité. Au programme, des ateliers de résistance passive, de relaxation, de sécurité informatique ou de création de pancartes pour les futures manifestations, et des tables rondes sur la question du féminisme ou des migrations… Des familles viennent avec leurs enfants, des anciens racontent les luttes des années 70, les indépendantistes de la première heure côtoient ceux qui veulent refaire le monde.

On échange sur la démocratie et sur l’indépendance. Sonia :« Moi, je ne me considère pas comme indépendantiste. Par contre, l’indépendance est une opportunité pour rompre avec le statu quo et tout repenser depuis zéro, autant les relations économiques que politiques. Quel type de démocratie nous voulons et comment la faire fonctionner ? On vote pour des partis politiques qui se chargeront de tout et auxquels nous déléguons toute la responsabilité. Non ! Moi, je veux prendre des responsabilités sur ma vie, je veux d’autres façons de nous gouverner nous-mêmes. »

Roman ne dit pas autre chose. Mal assuré en catalan, il s’exprime en castillan : « Un drapeau, ça ne me dit rien. Si j’avais la capacité de demander quelque chose, ce serait un État où la séparation de pouvoirs soit réelle. C’est la base de toute démocratie. Et surtout, un État sans monarchie et sans fascisme. S’il y a une République catalane avec une séparation des pouvoirs et sans aucun « Rajoy »[du nom du chef de gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, ndlr], ni Maison royale… je prends ! »A côté de lui, Jordi renchérit : « On me demande de quoi je veux être indépendant. Mais de tout ce que représente le régime de 78, de la corruption politique et économique, de l’autoritarisme, de l’impunité des tortionnaires qui ont gagné la guerre civile, de l’extrême droite ! »

Un indépendantisme de gauche et internationaliste ?

L’indépendantisme catalan cristallise un certain nombre de problèmes que l’État espagnol n’a jamais réglé. De la coexistence de plusieurs nationalités au sein d’un même pays à la transition démocratique de l’après-Franco, en passant par la corruption ou les luttes féministes, les CDR veulent s’emparer de tous les sujets. Sonia Farré, députée au Parlement espagnol, affiliée à Podemos et membre de la formation politique des « Comuns », rappelle les origines du conflit actuel : « A peu près au même moment que la crise de 2008, qui entraîne le mouvement des Indignés, en Catalogne un nouveau Statut d’autonomie est adopté par référendum, en lien avec Madrid. Or, quand ce statut passe devant les députés, il est amendé. Puis le Parti populaire le traîne devant le Tribunal constitutionnel qui finit de le vider de son sens. En ce qui concerne l’autonomie des provinces, il y a bien peu de respect des aspirations citoyennes. A partir de là naît un mouvement populaire assez large, qui réclame le droit de pouvoir décider des relations entretenues avec l’État. Une partie est nationaliste, mais pas seulement. Beaucoup de gens voient dans l’indépendance la possibilité de rompre avec le régime sorti de la Constitution de 1978. »

Cette aspiration à la rupture soude au-delà du seul bloc indépendantiste. Un bloc qui n’est pas monolithe, et dans lequel le nationalisme patriotique et égoïste est loin d’être majoritaire. Est-ce à dire qu’il existerait un indépendantisme de gauche ? Voire internationaliste ? C’est ce que revendique en tout cas Eduardo Caliz, membre du secrétariat national de la Candidature d’unité populaire (CUP), le parti de gauche radicale catalan :« Oui, nous sommes internationalistes. La reconnaissance d’une communauté ne repose pas sur la glorification d’une nation, mais dans la libre relation avec les autres communautés et les autres peuples du monde. L’indépendantisme ouvre de réelles possibilités de transformation sociale. »

Une gauche radicale très active

Aux dernières élections en Catalogne, la CUP s’est retrouvée dans une position centrale, puisque l’alliance de Junts per Si (regroupant le Parti démocrate catalan et l’Esquerra Republicana Catalana – Gauche républicaine catalane) n’a pas réussi à obtenir la majorité absolue. La CUP milite depuis longtemps pour l’indépendance, la sortie de l’Union européenne et la rupture avec les politiques économiques néolibérales. Ses militants et dirigeants viennent souvent des milieux populaires ou libertaires, dans lesquels tout se débat et tout se vote en assemblée.

Depuis le milieu des années 2000, ce sont souvent eux qui sont à l’origine des centaines de consultations organisées au niveau local, demandant l’organisation d’un référendum. Et avec ses dix députés, la CUP a porté ces revendications au Parlement catalan. Elle a négocié son soutien à Junts Per Si autour de plusieurs points clés, notamment le départ d’Artur Mas, l’ancien président de la Généralité plombé par des affaires de corruption, une date butoir pour l’organisation d’un référendum et un agenda social et législatif marqué par des réformes progressistes.

« Rupture avec les États autoritaires et centralistes »

Pour Mireïa Boya, député de la CUP au parlement catalan et candidate aux élections du 21 décembre, « les politiques centralistes se font toujours au détriment des classes populaires. La crise en Espagne a affecté essentiellement les travailleurs. Les grands pouvoirs économiques et financiers en portent la responsabilité. Ils se cachent derrière le pouvoir politique. C’est le cas en Espagne mais ça l’est aussi en France. En ce sens, je suis étonnée que les mouvements de gauche les plus réformateurs de France ne comprennent pas que la liberté en termes de souveraineté sociale, économique, écologique passe aussi par une rupture avec ces États autoritaires et centralistes. »

Pour Victor, membre d’un des CDR de L’Hospitalet, l’indépendantisme est « une autre manière de vivre cette maxime issue de l’altermondialisme : agir local, penser global ». Et de préciser lui aussi : « On ne vit pas l’indépendantisme comme un nationalisme. C’est un outil pour construire des souverainetés, de la souveraineté alimentaire à la souveraineté énergétique en passant par le logement. Depuis longtemps, on a été dépossédés de notre capacité à prendre des décisions sur de très nombreux aspects de nos vies : l’éducation, la santé, l’alimentation… C’est un outil pour rompre toutes ces chaînes. »

« L’indépendance pour transformer la réalité, pas pour changer le drapeau du balcon »

Jesus Rodriguez, journaliste à La Directa, porte le même regard sur le mouvement et son ancrage à gauche : il s’agit de « faire l’indépendance pour transformer la réalité, pas pour changer le drapeau du balcon de la Généralité ». Pour cette sensibilité politique, les nombreuses lois progressistes adoptées ces dernières années par le Parlement catalan et déclarées inconstitutionnelles à Madrid seraient une marque de plus que l’Espagne n’est pas réformable. Au total ce sont plus de vingt lois, n’ayant a priori rien à voir avec l’indépendantisme, qui ont été ainsi retoquées. Parmi les plus emblématiques, la loi sur la précarité énergétique garantissant la fourniture d’énergie aux familles pauvres, la loi instaurant un impôt sur les logements vides, la loi pour une égalité effective homme-femme, la loi interdisant l’installation des grandes surfaces en dehors des grandes villes, la loi contre la fracturation hydraulique ou encore la réforme du code du commerce.

Jesus Rodriguez poursuit : « La bataille de l’Etat contre l’indépendantisme catalan prend beaucoup plus de virulence quand ils identifient le fait que le processus n’est pas de droite mais qu’il est traversé par toute une série de revendications pour une transformation de la société catalane. Une redistribution de la richesse et une amélioration des conditions de vie, qui affecteraient les intérêts de grandes corporations et oligarchies dans l’énergie, l’habitat, ou encore la banque. »

« Je ne crois ni à l’État espagnol, ni à l’État catalan »

Cette même analyse pousse une partie importante du mouvement libertaire à rejoindre l’indépendantisme. Joan Solana, alias Juanito Piquete, musicien, activiste, membre de la Coopérative intégrale catalane, n’est pas dupe pour autant : « Que la bourgeoisie essaye de manipuler ce qui se passe ou de le transformer en nationalisme, il en a toujours été ainsi et cela ne m’étonne pas. Le nationalisme est l’imposition d’une culture sur une autre. Je ne suis pas nationaliste, je ne suis pas patriote. Je défends mon droit à décider. Je ne crois ni à l’État espagnol, ni à l’État catalan. Simplement, un ennemi plus petit, l’État catalan, pourrait ouvrir la possibilité de voir émerger des processus autogestionnaires, d’autonomie, de gestion directe de nos vies bien plus proches de ce que nous voulons et désirons. »

Jusqu’à très récemment, Joni D., musicien, auteur, manager et responsable d’une maison de disques, ne voyait dans la question de l’indépendance qu’un écran de fumée du parti de la droite catalane, Convergencia i Unio (CiU) pour masquer sa corruption et se maintenir au pouvoir coûte que coûte. Il a changé d’opinion récemment « en constatant que ce sont les citoyens eux-mêmes qui ont forcé les politiques à aller de l’avant, que ce soit pour adopter des lois progressistes ou pour le processus d’indépendance ». Et de poursuivre : « Le mouvement libertaire n’a rien à perdre dans cette affaire. Au contraire, cela ouvre des opportunités. Donc oui, je préfère la République catalane, non pas que la République soit mon objectif mais parce qu’elle me permet d’en finir avec la monarchie. »

La crise d’un régime « à bout de souffle »

Pour s’opposer aux aspirations catalanes, Madrid s’est arc-bouté sur la légalité constitutionnelle, érigée en horizon juridique indépassable. Or, c’est aussi cette Constitution, le « régime de 1978 » issu de la fin du franquisme, que combattent aujourd’hui de plus en plus de personnes. « Ce qui se produit en Catalogne est un symptôme révélant la crise de ce régime, analyse Iñaki Garcia. Il est à bout de souffle. Et cela affectera aussi les autres régions. »Un constat partagé par Sonia Farré : « Dans le reste du pays, il y a aussi une demande de transformation et d’adaptation du régime. La majorité des gens vivant aujourd’hui en Espagne n’a pas voté pour cette Constitution et ne peut même pas donner son avis. »

En Espagne, la « transition démocratique », de la mort de Franco jusqu’à l’arrivée du Parti socialiste au pouvoir en 1982, est pratiquement sanctifiée. Or, comme le rappelle Eduardo Caliz, « la Constitution de 1978 a été rédigée sous la menace constante de l’armée espagnole et dans la peur d’un coup d’État ». Franco avait nommé lui-même son successeur, et réinstauré de fait la Monarchie avant même sa mort afin de laisser le pays « atado y bien atado »(ficelé et bien ficelé) selon la formule employée lors de son discours de Noël 1969. La transition a aussi permis aux élites franquistes de se maintenir longtemps au pouvoir. Quant à la loi d’amnistie adoptée avant la Constitution en 1977, elle a empêché tout jugement des crimes de la dictature. Pour beaucoup, le PP et le PSOE qui se sont partagés depuis le pouvoir, n’ont fait que prolonger les contradictions issues de la période de la transition.

Les élections sous menace de répression

Quel avenir désormais pour le mouvement indépendantiste et le vent de réformes qu’il veut promettre ? Comment continuer à avancer malgré la mise sous tutelle de la région à travers l’article 155 de la Constitution ? Pour l’instant, les élections du 21 décembre prochain semblent vouloir donner à nouveau une majorité aux partis indépendantistes. Des menaces d’interdiction de certains partis, notamment la CUP, sont de plus en plus présentes. Mireïa Boya veut rester sereine : « S’ils le font, ce sera un signe de plus de ce qu’est réellement l’État espagnol, un État autoritaire. Je ne sais pas si les élections du 21 décembre, avec toutes ces menaces, bénéficieront de garanties démocratiques. Mais que devons-nous faire ? Rester à la maison et abandonner la lutte ? Ce n’est pas notre culture politique ! Pour ma part, que je sois élue au Parlement ou non, mon objectif sera le même : défendre la République. »

Les militants, ceux des CDR ou d’autres organisations, voient la répression se rapprocher avec inquiétude. Pour autant l’espoir ne les quitte pas comme l’explique Victor : « Toutes les espérances sont permises. De nombreuses personnes se mettent à penser activement, à agir collectivement. C’est merveilleux. Et aujourd’hui, nous ne demandons plus l’indépendance. Nous nous interrogeons déjà sur ce que sera cette République. Rien n’est écrit. Rien n’est décidé. Des débats peuvent être ouverts dans tous les domaines. Il faut profiter de ce moment. »

Stéphane Fernandez

Les mythes de Noël et du Père Noël , une grande métaphore synthétique d’espoir, le mythe de l’éternel retour.

24 décembre 2012, 08:30

Mythe du Père Noël version 2012    Michel André Vallée

Noël est l’un des derniers mythes vivants. La seule fête que chacun attend, les enfants de tous âges non de 7 à 77 ans mais du début de la conscience individuée à ce que l’on appelle la mort ….

Omniprésence du Père Noël, bon vieillard débonnaire dont la hotte déborde de cadeaux, son grand et beau manteau à capuche rouge en fourrure d’ours bordé d’hermine blanche, ses bottes, son traiineau tiré par des rennes. En réalité l’histoire de la période de Noël et du personnage du Père Noël remonte loin dans les millénaires, mais avec des réalités très différentes.

« Partir à la découverte du Père Noël c’est aller à la rencontre de l’un des plus beaux mythes de l’humanité : le mythe de l’Amour, de la Vie, du Feu et de la Joie, le mythe de l’Âge d’Or, le mythe de l’Éternel Retour! »

Aussi cet article d’analyse et d’histoire constitue t’il tout autant une tentative d’objectivation historique s’inspirant abondamment de plusieurs auteurs de renom, cités en bibliographie,  qu’un support d’initiation, … . En dernière partie de ce texte figurent les deux scénarios historiques du Père Noël.

Noël cumule les paradoxes. Le Père Noël est apparemment un vieillard, mais avec une belle santé éternelle. Le solstice d’hiver est le moment des fêtes paradoxales, du renversement des normes. Les enfants sont rois au moment où les maîtres deviennent esclaves, où l’on insulte les dieux en même temps qu’on les révère. On transgresse les règles et les gestes du sacré, mais pas le fond, dans des malversations et clowneries souvent étonnantes, qui n’ont rien à envier aux mises en scène déjetées de la fin de notre ère. Dans tous les évènements liés à Noël le rêve est intimement mêlé à la réalité ; on habille la réalité pour l’ajuster autant que possible au rêve. C’est une période entre lumière et ténèbres.

La lumière renaîtra-t-elle ? Pourrons-nous, « nous autres », continuer à êtres humains dans l’état sérieusement dégradé où nous sommes, ou allons-nous mourir dans l’immensité de la nuit et du froid, vers quel inconnu ?

Autre paradoxe, le Père Noël est devenu débonnaire et rassurant. Mais dans le passé, son personnage et ses ancêtres chamans ont connu des aspects plus sombres que la bienveillance d’aujourd’hui, aspects sombres assumés par lui-même directement ou par son ou ses accompagnateurs (par exemple en France avec le Père fouettard).

Il est vrai que dans sa démesure et sa soif de confort moyen et conformiste, l’homme n’accepte plus l’état de complétude de sa nature, telle qu’elle est. Il faut être en bonne santé, beau, mince et bronzé, paraître suffisamment riche « comme tous », honnête et sans idées perverses, etc … vivre l’apparence de nier tout ce qui « dénote », dans une société civile matérialiste et assistée sans idéal ni engagement.

Et l’on s’étonne des monstruosités dont sont capables des jeunes de plus en plus jeunes qui n’ont plus de repères, et donc expriment directement ce qui constitue une partie de notre nature, dite « noire ».

Ceux-là nous hurlent comme le « monstre » supplicié à la roue du Moyen Âge « j’ai fais ce que vous n’avez pas osé faire ! ».

Encore un paradoxe : adulé comme un dieu à l’obédience croissante notamment depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le Père Noël est autant le héros de la laïcité que le chantre de la religiosité, mais dans les deux cas il est en soi l’objet d’un culte. Les adultes se représentent mentalement ne plus croire au Père Noël, mais entretiennent, quoique de moins en moins, le mythe pour les enfants et aufond, inconsciemment et métaphoriquement , y croient, de plus en plus, plus qu’eux.. qui s’en moquent de plus en plus.

Comme l’explique Marie-Christine Mottet (dans cet article, les extraits directs de son remarquable ouvrage sur Noël sorti en 1996 sont signalés par (MCM)), analyste d’orientation jungienne, la vérité sur le Père Noël est une connaissance implicite qui n’a pas besoin de se dire en dehors du moment où nous la découvrons ; elle fait partie des lois non écrites, des savoirs évidents dont il n’est nul besoin de faire état. Tel l’inceste, cette loi fondamentale de l’humanité dont Lacan constate qu’elle n’est écrite nulle part, ou telle l’exogamie dont Freud constate l’absence du code totémique, la vérité sur le Père Noël ne s’affiche pas. Elle est. Seuls les initiés, ceux dont le cheminement leur a permis de franchir le seuil, savent .

Attention, très récemment dans notre histoire collective les choses semblent se renverser. Les contes de fées disparaissent de l’imaginaire, et le nombre d’adultes qui y croient est croissant alors que les enfants se donnent plus tôt d’autres héros, d’apparence plus dure et qu’ils considèrent    comme    « réaliste » !    Des    dirigeants    de    ressources    humaines    de    grandes entreprises se sont rassemblés dans les années 1990 – 2000 pour rechercher comment intégrer les jeunes qui entrent sur le marché du travail, car ils ne marchent plus à aucun des « trucs » de motivation où leurs aînés, nous, « nous sommes faits rouler dans la farine ».

Ces jeunes se comportent individuellement comme des adultes apparemment aguerris qui contractualisent avec la hiérarchie en se considérant à égalité, jusqu’à ce que l’arme infâme du chômage les cassent et mettent en dépendance eux aussi, comme tous!

Là aussi (mais ce « aussi » n’a plus à être dans la Mutation de tout en cours) quelque chose de profond est en train de tourner.

Est-il temps que nous retrouvions tous le sens du Père Noël, et au-delà, de créer, en en actualisant le sens, les nouvelles conditions de l’imaginaire et du sacré ? (MCM)

Nous sommes bien sur le point de passer collectivement une étape de conscientisation.

En consultation psychopédagogique, le Père Noël n’est pas attaqué par l’enfant, et même si celui-ci est devenu « incrédule » il peut être utilisé comme sujet de transfert … donc il existe bel et bien. (MCM)

D’ailleurs le bonhomme de neige, lui, est créé par les enfants, presque tous les enfants, sauf ceux qui sont trop tristes … ou « adultes » trop tôt, ou encore ceux qui n’ont pas assez à manger pour se permettre le luxe de, de quoi … ainsi de ceux pris en appui par les équipes de Mère Teresa.

Donc, et ce tant qu’il y aura de la neige ( ce qui se fait de plus en plus rare sous nos latitudes avec le réchauffement climatique. Mais non ce n’est qu’un phénomène naturel : « circulez il n’y a rien à voir, disait le Grand Coluche), le bonhomme de neige existera avant l’enfant et après l’enfant, à la fois éphémère et « éternel ». Le Père Noël et le bonhomme de neige constituent chacun une personnification de ce qui est prétendu ne pas exister, de plus en plus tôt avant que les fontanelles ne soient définitivement soudées. (MCM)

Mais maintenant que nous avons retrouvé une partie du sens de la « réalité » des rêves ; … et que dans les organisations le non-dit est de plus en plus considéré comme donnée susceptible de devenir quantifiable, … le paradoxe s’estompe ou se renverse effectivement car pour tous les enfants, petits et grands, le Père noël en n’existant pas existe ! (MCM)

Continuons à comprendre le mythe de Noël. En fait ce mythe est lié au rêve d’une joie pérenne, et il s’agit de se laisser rêver plus que de croire ou non. C’est le mythe d’une lignée antédiluvienne de dieux-hommes chamans. Et le message porté depuis devient une nécessité absolue à notre époque charnière, de Mutation, qui voit l’écrasante majorité des femmes et des hommes se couper de façon suicidaire de la Nature, et traiter les individus et groupes devenant minoritaires qui ne s’oublient pas dans ce maëlstrom comme des curiosités proches des parqués du “ Meilleur des Mondes ” d’Aldous Huxley. Il est utile de savoir qu’Aldous Huxley a écrit 27 ans après « Retour au meilleur des mondes », essai à lire aussi bien que le roman.

N’oublions pas que déjà selon Esculape le rêve est le véhicule du traitement (il n’a pas attendu Freud). Cela est vrai, surtout en matière symbolique, même si les rêves sont en l’occurrence plus souvent des rêves éveillés (apparentés aux états de transe) que des rêves de sommeil.

Ne négligeons pas non plus que le rêve du retour à l’Âge d’Or peut être, selon Winnicott, l’âge non mythique et bien réel où, la mère s’adaptant aux besoins de l’enfant, le désir est immédiatement suivi de la satisfaction. Mais c’est alors un âge d’or pour l’enfant, court, et pas pour les autres. Le mouvement d’abandon progressif qui vient de la mère quand le petit a assez grandi pour être capable de se nourrir entraîne un sentiment de vide que l’enfant des hommes essaierait de combler par l’hallucination, l’illusion de la réalité, avec la fonction antidépressive de l’objet transitionnel et de l’espace transitionnel qu’est le jeu.

Continuons et ouvrons notre âme d’adulte-enfant à des parcelles du mystère, et laissons nos rêves nous enseigner, … pour éviter de devenir des robots ignorants de nous-mêmes. C’est un des risques annoncés dés le siècle dernier aux blancs par les chefs guerriers et chamans amérindiens du Nord au moment où ils déposaient les armes.

L’apparition de l’arbre de Noël dans la tradition est antérieure à celle du Père Noël. On retrouve les premières traces du sapin décoré en Alsace à partir de 1520, mais la décoration végétale était déjà présente dans les Saturnales romaines. Il a conquis avec les marchands allant de foire en foire tous les territoires germaniques, puis les États-Unis par les immigrants de l’Europe du Nord mais aussi les soldats hessois combattant auprès des anglais lors de la guerre d’indépendance. Il est introduit en Angleterre au XVIIIe siècle par les colons allemands. Il ne s’est propagé en Europe du Sud qu’après-guerre, et a longtemps été accusé en Italie et en Espagne de délit de … « protestantisme »!

L’arbre, frère de l’homme, a toujours été omniprésent dans la conscience religieuse primitive.

Lévi-Strauss souligne que  » s’il n’y avait jamais eu dans les temps préhistoriques un culte des arbres … l’Europe moderne n’aurait sans doute pas inventé l’arbre de Noël ». Cette réflexion vaut pour toutes les coutumes de Noël, engrammées dans l’inconscient collectif.

L’arbre est le vecteur privilégié de communication entre les trois mondes, les profondeurs chtoniennes, la surface habitée de la Terre, le Ciel demeure des dieux. L’arbre symbolise l’univers, avec sa force d’évolution. Il relie les neuf mondes de plusieurs traditions, tant germanoscandinave (le frêne Yggdrasill) qu’hébraïque (l’arbre des Sephiroth) ou templière.

Chez les indo-européens on peut suivre jusque dans la préhistoire la personnification de l’arbre de vie, Yggdrasill, lequel, tel l’arche de Noë, résista à la fin du monde (pour les toltèques et aztèques amérindiens c’est le passage du 4ème au 5ème soleil). La forme de l’Irminsul, colonne sacrée des saxons détruite par le «très» catholique Charlemagne, axe cosmique, évoque la matrice féminine, matrice de vie. Mais, comme bien souvent dans l’histoire, Charlemagne n’a pas détruit l’Irminsul pour des raisons religieuses, c’était un acte politique.

Le sapin de Noël est emmailloté dans ses banderoles comme l’était le pin d’Attis, exposé au temple de Cybèle. Il représente inconsciemment, décoré de ses pommes rouges symboles de jouvence, l’arbre de vie. C’est un symbole inconscient d’espoir pour beaucoup de revenir à l’Âge d’Or de l’Éden.

Avec la sortie de l’Âge de Fer (symbolisée par la fin de l’ancien calendrier maya le 21 décembre 2012), il s’agit d’aller vers un nouvel Âge d’Or. En fait il s’agira plutôt, au terme des épreuves de la mortalité et du travail pour gagner sa vie, d’aboutir à la Jérusalem céleste, certes avec l’équivalent de l’Éden dans le plaisir, mais avec essentiellement la fin de la quête par la conquête de l’immortalité à l’issue d’une initiation … et bien plutôt l’aboutissement de l’individuation. Avec chaque année, un petit pas en avant peut être réalisé.

Enfin le sapin de Noël, illuminé, symbolise l’arbre de feu, lié au renouveau de la lumière. Les romans de la Table ronde, support popularisé de l’inconscient collectif s’il en est, font état d’un arbre surnaturel couvert de lumières.

Avant de découvrir le moyen de créer le feu par frottement de bois ou frappe de silex deux moyens permettaient de se le procurer, l’éruption volcanique ou la foudre tombant sur un arbre. Les conséquences de cette acquisition du feu font de l’arbre de feu et arbre de vie l’arbre de connaissance.

La société moderne a, à l’ébauche de l’ère du Verseau (première Ère du nouvel Âge), inconsciemment réuni de nouveau l’arbre de feu et le premier chaman en liant le sapin et le Père Noël. C’est au moins un signe de l’Éternel Retour, dont Claude Lévi-Strauss a décrit le mythe.

Le Père Noël apporte les cadeaux comme une semence, le cadeau essentiel étant la lumière au centre des ténèbres, au sapin. Avec le sapin sacrifié pour être planté au cœur de la maison, comme une castration, est pratiqué inconsciemment un rituel mystique de retour à la nature. Les paradoxes de Noël sont associables aux contradictions du soi. (MCM)

Pour rester dans le rapport avec la complétude des dimensions qui nous composent, un des traits les plus significatifs de la fête de Noël avec le Nouvel An est qu’elle constitue la plus grande occasion de réjouissances, plus encore que les carnavals, où tout semble autorisé, … où en Occident de nombreuses entreprises assurent l’essentiel de leur chiffre d’affaire annuel !

On dit que Noël viendrait de Natalis, soit un lien avec la Nativité de Jésus, mais Mithra, Adonis, Tammouz, Sol Invictus … seraient aussi avant Jésus nés ce même jour. D’autant qu’il a été démontré ces dernières décennies que Jésus, le futur Rabbi Ieschoua, n’est pas né ce jour là ni dans une grotte !

Dans les pays germaniques continentaux, on parle de Weihnachten, les nuits sacrées, dont la sacralité peut tout aussi bien être chrétienne qu’antérieure; et dans les pays germaniques nordiques de Yul ou Yule, qui en vieux norrois comme en vieil anglais donne ” roue ”.

À rapprocher du Mandala tibétain de Kàlacakra, la « Roue du Temps ».

Même dans l’anglais Christmas, qui s’écrit aussi Xmas, on peut lire autant la Messe du Christ que la fête absolue sous l’anonyme X, le symbole archétypal de la croix reliant l’horizontal au vertical, le transcendant à l’humain dans cette période clé de passage entre les mondes. X est aussi le symbole d’un autre archétype, runique (une rune est un caractère du monde nordique à dimension magico-cultuelle, l’ensemble des runes constituant un alphabet tout autant littéral que sacré. Le plus répandu s’appelle FUTHARK, soit ses sept premières lettres) , qui signifie essentiellement le don et le croisement des échanges dans le don : donner et recevoir. Or un des signes caractéristiques de Noël est l’échange de cadeaux. Nous avons tellement besoin d’apprendre à donner et à recevoir.

La fête de Noël se situe au cœur d’une période qui court de la fête celtique Samhain (Toussaint) à celle d’Imbolc (1er février). Et le monde occidental actuel retrouve ces cycles anciens, ainsi avec la période de décoration des rues, la fête Halloween (contact avec les autres « mondes »), la renaissance des carnavals en janvier et février …. où tout est autorisé !

Pour les Chrétiens, Noël est une célébration essentielle (c’est à la messe de minuit que les églises sont les plus remplies). Mais depuis les débuts de l’histoire du christianisme, la hiérarchie n’a cessé d’essayer de supprimer les pratiques païennes de cette période.

En fait personne n’a jamais pu situer le jour de naissance de l’enfant Jésus, d’autant que les premiers Chrétiens s’opposaient à la célébration de la naissance “ biologique ”, pratique « païenne ». Lorsqu’il a été question au-delà du IIe siècle de déterminer la naissance du « Sauveur », la période a oscillé longtemps entre Mars et Mai. Puis en Orient, en Egypte et en Syrie s’est imposé le 6 janvier, date de naissance des dieux Osiris et Dionysos … ou encore Aïon l’Éternel, né d’une vierge. Il s’agissait de récupérer l’événement essentiel de l’épiphanie (manifestation, apparition divine). En Occident, les grands dieux naissaient le 25 décembre.

L’empereur Constantin qui officialise en religion d’État le christianisme en 323 est en fait d’abord monothéiste avant d’être sincèrement chrétien, et cherche à consolider l’Empire … mais il ne s’en est pas fallu de beaucoup qu’il choisisse Sol Invictus. En 430 Saint Augustin se voit encore obligé dans un sermon de comparer le “ Christ soleil de Justice ” au “ Sol Invictus ” mithraïque. Ce n’est qu’en 440 que le concept de grotte pour la Nativité est adopté, alors qu’aucun texte d’origine ne fait référence à une grotte, à la différence de Mithra (un taureau vivait dans sa grotte). La grotte sélectionnée par les « autorités » à Bethléem était auparavant dédiée au dieu babylonien Tammouz.

Ensuite, les fêtes “ païennes ” antérieures sont au fil des siècles récupérées avec l’avancée du christianisme, mais cette récupération n’efface en rien la dimension populaire païenne d’origine.

Les vieilles coutumes et rituels liées aux solstices et au nouvel an subsistent jusqu’à aujourd’hui sous le vernis chrétien, du simple fait que le paganisme correspond depuis toujours à ce que les gens sentent comme naturel, ce sur quoi ils s’accordent pour la plupart sans besoin d’être ou paraître grand clerc. Sociologiquement, la religion jalonne de fêtes qui se voudraient religieuses le cycle païen du retour des quatre saisons, et nous continuons à vivre en société selon cette double temporalité, plus ou moins collectivement consciente.

En Inde, la fête de Holi est la principale célébration du renouveau de la Nature, mais c’est aussi la fête du rouge. Le rouge :

–    diurne il est mâle et centrifuge. C’est la force vitale d’Eros triomphant, la vertu guerrière, la richesse et l’amour. La pourpre est la couleur des grands princes, à Bysance comme à Rome, et de tant de potentats ensuite.

–    nocturne il est féminin et centripète. C’est la couleur du feu central de la Terre et du sang menstruel. Le rouge flamboyant des volcans en activité dans la nuit demeure pour la plupart une fascination respectueuse devant une telle grandeur , bien naturelle, qui nous dépasse. Combien aimeraient pénétrer au sein de la poche magmatique !

Le rouge du Père Noël est intermédiaire entre la pourpre et le sang. Holi a jusqu’à récemment conservé les caractéristiques d’une violente orgie collective. Toute décence est oubliée parce qu’il s’agit là d’une chose bien plus sérieuse que le respect des normes et des coutumes, il s’agit d’assurer à la vie sa continuité ! La cendre volcanique est potentiellement riche d’une verdoyante nature renouvelée.

Les fêtes des fous du Moyen Âge sont les héritières des Saturnales romaines. Saturne était le dieu de l’Âge d’Or, époque oubliée d’harmonie et d’équilibre où l’on pensait que l’esclavage et la propriété étaient inconnus ; d’ou pendant ces fêtes la “ libération ” dans le désordre des orgies les plus folles et des extrémités les plus “ coupables ”, avec de nombreux morts.

Jusqu’au Dies Juvenalis où des enfants nouveau-nés étaient immolés, le rapprochement de cette pratique avec les Saints Innocents constituant une hypothèse possible. Le sacrifice des plus beaux jeunes enfants était aussi le seul meurtre rituel de la société Inca, laquelle pour tout le reste présentait bien des traits exemplaires, enviables de nos jours.

Au Moyen Âge, le bas clergé et le peuple organisaient dans les cathédrales et églises des cérémonies où toutes les valeurs étaient inversées et la hiérarchie singée, jusqu’à la fête de l’âne revêtu d’une Chappe, dont Quasimodo est une déclinaison humaine. La hiérarchie s’est trouvé obligée de tolérer jusqu’à la fin du XVIème siècle ces pratiques, profondément imprégnées dans les traditions populaires.

Rappelons que tous les carnavals sont des moments de renversement de valeurs où tout est permis, où l’on ne compte pas. Dans les Andes, on donne et l’on dépense en trois jours tout ce que l’on a économisé dans l’année ; ainsi le vécu de l’année sera dans l’être et non dans l’avoir. Dans l’orgie, les hommes perdent leur individualité, comme les semences qui se désagrègent pour devenir autre chose. On y expérimente de nouveau l’état primordial chaotique.

En réactualisant le chaos mythique d’avant la création l’orgie rend possible la répétition de cette création. L’orgie définit un avant et un après, comme le dieu Janus aux deux visages célébré aux calendes (au nouvel an).

Certes Mircea Eliade constate que toutes les sociétés agraires organisent des fêtes consacrées au mystère du renouvellement de la nature. Certes l’aspect festif se retrouve de tout temps et dans toutes les cultures ainsi avec les douze jours de la fête de l’Akitu, le nouvel an babylonien.

Mais même un jésuite comme Guy Deleury, auteur d’un ouvrage consacré aux fêtes de Dieu, voit en Yul ou Ull l’ancêtre du Père Noël. Yul était représenté comme un vieillard bienveillant, vêtu d’une houppelande rouge, dieu de la paix et de la chaleur qui visitait son royaume à skis ou sur un char tiré par des rennes ou des cygnes. Dans sa hotte, il transportait des dons destinés à ceux qui le priaient.

Or les rennes et les caribous sont des animaux symboliques de la connaissance et de la sagesse (celle du « vieux », surnom commun de Odhinn), et les cygnes des animaux de passage entre les mondes des dieux et des hommes, tel le cygne de Lohengrin. Selon Georges Dumézil, Yul était la fête d’Odhinn par excellence, Odhinn le Maître de la Chasse sauvage, le Seigneur de l’armée des morts.

Le dieu Balder, le plus pur, est six mois de l’année dans le monde des ombres et, lors de la période de 12 jours de Yul, au plus profond. Mais il va renaître et ramener avec lui l’Âge d’Or, comme Saturne à Rome. Yul, fête de mort et de joie, est une célébration d’espoir, de confiance. Témoin le sapin qui reste vert. Le sapin, illuminé, incarnait le feu au cœur de la glace, et évoquait ainsi le mythe cosmogonique primordial de la création des mondes nordiques nés du choc du feu et de la glace.

Dans « Le Père Noël supplicié » Claude Lévi-Strauss écrit : « Il n’y a rien de spécifiquement neuf dans ce qu’on aimerait appeler, sans jeu de mots, la renaissance de Noël ».

Le « Père Noël » n’apparaît qu’en 1904 dans le Petit Larousse. C’est en fait en Normandie que s’observe la première manifestation de la personnification de Noël, dans un carol du début du XIII ème siècle. La chanson se termine en patois anglo-normand par « Wesseil », qui correspond à un toast de libations propitiatoires (Waes Hael, soit en bonne santé tant physique que psychique, proche de Heil Drinken, boire à la santé de …). La fête de Wassailing se déroulait en Cornouailles début janvier après l’Épiphanie.

La personnification se concrétise au début du XVII ème siècle. Le personnage décliné à partir des symboles dérivés des origines va finir par s’appeler Father Christmas.

Plusieurs filières se complètent dans l’historique du personnage du Père Noël, celle de Saint Nicolas qui remonte aux tous premiers siècles de l’ére chrétienne et part d’Anatolie, et celle de Santa Claus qui remonte aux premiers émigrés européens aux Amériques.

Pour Lévi-Strauss, le Père Noël est un “ phénomène de convergence », qui, par son caractère archétypalo-syncrétique, recompose une vieille célébration dont l’importance n’est jamais complètement oubliée. Toutes les traditions qui sont associées (bûches, arbre, cierges, cadeaux, gui …) découlent, au moins, des Saturnales de Yul en passant par les fêtes des fous médiévales.

Le saint est indissociable de son accompagnateur, Pierre le Noir ou Zwarte Piet …, qui sont des diabolisations de diverses divinités et créatures mythologiques. Ce personnage essentiel est la véritable origine divine païenne du Père Noël. Nicolas et « lui » se partagent les côtés « positifs » et sombres du dieu.

Anciennement, les divinités intégraient des fonctions ambivalentes tant bienfaitrices que terrifiantes. Pas de Balder sans Lokki, voire « pire » (mieux vaut ne pas citer son nom). Pas de yin sans le yang. Pas d’Archange Michael sans l’Archange Lucifer. Mais le christianisme dualiste a systématiquement scindé les fonctions. Il était au christianisme impossible d’imaginer et promouvoir des aspects “négatifs” à Dieu, Jésus, les saints, d’où la multiplication artificielle des accompagnateurs effrayants.

Carl Gustav Jung a développé dans nombre de ses ouvrages ce principe spécifiquement catholique de la « privatio boni », qui privilégie systématiquement, à hauteur d’un dogme, la dimension « bonne » comme caractéristique essentielle de Dieu et de toute la hiérarchie angélique, et humaine d’ici, qui s’en décline. Ce principe, qui refuse la valorisation donc l’expression de la partie « ombres », entraîne les conséquences considérables pour les individus et la société d’un principe schizophrénique érigé en loi fondamentale et repère pour toute l’organisation de la vie … avec une seule partie de l’être, ce qui est absurde en regard de la réalité.

Les Protestants renchérissent dans la Réforme et radicaliseront ce choix. Ils s’acharneront sur tous les signes traditionnels de Noël. Ils considéreront les pratiques chamaniques de médiumnité avec les esprits et les morts comme le pire des péchés ! Là aussi, absurde.

Au plan pédagogique, il était donc difficile de faire de Jésus un ogre redresseur de tords qui viendra fouetter l’enfant “ s’il ne mange pas sa soupe et n’a pas été sage ”. Le Père Fouettard a été ainsi inventé par les jésuites et les frères des écoles chrétiennes. Dans les pays germaniques, on connaît l’accompagnateur Hans Trapp, manifestation du meneur traditionnel de la Chasse, et en Suisse le monstrueux sorcier Krampuss. La menace va jusqu’à la dévoration par des ogres. Ils sont volontiers appelés cannibales ou croque-mitaines.

Les verges sont plutôt à associer aux balais, attributs des anciennes divinités de fécondité et symboles du paganisme. Les esprits de la Nature, et jusqu’à Robin Hood, portent des balais.

Quand le saint et l’accompagnateur sont confondus, ils prennent dans les récits et les gravures l’allure de Pierre le Noir. L’un des accompagnateurs, Knecht Ruprecht, le sombre, ou Rumpanz, serait à l’origine Wotan, supplanté par Saint Nicolas. Selon Jakob Grimm, son étymologie serait “ Brillant par la gloire ”, ce qui l’identifie bien à Odhinn. Tenir compte aussi du fait que le nom du cheval de Saint Nicolas est Slupinis, très proche de Sleipnirr, le coursier d’Odhinn. Sleipnirr a huit pattes, afin métaphoriquement de pouvoir être quasi immédiatement partout. Cette faculté correspond au don d’ubiquité. Avec ses rennes, le Père Noël assure la même performance.

Le Père Noël appartient ainsi, avec son accompagnateur, à la famille des « objets clivés » qui agissent simultanément pulsion de vie et pulsion de mort. Il est le bon objet par excellence et sa face cachée est représentée sous les traits d’autres personnages. Mais alors que tous les autres personnages clivés d’emblée (sorcière, loup, fée, ogre …) appartiennent aux contes et aux fables, le Père Noël, lui, est présenté comme appartenant au réel !

Attention, ce dernier trait n’est vrai que dans la conscience « ordinaire », car dans les pratiques permettant un élargissement de la perception tous les objets sont sujets et susceptibles à ce titre d’êtres concrètement présents. Leurs effets témoignent de leur puissance.

Le Père Noël a donc en lui le Bien et le Mal. Le Père Noël, qui semble n’obéir qu’au principe du Bien, est aussi un double de nous-mêmes, et nous en avons une fine connaissance subtile tapie dans le fond, qui appelle un travail sur soi pour devenir une forme consciente claire.

Tous les thèmes et travaux de la « percée de l’être » (Carlfried Graf Durckheim et d’autres) relèvent de ce type de processus. Une observation attentive des expériences qui évoquent cette réalité vivante en nous mène à l’identification de la qualité « numineuse ». Le numen est cette puissance qui domine l’homme indépendamment de sa volonté rationnelle ; et cette acceptation de ce que l’on vit, de ce que l’on constate, qui est, permet alors la rencontre avec des facteurs dynamiques qui agissent en nous, les archétypes. Les archétypes sont des potentialités de représentations multiples en fonction des contextes des hommes, mais correspondent aux identités divines, universellement partagées, de cet univers. Les archétypes sont par nature au moins ambivalents, et tous intègrent tous les états de ce qui existe, bien au-delà de ce que les hommes sont capables de percevoir au seul plan de la « conscience ordinaire ».

Tous les Dieux, dont le Père Noël (en tout cas ceux qu’il représente), intègrent, sans jugement de valeur, le « Bien » et le « Mal », selon le symbole porté par Abraxas, la divinité qui contient la lumière et l’obscurité. Très tôt, C.G. Jung identifie Abraxas au pied du Système du Monde, publié de façon anonyme en 1955, comme il ressort dans le Liber Novus (Livre Rouge) (2011).

En Suisse, le Père Noël est accompagné de son épouse, qui est … Sainte Lucie. L’ancien nom germanique du solstice d’hiver, Modranicht, signifie “ nuit des mères, ou de la mère ”, et des personnages féminins ont toujours été associés à cette période de Yul, voir ont précédé leur homologue masculin, comme l’archaïque Babouchka en Russie ou la Befana italienne.

On peut distinguer trois catégories de Mères Noël : –    les pourvoyeuses de cadeaux, d’enfants … –    les meneuses de la Chasse sauvage –    les fileuses. Celles-ci maîtrisent l’activité des femmes qui tissent la grande toile de la destinée, la toile du Wyrd. En ce sens elles sont ordonnatrices et régulatrices du monde.

Elles sont des manifestations d’un très ancien personnage, la vieille mère des os, qui récupérait les os des chamans démembrés (symboliquement), après leur initiation, et reconstituaient leur structure psychophysique.

Ces personnages féminins présentent aussi des aspects à la fois monstrueux et bénéfiques, et à l’inverse des entités masculines ont conservé les caractéristiques de leur statut de divinités païennes. Ce trait est significatif du dédain des grandes religions monothéistes envers la femme, aberration difficilement compréhensible, à l’inverse de la plupart des paganismes.

Les deux Mères Noël les plus représentatives sont germaniques : Holda se manifeste la nuit de Noël, et Berchta à l’Épiphanie. Holda, Hulda en Norvège, est une très vieille dame, mais qui apparaît parfois jeune, mi-fée mi-sorcière. Les frères Grimm l’appellent Frau Holle. Mort et fécondité étant proches, elle est proche de la déesse nordique des morts, Hel.

Sous la forme de la Dame blanche elle fait partie de la troupe de Odhinn dans la Chasse sauvage, et chevauche un cheval blanc comme lui, ainsi les dames blanches des Pyrénées wisigothiques. Elle est assimilée à Diane chasseresse, intimement associée au cerf (le cerf est un animal de pouvoir puissant dans toutes les traditions chamaniques). Partout, elle est la déesse de l’abondance.

Berchta est en outre Frigg, épouse d’Odhinn et archétype de la Mère. Son attribut principal est la quenouille, et elle fournit les Nornes qui tissent la toile du destin. En France, c’est la tante Arie.

La Dame de Noël vient le 24 décembre, couronnée de bougies ou de roses et vêtue de blanc. Sainte Lucie apparaît aujourd’hui comme une jeune fille en robe blanche, virginale, pure, mais anciennement son vêtement ressemblait plutôt à celui des anciens Pères Noël et symbolisait tout autant les forces obscures de la nuit au cœur de l’hiver et l’espoir du renouveau de la lumière. Sous la forme d’un énorme oiseau de proie, elle accompagnait la Chasse.

En Italie, le Befana est une vieille et gentille sorcière ; la nuit de l’Épiphanie, elle voyage sur un balai chamanique pour distribuer ses cadeaux dans les cheminées. Les personnages de la Babouchka, et de Chauchevielle en Suisse, … sont proches.

Cependant, on a évoqué plus haut l’ambiguïté du rouge du Père Noël, ambiguïté sexuelle apparente. En fait, le Père Noël n’a pas besoin d’être homme ou femme, car il est par sa nature divine les deux à la fois. Ce qui permet de poser l’hypothèse que le mythe porté est ancien dans ses racines au point de rejoindre l’androgyne originel. Ce mythe peut d’ailleurs nous aider à comprendre que nous portons tous une dimension masculine et une dimension féminine, et que nos considérables différences ne tiennent génétiquement qu’à un seul chromosome, et en fait sont d’abord culturelles, … sans parler des connaissances récentes acquises avec l’épigénétique.

Pour ridiculiser un peu avec le sourire ces patriarches masculins des religions soi-disant monothéistes dans leur dédain ridicule et archaïque de la femme, rappelons que pendant notre gestation nous sommes, après avoir retraversé tous les cycles antérieurs des animaux (dont l’attribut d’une queue), pendant un temps d’abord tous avec les attributs féminins, puis une moitié deviennent masculins ! Facile alors de comprendre les origines de la résistance de fond des soi – disant « faibles femmes » (trait typiquement culturel) dont un des plus nets symboles réels sont les « mères courage ».

De plus cette qualité originelle permet au Père Noël de ne pas être piégé et paralysé par le désir de se fondre avec son contraire. Les Mères Noël ont leurs fonctions, quelles mènent en assurant leur rôle, et il ne leur passerait pas par la tête non plus de désirer se faisant le Père Noël.

Par contre l’Église, qui a tout fait pour détruire Celui avec lequel elle n’a pas été capable de faire l’amour, continue à s’évertuer dans le vide, car ce n’est vraiment pas le problème du Père Noël non plus. Lui est avec les vrais dieux, y compris le Christ dans sa réalité, et non dans l’image qu’en ont donnée à partir du IVème siècle les graves altérations issues des dogmatismes motivés par des motifs politiques et économiques.

Pour compléter ces corrections historiques, il faut savoir que le célibat des ecclésiastiques catholiques (car tous les autres savent « ce qui est bon ») ne remonte qu’à Grégoire VII dans son Dictus Papae au milieu du XIème siècle, débat qui a du être validé au deuxième concile de Latran en 1139. Le respect de ce célibat n’est entré que très progressivement dans les pratiques, et jamais intégralement respecté bien entendu.

Les catholiques et une partie des orthodoxes et des bouddhistes sont bien les seuls a contraindre leurs prêtres à cette aberration contre Nature, ce qui depuis longtemps est à l’origine de blagues dans le répertoire de l’humour juif. D’abord l’abstinence peut être un choix, ce n’est pas une obligation. Ensuite l’équilibre dynamique de complétude ne peut qu’être aidant et bénéfique a une vie saine dont sa dimension spirituelle.

Le peuple dans sa personne collective historique ne s’y est pas trompé, et continue de « faire la fête », avec une cohérence qui laisse « rêveur », quand on compare des cultures qui soi- disant « ne pouvaient pas se connaître ».

Le « Seigneur du Désordre » Médiéval ? Le Bon Homme Noël est une créature de la nuit et du froid, mais il est joie. (MCM)

Derrière l’apparence de cette essence de porter les opposés, entre la solidarité accrue et l’antagonisme exacerbé qu’il gouverne, se cache le principe actif, opératoire, du médiateur, et la sagesse de l’intention de l’extrême possible pour le genre humain. Si aux yeux de l’autorité “ régulière ” il commande les excès, en même temps il les contient en fait dans des limites raisonnables (aux yeux de la Nature), … ce qui est exactement l’inverse de la déraison.

La déraison est plutôt dans l’obsession du contrôle ou dans les délires d’abandon, et non dans une régulation de nos contradictions, … dans le respect de l’intégralité des apparents opposés qui nous composent. Pour C.G. Jung, le processus d’individuation n’est-il pas « l’accession de l’individu à sa complétude ».

Pour Marie-Christine Mottet, la sacralité d’un phénomène repose sur un trépied que l’on peut définir par le rite, le mythe et le temps sacré dans lequel il se déroule. Qui peut alors mettre encore en doute le caractère sacré du phénomène Noël dans son ensemble ?

On a vu plus haut le caractère divin originel ouranien du Père Noël. Mircea Eliade constate que dans toute religion les figures divines ouraniennes, divinités célestes éloignées, ont tendance à disparaître du culte au profit de divinités plus concrètes. Ces divinités plus proches de la condition humaine sont souvent les fils et filles des précédents. Elles permettent aux hommes de sortir de leurs conditions humaines pour atteindre l’immortalité divine au travers des mystères et de l’initiation.

Dionysos, Osiris, le Christ, Quetzalcoalt, appartiennent à cette génération, même si le Christ est décrit comme consubstantiel au Père, et même si Odhinn se manifeste aux hommes dans de multiples formes divines diverses.

Or la symbolique du Père Noël met en évidence qu’il rassemble lui aussi les traits des deux générations. Il est roi divin, comme Odhinn premier parmi les Dieux. Personnage céleste, il descend du ciel et jette un pont entre les mondes et entre les êtres. Il vient sur terre, comme l’ont fait et le feront tous les grands Avatars. Il règne sur un peuple d’assistants (elfes, lutins, fées) dans son royaume. La couleur de son manteau traduit son statut royal, et cette couleur, entre pourpre et sang, est celle en alchimie de l’aboutissement du Grand Œuvre. En fait c’est un très vieux roi, qui remonte, au-delà de Odhinn, aux temps de Tyr puis Ull.

L’origine nordique est soulignée, dés le poème de Clement Moore, dont il convient de ne pas oublier qu’il résurge de colons hollandais de culture germanique, avec le signe que le Père Noël vient du Nord, plus, qu’il habite le Pôle Nord. Or de très anciennes traditions tant en Europe qu’en Amériques du Nord et du Sud se remémorent l’arrivée au Pôle Nord d’êtres ayant les capacités et pouvoirs de dieux et venant d’autres planètes, à une époque antérieure au cinquième soleil aztèque actuel. C’est là une source divine complémentaire. On en trouve encore aujourd’hui sur le mode ludique une trace dans la bande dessinée Thorgal.

Dans leur tentative d’éradication et de substitution des dieux, les chrétiens ont affublé Satan, l’archange déchu, des cornes des dieux cornus de fécondité et des pieds fourchus de Pan, l’homme sauvage. Mais l’archange Lucifer et/ou Lucibel qualifié de « déchu » étant le Frère du Christ ou de l’archange Michael (« Qui est comme Dieu »), il a fallu la force de l’image de la Nativité de Jésus et de sa Mère Marie pour tenter, finalement sans succès, la substitution.

Ce qui recoupe le symbole de hauts lieux de passage tels les Monts Gargan ou Saint Michel.

Un autre de ces lieux est le pog Saint Michel du Puy-en-Velay, un tablier de dolmen de thérapie-fécondité étant à proximité au sol d’une aile de la cathédrale. Le Puy a été un des hauts lieux de culte de Cernunnos succédant à Mithra, et un des lieux de résistance les plus tenaces jusqu’aux « temps modernes ». C’est au Puy que se rassemblent plusieurs des chemins de pèlerinage sur la Via Podiensis pour Santiago de Compostela. De plus la symbolique subtile de la ville annonce la Jérusalem céleste (Derderian 1992).

Or la Jérusalem céleste est annoncée à l’issue de l’Apocalypse de Jean, Apocalypse étroitement comparable dans l’essentiel du message au Grand Ragnarok nordique. Il est connu que Jean était le disciple préféré du Rabbi Ieschoua, et qu’il aurait bénéficié d’une initiation plus poussée que les autres. C’est, mis à part les autres évangiles (de Philippe, de Marie …), des    quatre    évangélistes    « validés    par    les    autorités    ecclésiastiques »    celui    que    les « dogmatiques » comprennent le moins.

Cela n’a rien d’étonnant car au fond le monde politique et économique basé sur la propriété, aveugle devant la catastrophe écologique en cours, et protégé de la remise en cause de l’illusion du bien par la « privatio boni » … n’a pas vraiment envie de traverser le cataclysme pour que soit régénéré l’Âge d’Or.

D’où, avec toutes les institutions qui contribuent de la pensée unique dominante actuelle, une partie des causes de la dégradation des repères menant à l’enfermement suicidaire sur la rentabilité financière court terme, … même pas économique !

Mais plus d’un tiers de l’eau, de la terre et de l’air sont déjà pollués pour très longtemps. Dans l’Apocalypse de Jean, les sceaux sont ouverts par tiers ! Il n’est plus déniable que nous allons « bien » à marche forcée vers un Renouveau, et que nous n’avons encore fait qu’essuyer le début d’une série de cataclysmes, et des mutations lourdes qui vont les accompagner.

Il est intéressant alors, au plan de la vie ordinaire, de reprendre le constat que c’est l’adulte qui entretient avec force la « mystification » du Père Noël, tout en prétendant ne pas y croire. Lévi-Strauss demande il ne s’agit pas de justifier les raisons pour lesquelles le Père Noël plaît aux enfants, mais bien celles qui ont poussé les adultes à l’inventer….

Dans la relation, et même la négociation, à l’enfant qui est poète et communique directement avec la Nature et ses esprits (jusqu’à l’âge « des raisons »), l’adulte a besoin de créer et entretenir le mythe. La pédagogie n’a pas assez travaillé sur la genèse de la spiritualité, engoncée qu’elle est par les clivages (temporaire en regard de l’histoire de l’humanité) du type conflits églises – états .

L’adulte non-initié a peur de l’enfant, de tout ce que signifie le regard de l’enfant, de la perversité polymorphe naturelle (qui n’a pas encore intégrée la « privatio boni » et les mécanismes de défense qui s’en déclineront) et des ambiguïtés de l’enfant.

L’échange ne peut s’opérer que par le biais de la fête du désordre, du déguisement et du paradoxe fondamental, où l’enfant qui est encore en chacun a des droits, et droit à des cadeaux symboles, en échange de son maintien dans l’attente de l’autonomie espérée de l’âge adulte tout au long du cycle de l’année.

Revenons au rêve, évoqué plus haut. Comme le dieu Asclépios, les psychanalystes ont redécouvert l’enseignement du traitement par le rêve, avec les limites liées pour la plupart à leur « manque » de spiritualité … alors que les chamans eux ont toujours pratiqué, en restant en relation avec les esprits, les thérapies par certaines formes de rêve.

Rappelons nous Saint Nicolas qui assure ses miracles par le rêve, alors qu’il a passé son enfance dans une région de culture grecque, où l’on connaissait peut-être Asclépios, … lequel est essentiellement le dieu qui guérit grâce à la lumière de l’esprit surgi des ténèbres de l’inconscient. C’est bien l’essence de Noël.

Dès lors que les hommes acceptent le message de leur inconscient, dont ceux qui viennent de l’inconscient collectif partagé par l’ensemble de l’humanité, dès que s’accomplit le lien entre l’esprit et l’âme démarre un voyage, un processus intérieur qui peut mener jusqu’à la naissance de l’être véritable, la re – naissance. La formation du soi trouve à Noël un temps fort, et le Père Noël participe à ce mouvement initiatique essentiellement en montrant que le sacré ne s’épuise pas par la connaissance intellectuelle.

En effet, même si le Dieu Père Noël « meurt » par la connaissance rationnelle, son mystère demeure, permettant ainsi d’accéder à une autre dimension, celle d’une perception émotionnelle et affective de la transcendance. Le Père Noël étant une des figurations du sacré, un représentant archétypal de la numinosité, lorsque l’enfant apprend son mystère il ne disparaît pas, mais s’intériorise sous une forme symbolique.

Le Père Noël serait alors l’objet du premier mouvement de désinvestissement archétypal. Rappelons que l’inconscient collectif est d’abord reconnu dans ses projections hors de l’individu, et l’individu en reconnaissant ce phénomène de projection prend conscience d’une partie du soi. Le Père Noël, figure actuelle d’un dieu éternel, nouvel avatar populaire et vécu par chaque enfant d’un archétype le dépassant, subit donc avec l’apparence de sa mort quand l’enfant accède à « la vérité » ce processus d’intériorisation. Alors le Père Noël, dans ce sacrifice, servirait de modèle aux autres mouvements d’abandon des projections archétypales, … à condition que l’adulte devienne capable de vivre ces passages de paliers ultérieurement. Si l’abandon de la croyance au Père Noël constitue le premier retrait des archétypes, c’est une première tentative d’accès au soi, la première étape du processus jamais achevé d’individuation, de l’élargissement du champ de conscience vers le cœur de l’Être. (MCM)

Ainsi le Père Noël non seulement revient de génération en génération, mais il est toujours là, dans le processus engrammé. Nous ne projetons pas comme Freud derrière le meurtre du Père Noël le meurtre du père de la horde primitive. (MCM) À la défense de ce dernier, les connaissances sur la mythologie nordique étaient loin d’être aussi développées qu’aujourd’hui, de même qu’il est probable que Jung de son côté n’ait pas lu l’Edda Poétique.

De plus on commençait déjà à se méfier à l’époque de certains traits des mouvements folk en Allemagne, en Suisse, en Autriche, … lesquels pouvaient déboucher sur plusieurs scénarios ; c’est malheureusement le pire des scénarios qui s’est réalisé avec les abominations des régimes totalitaires ultérieurs. D’où dans la seconde moitié du XXème siècle un tord considérable, pourtant en soi non fondé, porté à la culture germano – scandinave plusieurs fois millénaire et profondément humaniste sur un mode holistique. Il a fallu longuement re – travailler les apports de civilisation pour tous venant des indo – européens, par exemple avec l’œuvre considérable d’un Georges Dumézil.

Histoire du Père Noël : deux filières

La filière Saint Nicolas

Le futur Saint Nicolas naît en Lycie (actuelle Turquie alors de culture grecque) vers 270. Il a connu dés son vivant un culte à la hauteur d’un intercesseur privilégié entre les hommes et Dieu. Jean Chrysostome, qui œuvre en Orient à l’introduction du culte de la naissance de Jésus, arrange sa biographie pour lui donner une dimension divine. Il pratique la charité et devient évêque de Myre. Il aurait joué « à distance » un rôle important au premier concile de Nicée en 325. On lui attribue des ouvrages contre l’hérésie arienne. On lui attribue des miracles christiques, dont les résurrections d’enfants, et la valorisation de ses miracles l’identifie à Jésus-Christ. Il est très vite canonisé alors qu’il n’a pas été martyr. On célébrera sa naissance, privilège réservé au Christ, Marie et Jean le Baptiste. Le culte rendu à Apollon glisse sur Nicolas. Paradoxalement vu d’aujourd’hui, il s’est dressé de son vivant contre les cultes des saints païens. C’est le patron des enfants, des écoliers, des prisonniers, des voleurs, des marins, des prostituées, et des fleuristes. Il est marqué par le nombre 3 et intervient par l’entremise des songes. En 1807, pour protéger sa dépouille des turcs musulmans, celle-ci est déplacée à Bari, proche du Monte Gargano consacré à Saint Michel. Le dieu Gargano antérieur à l’apparition de l’archange au VI ème siècle était un des aspects de Mercure dans le Sud, Wodan dans le Nord, ou Lug ou Belenos dans l’Ouest. Un culte y était rendu à Mithra. Le Mont-Saint-Michel était encore appelé au XIII ème siècle Mont Gargan (Gargantua). La dépouille de Saint Nicolas fut transférée au mont Gargan, et le saint devint le patron de Bari. Cependant l’Italie ne vouera pas plus tard un culte particulier au Père Noël, qui du côté chrétien ne concurrence pas l’enfant Jésus, et du côté »paîen » reste fidèle à la Befama. Il en sera de même en Espagne « très catholique », et qui a été musulmane, avec une forte présence des rois mages.

Saint Nicolas va gagner le Nord de deux façons. D’une part lors de leurs raids en Méditerranée, les vikings découvrent un Saint Nicolas qui a intégré le Gargan d’origine, et leur rappelle donc Odhinn. Il fera un personnage idéal pour donner des gages aux missionnaires évangélisateurs qui les suspectent de rester fidèles aux anciens dieux, dieu d’autant adapté qu’il est patron des marins. L’adaptabilité a toujours été la qualité première des vikings. D’autre part un chevalier lorrain est fait prisonnier par les Turcs lors d’une croisade. La légende dit qu’il prie Saint Nicolas qui lui apparaît en songe et le transporte jusque sur le parvis de la cathédrale de Nancy. De toute façon il fut libéré et attribue ce fait au saint. En fait il semble qu’il vole une phalange relique et la ramène dans l’église de Port. La relique accomplit des miracles, et le village de Port devient la plus grande foire d’Europe. Le culte se répand à tous les territoires germaniques. Lui est rattachée la coutume ancienne de distribuer des cadeaux.

La filière Santa Claus

Une légende veut qu’en 1626, un navire d’émigrants hollandais, avec à sa proue une figure de Sinter Klaas ou Claes(Saint Nicolas), échoue pendant une tempête sur la côte nord- américaine. Un marin fait le rêve que si les naufragés fondent là une ville, Saint Nicolas viendra chaque année le jour de sa fête distribuer des cadeaux aux enfants en passant par les cheminées. La ville fut baptisée New Amsterdam. En fait Saint Nicolas arriva en Amérique du Nord dans les bagages des colons hollandais vers le milieu du XVIII ème siècle. New Amsterdam deviendra New York. En 1809 l’écrivain Washington Irving déplace le 6 décembre (Saint Nicolas) au 25. Il est repris par Clement Clark Moore, pasteur luthérien, professeur de théologie et de littérature grecque au collège théologique de New York, en 1822 dans un poème écrit pour ses enfants. Lequel donnera en 1994 le film « The nightmare before Christmas » où l’on voit un sombre roi de Halloween rêver de devenir Père Noël alors qu’il en est la figure-ombre. Le poème de Moore va paganiser saint Nicolas et donner naissance au Père Noël moderne.

Nommé Santa Claus, le personnage n’est plus Saint Nicolas mais un petit elfe joufflu, esprit magique du solstice d’hiver nordique. Son traîneau est tiré par huit rennes. Dans le poème, l’inquiétant accompagnateur de Saint Nicolas, appelé par les français Père Fouettard et par les Néerlandais Pierre le Noir, a disparu. Trente années plus tard, Thomas Nast dessine l’elfe de Moore sous forme d’un gnome, qui va évoluer et donner vers 1930 dans l’hémisphère Nord le Père Noël actuel. En 1880 l’imagerie populaire britannique adopte pour le personnage les caractères de bonté et de générosité liés à la fête. En 1931, Coca cola choisit le personnage le plus populaire pour porter la nouvelle publicité de son produit sans la cocaïne et impose ses couleurs rouge et blanche. Après la seconde guerre mondiale, le Père Noël de Coca cola s’impose au monde entier (en France dans les années 50), et se substitue à Saint Nicolas. À remarquer que dés les années 1880 il était déjà connu à Lyon, et mimé dans les familles sans que personne y voit rien d’antichrétien.

Synthèse des deux filières Nicolas continue à être populaire au XIXème siècle quand il est concurrencé par le Père Noël. Le futur Père Noël sera une synthèse des anciennes traditions et du nouveau Santa Claus anglo-saxon. Le Père Noël sera un Saint Nicolas défroqué importé avec le sapin après la guerre de 1870 par plus de 200000 alsaciens venant s’installer en France.

Au début des années 1970, en conséquence de Vatican II, il fut établi formellement qu’aucun évêque catholique romain du nom de Nicolas n’avait jamais existé, et que les légendes attribuées à ce saint n’étaient pas d’origine chrétienne (sic), aboutissement de presque deux millénaires d’hostilité. Le Père Noël est coupable d’ « enlever tout caractère religieux à la fête de Noël ». Les campagnes menées par les hiérarchies ecclésiastiques ne manquent pas partout dans le monde … mais rien n’y fait.

L’exemple parmi les plus outrés et finalement des plus comiques s’est déroulé en France dans la bonne ville de Dijon en 1951. Le 23 décembre, les Jeunesses catholiques ont pendu (comme l’a vécu Odhinn) puis brûlé une effigie du bonhomme Noël sur le parvis de la cathédrale Sainte-Bénigne à Dijon … et l’on vit la foule attendre … la résurrection du Père Noël ! Finalement le plus drôle fut de voir les anticléricaux prendre position pour le Père Noël, pourtant archétype du grand prêtre chaman traditionnel, pour condamner l’Église. Lévi-Strauss en écrivit un article de fond de 20 pages, où il s’exclama “ Le Père Noël symbole de l’irréligion, quel paradoxe ! », … et où il affirme la dimension sacrée et divine du Père Noël. Le chanoine Kir, dans son bon sens (il a sauvé une part du vignoble bourguignon en valorisant de la piquette avec du cassis), lui qui avait frôlé la mort de près (survivant d’un charnier), et partageait dans sa stature l’aspect jupitérien du Père Noël, s’est bien gardé d’intervenir. En 1952, à Carnaval, l’Académie de Dijon a réhabilité le Père Noël en stigmatisant son origine sacrée païenne : il venait de Gargan, fils de Bel. Or c’est à Carnaval que traditionnellement, le bonhomme Gel retire ses habits d’hiver pour devenir l’Homme vert, l’Esprit de la forêt, l’homme sauvage.

En 1951 le Père Noël fut aussi condamné devant le Soviet Suprême et dans l’Espagne franquiste, et fut mis en accusation devant les instances de l’O.N.U. !? Là, selon le psychiatre canadien Chilsholm, Directeur de l’O.M. de la Paix, “ …il sape chez l’enfant l’esprit universel indispensable à l’homme pour résoudre les problèmes d’aujourd’hui ” (sic). En 1995 l’Albanie musulmane le fait interdire en en faisant un symbole du christianisme.

Les dogmatismes redoutent la paganisation du mystère chrétien, qui s’est développée partout. Les intégrations de symboles “ païens ” et chrétiens se retrouvent ainsi dans le monde rural puis dans les sociétés nordiques, dans les décors des églises andines et les pratiques festives de plusieurs populations d’Amériques Centrale et du Sud, dans certains rituels des indiens Huichol du Mexique, au Vietnam, dans le Pacifique …

Les mythes de Noël, universels, et du Père Noël d’origine nordique même si une des racines vient de Turquie, constituent un des exemples de fondement d’espoir à la portée de tous, quelque soit leur niveau de connaissance et de conscience, du plus humble au plus développé. Ils contribuent à l’élargissement de la conscience par les ponts entre les humains incarnés et leur dimension divine.

« Trop nombreux sont ceux qui n’ont pas compris que la figure divine habite au centre même de l’être » (C. G. Jung).

Michel Vallée, 21 décembre 2012.

Version revue d’un premier texte produit pour Noël 2000 par l’auteur dans une réunion associative lyonnaise de l’Institut Psychanalyse et Management.

Bibliographie

Arnaud d’Apremont « B.A.-BA Père Noël » – Pardès 1999

Jacques Derderian « Le Puy, haut lieu ésotérique » – Dervy 1992

Georges Dumézil « Mythe et Épopée » – Gallimard 1995

Mircea Eliade « Traité d’histoire des religions » – Payot 1949, « Le chamanisme, et les techniques archaïques de l’extase » – Payot 1949, « Le mythe de l’éternel retour » – Gallimard 1969

Sigmund Freud « Totem et tabou » – Payot 1965, « L’homme Moïse et la religion monothéiste » – Gallimard 1986

Carl Gustav Jung « Métamorphose de l’âme et ses symboles  » – Georg Genève 1987, « LÂme et le Soi » – Albin Michel 1990, « Les énergies de l’âme » – Albin Michel 1999, « Réponse à Job » – Buchet/Chastel 1996, « L’âme et la vie » – Buchet/Chastel 1963, « L’homme et ses symboles » – Robert Laffont 1964

Yves Kodratoff Extraits de « Grimm’s Teutonic Mythology »

Claude Lévi-Strauss « Le Père Noël supplicié » – Les temps modernes, n° 77, mars 1952

Jean Marchal « L »Apocalypse de Jean, un message pour notre temps » – Question de, 1987

Marie-Christine Mottet « Le père Noël est une figure » – Desclée de Brouwer 1996

Snorri Sturluson « L’Edda » – Collection L’aube des peuples Gallimard 1991

Tony van Renterghem « La fabuleuse histoire du Père Noël » – Éditions du Rocher 1995

D.W. Winnicott « Jeu et réalité. L’espace potentiel » – Gallimard 1975

Vie de Peter Pan (Dossier ARTE en 2000)

Ils veulent la guerre

J’aurai dû ne pas être étonné, mais même avertis nous gardons des traces de naïveté tant que nous ne sommes pas complètement dégénérés.

Donc hier soir sur la plupart des chaines nos médias, à la botte ou dressant encore un petit peu la tête selon, ne parlaient que des menaces il semble très sérieuses (les armements sont déjà préparés) de Trump et Macron de frapper la Syrie (à plus ou moins haut niveau soit disant en fonction des renseignements encore en attente mais en réalité la décision sera politique) pour avoir trop dépassé la « ligne rouge » de l’usage des armes chimiques, et de la réaction de Poutine informant que des frappes de « l’Occident » (il se peut que la Grande Bretagne accompagne les States et la France) entraineraient immédiatement des réactions très graves ! Chacun sait que l’Iran marche dorénavant avec la Russie, et l’Arabie Saoudite et Israël avec les States. Occasion en prime de calmer « un peu » la Turquie !

Mais comment ces « dirigeants » peuvent-ils prendre à ce point « les gents » (la gent en català) pour des nuls prêts à gober n’importe quoi !

Depuis quand respecte-t-on à la lettre ses engagements en diplomatie, dont l’art dit tout autre chose ? Ce n’est pas par hasard qu’Obama n’a pas respecté sa parole de « ligne rouge » alors qu’elle a été de fait bafouée des dizaines de fois.

Non, cette tension ne peut que résulter des volontés du (des) deep power, côté occident des entités de pouvoir financier et militaro-industriel qui décident derrière les instances plus ou moins officielles de lobbying, de Bilderberg, etc.

Ne croyez pas que la France (pardon le Président Macron chef des armées) se couche sous les States de Trump ; ils sont tous deux directement dépendants des « relais » du deep power, le Président Macron étant un des dirigeants montants depuis longtemps identifié et mis en avant , alors que Trump qui en fait trop et de travers va être remplacé. Ne pas oublier que Emmanuel Macron a été le plus jeune des hommes à fort potentiel identifié à être invité à Bilderberg.

Comment, la guerre risque d’être achevée en Syrie, alors que c’est un terrain idéal, El Assad étant ce qu’il est (pire que son père), pour nourrir les investissements (dont chimiques) et réduire la population ! Comment, la Turquie fait des siennes en dérapant son Président étant pris par l’hubris du pouvoir ! 

Les occidentaux n’ont plus rien à faire en Syrie (il eu fallu intervenir fermement dés le début, trop tard) où c’est le triumvirat Russie – Iran – Turquie qui assure la transition, qu’importe !

Non, les « patrons » des deep power de l’Occident ne peuvent penser autrement le problème planétaire premier de la surpopulation que par la bonne vieille recette qui a tant de fois fait ses preuves de « bonnes guerres » (bien massacrantes comme l’a chanté le Grand Brassens). Ils sont incapables de « voir » d’autres modes de production et de consommation (dont l’efficacité a pourtant tant de fois été démontrée (en français par des Reeves, Kempf, Morin … et tant d’autres dans toutes les langues dont le russe et le chinois). Les russes ne pourront, alors même que leurs investissements militaires sont le 1/10ème des States, que ne pas laisser perdre leurs acquis dans la restauration de leur présence en Méditerranée, et les chinois et d’autres les appuieront à leur manière. Ne pas négliger les impacts de la guerre numérique ; il ne suffit pas d’avoir la plus grosse, c’est le cerveau (et parfois le cœur) qui commandent.

Michel Vallée – 11 avril 2018

Élargir notre conscience au Multivert – Décembre 2012

En guise de synopsis,  l’ INTRODUCTION

Le fil rouge de ce livre

Que nous vivions une crise profonde et durable n’échappe plus à personne. Si la crise apparaît d’abord financière, et économique, beaucoup s’accordent pour la voir ou la ressentir en tous domaines, des incivilités graves à la dégradation létale de notre écosystème. Les débats télévisés, films, études, livres, expressions artistiques liées à LA crise se sont multipliés. 

Certains espèrent« en sortir » en trois à cinq ans, quelques-uns la dénient, d’autres parlent de mutation et peuvent faire peur ou ne sont pas entendus. Ce qui apparaît moins mais est constaté par une part croissante de la communauté scientifique, c’est une accélération des découvertes qui refondent notre compréhension du monde et des mises en œuvre technologiques qui transforment radicalement nos conditions de vie. 

Les plus grands penseurs considèrent désormais que tout retour à l’état antérieur est illusoire, et que les années immédiates à venir sont et vont être exceptionnellement difficiles,sans aucune idée de la vie vers laquelle nous allons ensuite. L’état des dégradations est tel que nos anciens équilibres naturels sont durablement bouleversés. 

En fait si ces deux derniers siècles ont vu une accélération des changements et des découvertes,des avancées comme des dégradations, ce qui est en cours ces trois dernières décennies est une accélération de cette accélération. Elle est telle que le sentiment de perte des repères et de perte de sens s’est répandu avec la première décennie du XXIème siècle. Il s’agit bien d’une rupture de civilisation qui n’en est pas encore à son paroxysme. Les bouleversements vont s’intensifier et un chaos global est aux yeux de nombreux observateurs le scénario le plus probable, … car l’humanité et les gouvernants ne sont pas en état d’avoir la sagesse de mettre en œuvre d’urgence et en priorité les mesures qui sont pourtant connues et décrites depuis des années. 

Les gouvernements sont informés, mais … soit ils jouent à « après nous le déluge » et font semblant de tenter des actions insuffisantes en regard des enjeux réels, soit ils sont désarmés par la peur de la panique générale des populations s’ils validaient la réalité de notre situation, soit ils sont déconnectés de la réalité des terrains ou dépassés. 

Nous sommes actuellement en train de changer d’Ère. 

Actuellement les humains sont, individuellement et collectivement, concrètement devant le choix entre se laisser aller, ce qui signifiera assez vite mal « mourir » en quelques générations, ou travailler sur soi et son environnement avec assez d’engagement et d’intensité pour « muter » dans d’autres capacités de conscience, individuellement et collectivement, et devenir capables d’entrer dans la nouvelle Ère, laquelle est déjà là.

Cet ouvrage tente de comprendre cet état de Mutation en rappelant une partie des dégradations de nos systèmes, mais simultanément des exemples significatifs d’avancées technologiques et d’ouvertures vers un nouveau paradigme de structure et de fonctionnement de nos civilisations. Il s’appuie aussi sur des exemples mythologiques du passé et d’annonces de l’avenir pour aider à voir la hauteur de ce qui est en cours et en tirer enseignement. L’observation de nombreux processus de transformation permet de poser l’hypothèse que l’accélération atteint un point critique où une inflexion, un peu comme dans une « courbe en S », introduira une décélération vers l’état à venir. Ainsi l’échéance tant médiatisée de « 2012 » n’indique pas l’absurdité de « la fin du monde » mais pourrait correspondre au point d’inflexion, marqué par des ruptures importantes, vers l’Ère à venir. Ensuite pourrait s’engager une décélération.

Un signe de passage de paradigme qui ne trompe pas en histoire des civilisations : nous utilisons simultanément des technologies à investissement lourd et d’autres à investissement nettement plus léger.

Nous nous considérons désarmés devant cette situation de transformation en partie du fait de la complexification apparente de nos connaissances et de nos sociétés. Depuis pas mal d’années, probablement avant-guerre, plus aucun humain n’est capable seul d’une vision globale. Alors que nous ne pouvons mieux réguler les choses que par un métissage transversal des cultures et des talents, nos civilisations pratiquent plus l’exclusion que la coopération, en tous domaines. Dans notre situation de Mutation, les exclusions constituent un incommensurable gaspillage qui nous empêche de voir ensemble comment se préparer et s’en sortir. Il nous faut donc apprendre à dépasser cela pour y remédier. De tous temps de nos mémoires, les exclusions les plus dangereuses sont celles d’idées et de croyances, et parmi celles-ci particulièrement l’opposition entre matérialistes et spiritualistes, les systèmes de valeur qui discernent et séparent le Bien et le Mal. 

Dans ce livre ces exclusions sont décrites « sans être politiquement correct » car il est utile quitte à choquer de nettement les identifier pour les dépasser, …sans remettre en cause en rien pour autant le dévouement aux autres et au monde de millions d’adeptes quand ils ont été ou sont « de bonne foi » et sans prosélytisme. C’est être dans le respect envers ces femmes et ces hommes que d’expliciter ce que l’on peut comprendre aujourd’hui.

Or nous disposons dès maintenant de toutes les connaissances, outils et pratiques, depuis bien plus longtemps qu’il n’y paraît, pour construire ensemble notre entrée dans un état d’humanité (parmi les autres espèces de vivants), et dans une civilisation radicalement nouvelle, … combien plus pertinente et motivante vues les perspectives qu’elle pourrait offrir.

Fondamentalement, contre des « idées reçues » encore dominantes, il y a toujours eu continuité physique entre matière et esprit, mais avec ces dernières années les matériaux qui en témoignent sont de plus en plus pertinents et diversifiés, … et peuvent être vus en cohérence entre eux. Le livre en tente la démonstration par une sélection de données en astrophysique, en physique des particules, en biologie moléculaire, en psychosomatique, en psychosociologie, en anthropologie, en psychologie des profondeurs … , et parmi les nouvelles technologies. C’est une attitude pluridisciplinaire, sans prétention pour autant mais nécessaire pour comprendre, vouloir, et agir.

C’est comme si, et l’auteur en a fait le pari depuis de nombreuses années, une trame de fils rouges faisait la continuité du plus dense des trous noirs au plus subtil des états psychiques. Cette continuité ne peut être que matérielle, ce qui ne remet aucunement en cause la réalité des plus spirituels de nos états, … ni bien entendu la réalité bien concrète de la matière (dans tous ses états).

Tout ce qui existe, tout ce qui est vécu par des vivants (les pierres et particules d’atomes vivent), EST, et la continuité concerne tout ce qui est. Il en est ainsi de tous les phénomènes qualifiés de « conscience non ordinaire ». La continuité du corpusculaire au vibratoire est un des chaînons essentiels, expérimentée par des « personnes de connaissance » depuis des millénaires et redécouverte par les physiciens depuis un peu plus d’un siècle ; elle nous permet des communications avec les divers mondes qui coexistent selon des systèmes d’espace-temps différents.Si on ne s’occulte pas les sens par trop de rationalisme défensif, tout se passe comme si la réalité des univers était constituée de paquets de fibres de nature distincte, mais entrelacés, parfois même intriqués, … d’où les phénomènes de synchronicité. Dans ce livre nous appelons Multivert l’ensemble des univers, réutilisant dans les contextes d’aujourd’hui un ancien concept celtique, … mais proche du « multivers » des astrophysiciens d’aujourd’hui.

Au centre de ces continuités de trames, au moins dans notre monde d’humains (et plus généralement d’animaux), le maillon psychosomatique (autre chaînon essentiel)revêt pour l’instant une importance capitale, car la séparation non fondée entre « soma » et « psyché » nous prive de la capacité à traverser la Mutation et à entrer dans l’Ère qui s’annonce en disposant de tous nos moyens. « Pour l’instant » car, si nous devenions capable de dépasser nos vieilles représentations, cette séparation serait perçue comme un archaïsme de musée. L’approche psychosomatique est holistique et pluricausale.Elle intègre, outre le soma et la psyché, le social, le socioculturel,l’ethnologique, l’économique. Une représentation partagée en ce sens encouragerait des systèmes d’éducation qui pourraient contribuer à la dissolution de la majorité des névroses tant dans la vie intime que familiale,au travail, en société. D’où le poids relatif de ce thème dans ce livre.

En avançant sur les fils rouges des trames vers le suprasubtil, par la psychologie des profondeurs développée au siècle dernier, complétée avec les pratiques de« voyages » chamaniques menées depuis des millénaires mais souvent combattues et récemment mieux reconnues, des ponts (en fait des autoroutes) sont là, disponibles, pour élargir et enrichir de façon significative nos états et capacités de conscience. Nous pouvons mieux disposer de l’énergie subtile des« esprits » qui nous animent, et obtenir un élargissement d’informations considérable par la communication avec une partie des êtres des mondes « complémentaires » au nôtre, lesquels sont parmi les entités que les humains appellent encore « dieux ». Simplement nous pourrons les qualifier autrement lorsque nos avancées « validées » au plan scientifique les reconnaîtront.

Il n’y a pas lieu ici de substituer une « pensée magique » à « savoir penser »,encore moins à se perdre dans les fantasmes de pouvoir qui pourraient être générés. Avoir une âme de physicien est compatible avec la compréhension que dénier« esprits » et « dieux » (eux aussi matière) n’a pas de sens. Nous avons à tirer profit de connaissances capitalisées depuis de longues lignées pour dépasser nos représentations, développer notre sensibilité et nos capacités,  … partant« enrichir » notre pensée avec ouverture et tolérance, en conséquence notre action, … quand nous en avons tant besoin.

Dans ce livre nous osons le saut, au-delà des limites de notre perception, de considérer que les matérialités intègrent les dimensions dites spirituelles, et ouvrons des esquisses au « comment ».

Ce livre explique pourquoi nos compagnons que nous appelons « dieux » ont besoin des humains mortels au fil de nos cycles « vie / mort / vie », et propose une idée du « boulot » respectif de chacun dans l’évolution du Multivert. Il propose aussi comment, en sachant élargir avec « eux » nos consciences individuelles et collectives, travailler à entrer dans de meilleures conditions de vie dans l’Ère qui s’annonce par toutes ces dures transformations en cours. 

Dans le « comment »,la qualité de l’intention importe, sans que la perfection, qui n’existe pas, ne soit donc pour autant nécessaire.

Tout étant matière, les Lois qui régissent chacun des divers mondes sont, comme toutes lois physiques,incontournables, inéluctables, … en fait impitoyables. De plus tout phénomène est impermanent. Les morales traditionnelles de nos sociétés n’y sont pas adaptées et n’ont en fait pas ou peu de sens. La culpabilité n’a pas de sens en physique, par contre tout acte entraîne des conséquences, et nous sommes responsables (mais non coupables) des conséquences de tous nos actes. Nous les portons. Ce livre démonte donc nos anciens concepts de Bien et de Mal, qui nous pénalisent et inhibent tant, et propose un premier jet de règles sociales éthiques a priori adapté à ce que pourrait être notre prochain monde partagé, … à co-construire.

Aucun modèle n’est à rejeter, et aucun ne s’impose. La matière, qu’elle soit ultradense ou suprasubtile, étant énergie, tout est question d’énergie. La réalité de la matière « dans tous ses états » ouvre à l’infini. Nos sciences vont loin dans le « comment », mais n’atteignent encore pas l’essence des « pourquoi de fond ». Peut-on espérer atteindre ce palier de conscience partagée avec la nouvelle Ère ?

L’auteur se fonde sur un demi-siècle d’activité d’accompagnement tant professionnel qu’associatif de changements dans de nombreuses organisations et institutions, partant l’écoute de milliers de personnes, et sur sa participation active à plusieurs groupes de recherche-action en France et en Europe. Ce qu’il propose dans cet ouvrage tient certes compte de sa propre capitalisation de toutes ces observations, mais surtout d’un regard croisé de travaux validés dans le monde des sciences et technologies dites dures, d’avancées en anthropologie, en psychologie des profondeurs, en philosophie, enrichis des projections dans l’avenir de poètes, romanciers, essayistes et auteurs de science-fiction qui lui « parlent ». La science-fiction constitue, selon Valerio Evangelisti, correspondant du Monde diplomatique, « le seul moyen du point de vue littéraire de décrire de façon adéquate le monde actuel ». 

Les premiers chapitres sont consacrés à dépasser le discours général ambiant de « crise » et considérer la Mutation radicale de notre civilisation, partant à accepter la complexité de notre monde en dépassant les vieilles exclusions entre conceptions de la vie et de la société.

S’en déduisent dans les chapitres suivants des recommandations pour revoir nos représentations des choses, compte tenu de la réalité de la continuité de la matière physique. Puis le regard sur notre matière physique est poussé du plus dense au plus subtil,jusque dans des dimensions que nous n’avons pas encore les moyens de percevoir.Les plus récentes avancées en sciences dures frôlent, pourraient être en lien,avec cette compréhension du réel. D’où l’abord de mondes « complémentaires » au nôtre, ainsi que les ponts vers ces mondes. 

Ce qui permet d’aborder,parmi ces ponts, la voie spécifique des « personnes de connaissance »empruntant aux chamanismes traditionnels dans leur version actualisée,notamment la pratique du « voyage ». Une pratique simplifiée de« pont », à la portée de tous, est proposée.

Compte tenu de l’ensemble de ces approches, les derniers chapitres exposent une vision des enrichissements et élargissements de conscience nécessaires pour traverser notre époque et se préparer à l’Ère à venir, d’où vers quelle éthique se reconstruire. Le chapitre neuf formule quelques bases à l’espoir vers le nouvel Âge, selon quel type de Lois universelles, … pour « ne pas »terminer  avec quelques repères géopolitiques et politiques en Europe,mais pertinents partout,  dans les années immédiates à venir.

Cet ouvrage de transition d’Ère ne peut déboucher sur une conclusion. Simplement quelques mots parlent de musique.

En fin d’ouvrage, le lecteur trouvera un glossaire, … qui n’en a pas tout à fait la fonction habituelle. Les définitions n’en sont pas toujours « orthodoxes »,mais développées dans la pensée de cet ouvrage. Aussi peut-il en prendre connaissance au fil de la lecture, mais tout aussi bien avant de commencer.

Dans les notes de bas de page, les parties en italiques ouvrent à des commentaires et des pistes de développements complémentaires à l’objet principal de ce livre. Si chaque chapitre se termine par un résumé, l’appropriation de ce que propose ce livre nécessite de prendre connaissance de l’intégralité du texte,  de la richesse de ses arborescences.

Ouvrage déposé à la Société des Gens de Lettres  – ISBN  978-2-9544891-0-0 

Au cœur du désastre, quelles sorties ?

24 avril 2014

L’état politique de nos sociétés

Mais qu’en est-il du fond du fond des désastres en court, tant pour le genre humain, que plus large l’ensemble du vivant, et plus globalement de toute notre planète ? Quels énergies et processus essentiels, qui(s), quoi, pourquoi et comment ?

La planète et l’humanité ont connus des vagues et des vagues de monstruosités, d’erreurs magistrales catastrophiques. Les avancées continues en sciences qui permettent sans cesse de réécrire l’histoire mettent à jour et témoignent que nous n’avons pas encore identifié de débuts apparents à cette réalité dans les temps des temps. Aujourd’hui, il y a toujours une ou plusieurs guerres quelque part, toujours des génocides (ainsi début 2014 en Birmanie cette fois perpétré par les populations bouddhistes ( !)  ou encore au Soudan des animistes par des soi-disant intégristes musulmans (qui ont mal lu le Coran), toujours des épidémies sans que l’ONU n’y puisse mais et fasse suffisamment (pourquoi est une question de fond).

Les dettes et bulles financières sont devenues si importantes qu’elles sont réputées ne plus pouvoir éclater, sauf effondrement mondial général.

Les sécurités sur le nucléaire continuent de se révéler relatives, ces derniers jours des réserves entières de virus mortels disparaissent !

Pire, nous venons de mettre en évidence que la population mondiale, par ses consommations, en est arrivée en 2013 à ponctionner dés mi-avril sur l’ensemble des ressources la totalité de ce que la planète est capable de reproduire, ce qui veut dire que le reste de la consommation est pris sans renouvellement suffisant de ressources, et que la nature en est détériorée de façon inéluctable, donc que nous nous rapprochons toujours plus de nos limites de ressources collectives. 

Les plus récents rapports mondiaux sur l’environnement sont « sans appel », à l’évidence systématiquement instruits selon tous les paramètres à considérer, iréfutables.

Quoiqu’il en soi des facteurs naturels autres que humains, la responsabilité écrasante du facteur humain est enfin reconnue incontournable, … même par une partie des instituts « bidons et marrons » investis pour le déni et l’aveuglement.

Jamais dans notre histoire collective nous en avons été à ce point de dangerosité, même lors des grandes pestes d’antan, des crises des années 20, ni au pire de la seconde guerre mondiale du XXème siècle !

La communauté scientifique internationale le sait, et une partie de plus en plus importante, pluridisciplinaire, s’évertue à exprimer l’alerte depuis des années. Des lanceurs d’alerte se multiplient pour informer les opinions publiques, au risque de leur liberté voire de leur vie. Tous les gouvernements et leurs appareils ne peuvent que le savoir, dont les principales centrales de renseignement (qui ne font pas que dans le militaire). Les autorités religieuses de même, bien entendu.

Et rien ne bouge, les gouvernements des principales nations (US, Chine, Russie) continuent pratiquement de refuser de s’engager sur les questions de l’environnement (au-delà de n’avoir signé aucun traité international), pourtant nettement identifiées et médiatisées. Les grandes nations émergentes (Indes, Brésil, Nigéria, Afrique du Sud …) continuent à marche forcée selon leurs logiques de croissance qui visent d’abord le niveau de développement des déjà-ex « grandes puissances ».

Quels que soient les États, le néolibéralisme dominant (bien plus proche de la réalité d’aujourd’hui que le concept devenu flou de capitalisme) génère un fossé croissant comme jamais entre très riches et tous les autres (largement à l’aise, moyens, pauvres et misérables). Les entrelacements entre politique et économie de la mondialisation sont tels qu’aucun État n’a plus les capacités de rester maître de son économie réelle et de son système de société. 

La seule et unique valeur reste l’argent, selon les canons de la rentabilité financière à court terme.

Les multiples initiatives et investissements d’autres formes de vie en société, qui existent assez pour témoigner de leur maturité, ne sont pas assez connectées entre eux, pas assez pour être valorisées par les « grands » médias,

et ne font pas globalement le poids face aux puissances des grandes sociétés multinationales, privées. Tout juste sont-elles tolérées car pas encore assez dangereuses pour le néolibéral dominant, et font pendant encore un temps office de faire valoir ; mais le grignotage engagé dés la fin de la seconde guerre mondiale, et accéléré dés la chute du camp soviétique, éradique petit à petit sans pitié, sans faire de bruit.

Les instances de gouvernance publiques internationales montrent explicitement leurs impuissances aux populations bernées par des médias majoritairement contrôlés par les puissances financières.

En Occident, les structures qui font et défont les personnes aux pouvoirs publics et privés,  les organisations telles Bilderberg et ses dérivées Trilatérales ou Davos et autres …, sont imprégnées d’un paradigme néolibéral considéré comme vérité pensée unique, laquelle actuellement génère les restrictions des populations au profit de l’exploitation-spoliation de toutes les richesse par une infime minorité. Toutes les « élites de haut niveau » publiques comme privées ont été formées, en fait formatées, au seul même modèle, progressivement mais systématiquement, les autres systèmes de référentiels ayant été progressivement étouffés pour ne rester connus et reconnus que par une minorité d’intellectuels, souvent qualifiés « d’archaïques et de politiquement immatures ». On imagine mal qu’il n’existe pas des structures comparables ou à finalité proches au niveau du bloc chinois ainsi qu’autour du bloc reconstitué autour de Moscou.

Le seul frein tout relatif, exprimé dans le discours d’introduction du dernier forum de Davos, tient dans l’appréhension de révoltes sociales nombreuses et dures, « suffisamment » pour être susceptibles de mettre en danger la continuité du pillage actuel.

Derrière ces structures formelles se tiennent, masqués et cachés, voire occultes, les véritables maîtres de nos civilisations, lesquels ne s’embarrassent même plus d’aucune « argumentation explicative bien pensante », si tant est qu’ils s’en soient jamais embarrassés.

Face à eux, il n’existe plus de démocratie réelle dans les décisions et les actes, mais uniquement d’apparence. Les derniers bastions nordiques ou austraux viennent de basculer.

L’emprise, côté occidental, est en train de refermer ses tenailles avec les projets encours de « négociations » intenses de traités de libre-échange portant sur l’intégralité des conditions de vie publiques et privées, tant côté atlantique que côté pacifique.

Toutes ces stratégies dans le déni et le dédain total de l’état de la planète et des populations.

Qu’y a-t-il au cœur de cette réalité, pourquoi et comment ?

L’avidité des détenteurs de capitaux, qui en sont arrivés à l’image de l’oncle Picsou nageant sur ses monceaux d’or, puisque la « guerre solidaire » entre eux en est à rechercher où placer ces fortunes incommensurables dont les peuples sont spoliés, acheter toutes les terres achetables, prêter avec intérêts négatifs à certains États dont on sait que les citoyens seront ponctionnés un jour ou l’autre, … cette avidité insatiable n’explique pas tout.

Le manque de conscience apparent de ces grands détenteurs est celui d’une caste regroupant bien moins que 1 % de la population mondiale. Une« caste », ce concept traduisant mieux la réalité d’aujourd’hui que celui de « classe » des XIXème et première moitié du XXème siècle. Cette caste est internationale, et ses capitalisations cumulées donnent à la plupart de ses membres le contrôle de suffisamment d’instituts pour valider les principes qui les soutiennent, de suffisamment de moyens de transports privés et de services de sécurité privés pour les isoler du reste du monde, de toujours plus de moyens financiers pour « jouer ». Jouer avec les monnaies des États, les ressources utiles au plus grand nombre ou rares, tous les « marchés », en vivant dans un luxe difficilement imaginable avec une seule petite partie des intérêts de leurs capitaux, quand ce n’est pas l’argent des rançons de systèmes mafieux. 

Cette caste, de part ses moyens financiers, des images de pouvoirs fictifs qu’elle entretient soigneusement, de la veulerie d’une partie des « masses » par conformismes et peurs, de l’impuissance perçue de l’autre partie aussi faute d’éducation et d’un minimum de marge de manœuvre, … cette caste est entourée d’un nombre « suffisant » de serviteurs pluridisciplinaires, très bien payés et qui se croient privilégiés.

Si une étude UE-US toute récente met en évidence que 60 à 70 personnes détiennent autant de « richesses » que 50 % de la population (3,5 milliards), posons l’hypothèse que le total de cette caste et des différentes catégories de« serviteurs » atteint peut-être 5 % de la population ? Ce qui représenterait alors quand même 350 millions de personnes, disséminées et liées en réseaux complexes, la plupart n’étant même pas conscients du tissu dont ils participent. Plus tous les petits propriétaires tyranniques qui achèvent le« job ».

Que cette caste fonctionne selon un système mafieux du genre italo-américain, ou russe, ou asiatique, ou japonais, ou selon un système socio-économique « ordinaire », de toute façon le reste de l’humanité a à faire là à une « mafia plurielle ». En effet d’une part toutes les valeurs humanistes, avec ou sans spiritualité liée, y ont disparu de fait, … malgré les discours tenus. D’autre part une fois coopté et inséré dans ces filets, il est très dangereux d’en sortir, car alors le principe de l’individu isolé règne et il ne faut compter sur aucune coopération pour survivre.

L’habitude du luxe et d’une vie apparente de privilèges est renforcée par le sentiment de supériorité partagé au sein de cette caste. « Entre nous »  on en est ou on n’est pas de l’élite, les seuls qui puissent tirer les ficelles de ceux qui sont « aux affaires ». Mais que l’on ne s’y trompe pas, l’individualisation y est absolue pour tout ce qui compte ; l’individualisation systématique est un des piliers du système de référence du néolibéralisme dominant, et celui qui veut jouer coopération voire collectif et humanités sort du clan. Des signes apparents, hors de prix pour le vulgus pecus, signent l’appartenance ; un degré élevé d’éducation et de culture ne suffit plus, la « fortune » est seule devenue incontournable.

La rupture avec le reste du monde est alors devenue totale, au sein d’un monde à la fois virtuel et bien concrètement réel. Il est donc devenu impossible aux membres de cette caste de « voir » le désastre dans lequel la planète est entrée, et dont les membres de cette même caste vont aussi pâtir, …un peu plus tard que les autres (pas toujours).

Tous les visionnaires prédisent que cette situation ne va pas durer en l’état, après avoir constaté que nous sommes déjà « dans le mur ». Aussi quelles, non pas solution car il ne peut plus y avoir de solution de demi-mesure vu l’état de la planète et de nos sociétés, mais sorties sont-elles possible ? 

Sorties envisageables

J’en imagine trois, évoquées de la plus belle à la plus dure, car nous avons trop attendu, malgré les signaux désespérés de quelques – un(e)s, et leur probabilité d’occurrence sera croissante de la première à la dernière citée. Face à une telle agression, il n’est plus temps de tenter de jouer les « gentils bisounours », les demi-mesures, ni même les médiateurs.

La plus harmonieuse sortie :les initiatives éclairées se relient assez pour savoir dépasser leurs différences et mettre en lumière LE ou UN nouveau paradigme de civilisation, basé sur un changement radical de palier de conscience d’un grand nombre ; grand nombre car si les initiatives éclairées (elles sont déjà des millions sur les divers continents) concernent aussi, comme évoqué plus haut, 5 % de la population, il s’agit alors aussi de 350 millions de personnes, avec l’avantage d’êtres au milieu des populations, « comme un poisson dans l’eau ». Alors la « société du spectacle » est séduite, car la mariée est subitement aveuglement assez belle pour « y aller », développe massivement (et aux bonnes heures) les grands traits et exemples choisis de civilisation de l’aube d’une nouvelle Ère, et prends de vitesse les capacités de puissances dominantes à réagir. Il y a bien quelques centaines de maladies subites, accidents d’avion ou de voiture bizarres, attentats violents, mais alors un raz de marée gonfle où mouvement du bas et mouvement du haut se déchainent ensemble et balaient les gouvernances en place. Au mouvement du bas les initiatives quadrillent le terrain car liées dans le « dépassement », une partie des armées retournent leurs crosses, de nouveaux grands chefs émergent de la « masse », etc …Il n’y a même plus à discuter les nouvelles valeurs et pratiques, les anciennes sont tout simplement caduques à l’évidence. Il n’y arien à négocier. Tout le monde, tous, se met au travail avec ardeur. Cela aura été une rupture douce.

Un scénario de passage de palier de conscience évoqué ici est décrit dans l’essai « Élargir notre conscience au Multivert » (disponible gratuitement sur le net), où avec les avancées des connaissances les spiritualités se trouvent intégrées-intriquées dans LA matérialité, les principaux pièges de la séparation entre les humains étant dépassés.

Un nouveau mouvement « non aligné » : la montée en puissance de la mise en évidence des enjeux planétaires amène plusieurs gouvernements émergents à constituer une nouvelle troisième voix, qui décide collectivement de sortir des logiques de spéculation, donc dénoncent le dollar tout autant que le yuan. Du coup, plusieurs pays stoppent net les projets de libre-échange atlantiques et pacifiques et nord/sud, partant ces projets et les autres accords bilatéraux s’effondrent, ainsi que ceux du type ALENA. Les US et la Chine engagent alors  des manœuvres militaires ciblées de grande ampleur, puisque leurs monnaies ne permettent plus la couverture de contrôle (les russes ne font pas le poids tout d’abord au plan démographique). Mais leur dépendance économique à tous les autres pays, fruit de la mondialisation qui se retourne contre eux, les freine considérablement ; et surtout la mise en évidence de leurs responsabilités est telle que dans une majorité de pays les populations se soulèvent, … et leurs armées ne sont pas assez puissantes pour s’imposer partout simultanément. 

Le club des pays non alignés prend la main, appuyés par un engagement massif des experts et acteurs expérimentés des mouvements altermondialistes, mais aussi de millions d’acteurs compétents jusque là brimés et humiliés par ceux aux commandes, et qui « en ont marre ». L’Europe seulement alors se libérera de l’emprise US, suivra, et pour le coup se fédéralisera enfin. Les gouvernants des pays non alignés ont compris qu’ils ne peuvent réussir qu’avec l’engagement fondé de leurs populations et de l’opposition interne des « déjà – ex »grandes puissances, d’où une diffusion massive d’information des enjeux planétaires et des responsabilités sur tous les supports médiatiques, appuyé par le lancement d’une campagne massive d’éducation populaire, dans tous les milieux. Les populations jeunes s’investissent naturellement avec enthousiasme, à l’exception d’une minorité de « filles et fils à papa tristes figures ».

L’ONU est dissoute et remplacée par un gouvernement mondial fondé sur la régénération de l’écosystème et des droits universels (déjà écrits depuis 1948 et 2009 améliorés et actualisés). Il y a largement de quoi donner du travail à tous, … y compris à tous les membres survivants de l’ancienne caste et de leurs serviteurs, tous astreints à vingt-cinq ans (un quart de siècle) de tâches de récupération des désordres générés (sans limitation de peine possible car il importe d’être durablement crédible aux yeux de tous les autres).

Le chaos : il se trouve que plusieurs explosions sociales se répandent dans plusieurs pays, qu’un nouvel accident nucléaire majeur, une épidémie sévère, un événement climatique d’impact planétaire (par exemple un ou deux super-volcans) occurrent quasi simultanément. 

N’oublions pas que d’une part  plusieurs volcans géants attendent pour s’exprimer « d’un moment à l’autre », que d’autre part à bien plus petite échelle en France en 1789 si les révoltés demandaient « du pain » cela résultait en bonne part de la disette provoquée par une éruption en Islande. 

Plusieurs pays en profitent pour engager une guerre d’occupation, … car n’oublions pas que les humiliations encaissées depuis deux siècles ne sont toujours pas résorbées malgré les générations. Dans la confusion générale, un ou plusieurs des pays qui détiennent effectivement l’arme nucléaire (au moins huit connus à ce jour) l’utilisent, et alors une guerre internationale plus puissante que les deux précédentes se répands. Des zones entières sont détruites et rendues désertiques. Une fois les cataclysmes passés, la population résiduelle se restructure sur les zones encore habitables, parfois sous terre. Ces nouveaux clans sont contraints de tout réinventer. Des scénarios du type Mad Max ou Postman ne manqueront pas de s’installer. Ne subsisteront parmi les survivants que celles et ceux capables de produire eux-mêmes et de troquer quelque chose d’utile aux autres, redécouvrant les métiers et la coopération. Plusieurs générations seront nécessaires pour retrouver des conditions de vie agréables dans une nouvelle forme de civilisation, si notre planète le permet encore. Car il est encore trop tôt pour même rêver partir ailleurs. 

Ces trois scénarios sont radicaux, il ne peut plus en être autrement. Le premier est évidemment le plus souhaitable mais malheureusement le moins vraisemblable en l’état des systèmes de référence dominants. Le second a ses chances, … et pourrait à terme ouvrir au premier. Mais si le troisième est le plus vraisemblable, cela tient tout simplement, d’une part à ce que les puissances financières dominantes sont coupées du reste du monde et s’illusionnent dans leur pensée unique sur leur supériorité et leur sécurité, d’autre part à ce que la grande masse de ceux qui croient posséder un petit quelque chose et se distinguer des voisins ne sont pas prêts à y renoncer ou le troquer avec simplicité et jouent aux trois singes (ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire).

Pour l’avenir, trois valeurs : authenticité, générosité, vertu.

Michel Vallée, à Vienne, avril 2014

À quoi joue donc l’énergie ?

8 septembre « 2017 » à l’aube

Chacune et chacun vit donc une vie, à chaque fois unique parmi des milliards d’autres autour d’elle ou de lui. Celle là, parmi toutes les vies que son âme traverse, est déjà complexe dans ses spécificités. Celle que j’assume à présent comprends bien des erreurs, bien des essais, bien des frustrations, plein de potentiels, d’opportunités, d’activités diverses, d’intérêts divers, … et ce tout donne une forme particulière qui s’enrichie et évolue avec les expériences, toutes ces rencontres de tant d’autruis. Autour, quelques centaines de femmes et d’hommes qui vivent évidemment différemment, selon des contextes différents, suivant des destins si différents, avec plus ou moins de curiosité(s), d’intérêts, d’éveils de conscience. Autour des milliers d’autres, autour des milliards d’autres.

Selon les avancées de la pensée quantique, nous savons actuellement, en 2017 de cette ère au milieu de centaines d’autres pour cette planète, que toute la matière EST en fait une immensité infinie d’énergie qui depuis des millénaires pousse, d’où émergent, des milliards de milliards d’existants, de matérialisations de diverses natures, de vivants, de consciences. Nos avancées scientifiques les plus osées, qui s’accélèrent puisque nous sommes ici en période de mutation, sont sur le point de rejoindre les connaissances les plus anciennes de notre monde et d’autres mondes intriqués ; mondes que physiciens (au sens large) et chercheurs ésotériques explorent simultanément. Cette matrice d’énergie porte tout en mémoire, TOUT, dans le moindre détail, que les « chercheurs » peuvent partiellement retrouver en mettant en œuvre des processus que certains sont plus à l’aise que d’autres à mettre en pratique, et que les scientifiques « reconnus » ne cessent de mettre en évidence, étonnement après étonnement. Certains sont visionnaires, d’autres retrouvent le passé, la plupart vivent ici et maintenant sans se poser toutes ces questions MAIS avec une telle infinie diversité de vivre simplement ici et maintenant ! Certains débroussaillent le complexe, d’autres expliquent tout dans des boîtes selon « des » pensées uniques.

Tant de formes de matières dont de particules, tant de formes vibratoires dont émotionnelles, tant de minéraux, de plantes, d’animaux, et de types et races d’humains, soi-disant aux états de consciences les plus élaborés, tant d’environnements dont maintenant ici spaciaux, tant de climats. Tant d’aventuriers divers, tant de métiers et d’arts et de sciences, tant de philosophes, tant de prophètes, tant de politiques, tant de cultures et de systèmes et de modèles et de traditions et de langues. Tant de majorité de serfs, de moujics, de manants, d’esclaves, de riens, qui passent ce précieux temps de vie à permettre le temps de créer du « nouveau » ou de jouir plus ou moins de luxe à une minorité d’autres.

Et nous continuons de « découvrir » une quantité non pensable, à notre cerveau « apparemment » si complexe, d’objets théoriquement habitables selon nos critères susceptibles d’être à l’ébauche du vivant ou au contraire plus « avancés », … mais nous sommes matériellement incapables d’y aller dans les durées que nous « maitrisons », d’autant que le temps est relatif. Nous nous trouvons en situation d’épuisement des ressources de cette petite planète, qui continuera à vivre ses évolutions sans nous, avec des compréhensions très diverses de ce qui peut advenir. Tous nos « dirigeants » mais aussi toutes nos « masses » en portent la responsabilité en regard des niveaux d’éducation disponibles aux uns et aux autres. MAIS ce n’est qu’épiphénomène en regard des infinis multiples des existants.

Nous savons que toutes les religions, toutes dont celles qui se prétendent philosophies mais actent comme des religions, ne sont que construits sociologiques qui prétendent mettre de l’ordre social sur une courte période de temps sur le territoire d’une planète donnée.

Mais à quoi joue donc l’énergie infinie ? Quel sens profond, essentiel ?

Michel Vallée

Le texte complet et traduit de la déclaration d’indépendance de la Catalogne

Quoi qu’on en pense, le texte de déclaration d’indépendance est un document historique qui mènera la Catalogne soit à l’indépendance soit au chaos. L’Indépendant vous a traduit ce document signé par 72 députés (soit la majorité du Parlement de Catalogne). Ses effets ont été suspendus le temps de négocier la sortie de l’Espagne avec le pouvoir central.

« Au peuple de Catalogne et à tous les peuples du monde,

La justice et les droits humains individuels et collectifs intrinsèques, fondements essentiels qui donnent la légitimité historique et la tradition juridique et institutionnelle de la Catalogne, sont la base de la constitution de la République catalane.

La nation catalane, sa langue et sa culture ont mille ans d’histoire. Pendant des siècles, la Catalogne a été dotée et a bénéficié de ses propres institutions qui ont exercé l’autonomie avec plénitude, avec la Generalitat comme la plus grande expression des droits historiques de la Catalogne.

Le parlementarisme a été, pendant les périodes de liberté, la colonne vertébrale sur laquelle ces institutions ont été soutenues, il a été canalisé par les « Cortes catalans » et a été cristallisé dans les Constitutions de Catalogne.

« Depuis l’adoption de la Constitution espagnole, la Catalogne a joué un rôle clé avec une attitude exemplaire »

La Catalogne restaure aujourd’hui sa pleine souveraineté, perdue et largement attendue depuis des décennies lors d’une coexistence institutionnelle honnête et loyale avec les peuples de la péninsule Ibérique.

Depuis l’adoption de la Constitution espagnole de 1978, la politique catalane a joué un rôle clé avec une attitude exemplaire, loyale et démocratique à l’égard de l’Espagne et un sens profond de l’Etat. L’Espagne a répondu à cette allégeance en refusant la reconnaissance de la Catalogne en tant que nation; et a accordé une autonomie limitée, plus administrative que politique et a provoqué une processus de recentralisation; un traitement économique profondément injuste et une discrimination linguistique et culturelle. 

Le statut d’autonomie, approuvé par le Parlement et le Congrès et approuvé par la citoyenneté catalane, devrait constituer le nouveau cadre stable et durable des relations bilatérales entre la Catalogne et l’Espagne. Mais c’était un accord politique brisé par la décision de la Cour constitutionnelle et qui a fait émerger de nouvelles plaintes des citoyens.

Reprenant les demandes d’une grande majorité de citoyens de Catalogne, le Parlement, le gouvernement et la société civile ont demandé à plusieurs reprises à l’état espagnol la tenue d’un référendum sur l’autodétermination. Devant la constatation les institutions de l’Etat ont rejeté toutes les négociations, elles ont violé le principe de démocratie et d’autonomie et ont ignoré les mécanismes juridiques prévus par la Constitution, la Generalitat de Catalogne a organisé un référendum pour l’exercice du droit à l’autodétermination reconnu en droit international.

L’organisation et la célébration du référendum ont conduit à la suspension de l’autonomie gouvernementale en Catalogne et à l’application de fait de l’état d’urgence. Les opérations policières brutales de caractère et de style militaires orchestré par l’Espagne contre les citoyens catalan ont touché, en de multiples occasions répétées, leurs libertés civiles et politiques et les principes des droits de l’homme, et a contrevenu aux accords internationaux signés et ratifiés par l’Etat espagnol.

Des milliers de personnes, parmi lesquelles des centaines d’élus, institutionnels et professionnels du secteur des communications, l’administration et la société civile ont été surveillées, détenues, frappées, interrogées et menacées par de sévères peines de prison.

« Les citoyens de Catalogne ont voté majoritairement en faveur de la République catalane »

Les institutions espagnoles, qui doivent rester neutres, protéger les droits fondamentaux et arbitrer le conflit politique, sont devenues une partie et un instrument de ces attaques et ont laissé les citoyens de Catalogne sans protection. Malgré la violence et la répression visant à empêcher un processus démocratique et pacifique, les citoyens de Catalogne ont voté majoritairement en faveur de la constitution de la République catalane.

La Constitution de la République catalane se fonde sur la nécessité de protéger la liberté, la sécurité et la coexistence de tous les citoyens de la Catalogne et d’avancer vers un Etat de droit et une démocratie de meilleure qualité et répond à l’interdiction de la part de l’Etat espagnol de rendre effectif le droit à l’autodétermination des peuples.

Le peuple de Catalogne est l’amant du droit, et du respect de la loi est et sera l’une des pierres angulaires de la République.

L’Etat catalan remplira toutes les dispositions conformes à la présente Déclaration et garantira le maintien de la sécurité juridique et le maintien des accords de l’esprit fondateur de la République catalane.

La constitution de la République est une main tendue au dialogue. Conformément à la tradition catalane, nous maintenons notre engagement en faveur de l’accord comme moyen de résoudre les conflits politiques. De même, nous réaffirmons notre fraternité et notre solidarité avec le reste des peuples du monde et en particulier avec ceux avec lesquels nous partageons la langue et la culture et la région euro-méditerrannée pour la défense des libertés individuelles et collectives.

« Nous constituons la République catalane »

La République catalane est une opportunité pour corriger les déficits démocratiques et sociaux actuels et de construire une société plus prospère, plus juste, plus sûre, plus durable et plus solidaire. En vertu de tout ce qui vient d’être exposé, nous, représentants démocratiques du peuple de Catalogne, dans le libre exercice du droit à l’autodétermination et conformément au mandat reçu des citoyens de Catalogne,

NOUS CONSTITUONS la République Catalane, en tant qu’État indépendant et souverain, de droit, démocratique et social.

NOUS METTONS EN VIGUEUR la loi de transition juridique et fondamentale de la République.

NOUS INITIONS le processus constitutif, démocratique, citoyen, transversal, participatif et contraignant.

NOUS AFFIRMONS la volonté d’ouvrir des négociations avec l’Espagne, sans conditions préalables, visant à établir un système de collaboration au bénéfice des deux parties. Les négociations doivent nécessairement être sur un pied d’égalité.

NOUS PORTONS A LA CONNAISSANCE de la communauté internationale et des autorités de l’Union européenne la constitution de la République catalane et la proposition de négociations avec l’Espagne.

NOUS DEMANDONS instamment à la communauté internationale et aux autorités de l’Union européenne d’intervenir pour mettre fin à la violation continue des droits civils et politiques et de suivre le processus de négociation avec l’État espagnol et d’être témoins.

NOUS MANIFESTONS le désir de construire un projet européen qui renforce les droits sociaux et démocratiques des citoyens ainsi que l’engagement à continuer à appliquer les normes de l’ordre juridique de l’Union européenne et celles de l’Espagne et de la Catalogne autonome qui transposent cette norme.

NOUS AFFIRMONS que la Catalogne a le désir sans équivoque de s’intégrer le plus rapidement possible à la communauté internationale. Le nouvel Etat s’engage à respecter les obligations internationales actuellement appliquées sur son territoire et à continuer à faire partie des traités internationaux auxquels le Royaume d’Espagne est partie prenante.

NOUS APPELONS les États et les organisations internationales à reconnaître la République catalane comme un État indépendant et souverain.

NOUS DEMANDONS au Gouvernement de la Generalitat de prendre les mesures nécessaires pour rendre possible la pleine réalisation de cette déclaration d’indépendance et des dispositions de la loi de transition juridique et fondamentale de la République.

NOUS APPELONS chacun des citoyens de la République catalane à nous rendre dignes de la liberté que nous avons donnée et à construire un Etat qui se traduit par des actions et en conduite des inspirations collectives.

Les représentants légitimes du peuple de Catalogne

Barcelone, 10 octobre 2017″